Lever d'une clause de non-concurrence [Résolu/Fermé]

Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
- - Dernière réponse :  conseilmoi - 28 déc. 2009 à 15:17
Bonjour,

Je dispose d'une contrat CDI avec une clause de non-concurrence. J'ai envoyé dernièremenent par lettre recommandée + AR ma démission.
Mon employeur souhaite lever la clause de non-concurrence afin de ne pas me payer 3 mois de salaire brut. En a t-il le droit ?
Moi je souhaite faire appliquer cette clause de non-concurrence pour faire pression sur la durée du préavis puisque toute négociation sur ce préavis a été refusée.

Merci de bien vouloir m'apporter des réponses.
Bien cordialement
Afficher la suite 

16 réponses

Meilleure réponse
61
Merci
J'ai beaucoup travaillé ce sujet et gagné mes procédures.

Pour être valable, la clause doit être limité dans le temps, dans l'espace géographique et être assortie d'une contre partie financière. S'il manque un de ces éléments, la clause est nulle, MAIS ce n'est pas à l'employé de décréter qu'elle est nulle. Il doit le faire constater par les juges, donc, après démission ou licenciement, il doit respecter la clause tant que les juges ne se sont pas prononcé.

Toutefois, l'employeur ne peut jamais décréter qu'une clause est nulle pour éviter de payer la contre partie. Seul le salarier peut faire cette demande en nullité. (s'il veut éxercer dchez un concurrent par exemple)

Si le contrat de travail ou la CC le prévoit, l'employeur peut lever la clause dans un délai soit indiqué, soit dans un délai "raisonnable" qui est d'un mois (par jurisprudence). Si l'employeur n'a pas levé la clause et que le salarié l'a respectée, l'employeur doit verser la contrepartie financière en totalité. Si la contrepartie financière n'est pas définie, il faut la faire calculer par les juges et s'appuyant sur ce qui se pratique habituellement pour ce poste et ce secteur d'activité: Exemple, un commercial, ça peut aller jusqu'à 50% des sommes mensuelles perçues pendant toute la durée de la clause (par exemple 2 ans).

La contrepartie nettement insuffisante (genre 1 # par mois ...) peut facilement être contestée.

Si l'employeur le prévoit dans le contrat ou si c'est prévu dans la CC et que l'employeur lève la clause dans les délais prévus ou dans le mois qui suit la rupture (date de réception de la lettre de démission par exemple et non pas fin du préavis ...), l'employeur ne doit rien verser mais le salarier peut librement exercer chez un concurrent. S'il ne respecte pas ce délai, il ne peut plus lever la clause et doit obligatoirement payer l'ensemble initialement prévu, tant que le salarier respect la clause.

Si l'employé exerce chez un concurrent avant que la clause ne soit levée, l'employeur peut demander des dommages et intérêts.

Si la clause est reconnue étant nulle par les juges (et que l'employé préfère qu'elle soit reconnue nulle pour éxercer chez un concurrent), il peut aussi demander un dédommagement à son ancien employeur pour avoir respecter une clause qui était finalement nulle.

voilà en vrac, suite à une multitude de jurisprudences.

cordialement

Dire « Merci » 61

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 25415 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Bonjour, je sors d'un CDD d'un an dont le contrat était assorti d'une clause de non-concurrence d'un an en contrepartie d'indemnités financières. L'entreprise bénéficiait d'un délai de 8 jours à l'issue de mon contrat pour dénoncer la clause. Le contrat est terminé depuis 1mois et 3 semaines et l'entreprise souhaite seulement aujourd'hui annuler cette clause. Pour moi elle est financièrement intéressante et je préfèrerais donc qu'elle soit maintenue.
L'entreprise argue qu'étant en CDD, il y a eu une erreur et que je n'aurais pas du être soumise à cette clause, et donc que ça ne les "gêne pas" de lever la clause! en ont-ils le droit ? que puis-je faire pour que la clause soit aplliquée et les indemnités versées?
Merci d'avance
Byzoux
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 16 novembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
16 novembre 2009
> lily -
A partir du moment où le délai est passé, ils ne peuvent plus revenir en arrière.
Les juges considèrent que ce délai est de "rigueur", donc même s'il est dépassé d'une journée pour quelle que raison que ce soit, la contrepartie est due en totalité.

Donc, soit ils vous paient mensuellement, sans autre forme de procés jusqu'à la fin de la clause, soit, s'ils ne vous paie plus et vous leur faites parvenir dans ce cas un courrier recommandé à la fin du premier mois non payé, afin qu'ils vous signifient par écrit la raison du non paiement.

Ensuite, vous allez aux prud'hommes et vous intentez une action pour "levée tardive de la clause de non-concurrence" vous gagnez à tous les coups. Celà, d'autant plus qu'il vous on déjà payé au moins une fois, c'est donc qu'ils reconnaissent que la clause s'applique bien à vous d'autant que c'est certainement indiqué dans votre contrat de travail).

L'idéal serait de me faire parvenir le texte exact de votre clause sur le contrar de travail, ainsi que la convention collective dont vous relevez.

attention à bien respecter cette clause si vous souhaitez continuer à faire valoir vos droits.
bonjour
nous avons besoin d'informations est-ce que tu peux nous aider. Mon mari est commercial, son entreprise est en redressement judiciaire et a l'air plutôt d'aller vers le dépot de bilan.Après un entretien avec un autre employeur,il est prêt a l'embaucher rapidement mais il a une clause de non concurrence dans son contrat de travail, celle ci a l'air valable mais dans son cas n'est il pas possible et n'est il pas justifiable de vouloir aller travailler ailleurs avant que le bateau coule

si tu as une réponse je te remer
cie a l'avance
> rosie -
Bonjour Rosie, désolé, je n'avais pas vu ton message, je répond donc un peu tardivement.

Malheureusement, tant que l'entreprise a une éxistance juridique, (ce qui est le cas), ton époux est lié par la clause, même si la raison veut que son changement d'entreprise soit justifié.

L'une des solution est d'en parler franchement à son employeur actuel pour qu'il lève la clause, en jouant sur le coté "humain". Aucun texte ne régie ce cas et je n'ai pas de jurisprudence en ce sens sous la main. Ton époux, mais aussi le futur employeur prendraient donc un risque (à moins que ... voir mon NB en fin de message). Un employeur au bord de la liquidation fait feu de tout bois pour assurer ses arrières.

Si non, il faut en premier lieux s'assurer de la légalité de la clause et il faudrait que j'en ai le texte intégral, ainsi que l'info sur la convention collective qui est appliquée dans l'entreprise. De toutes façons, ces éléments me permettraient de conseiller la meilleure démarche.

J'attends tes éléments

Je sais que c'est une situation difficile à vivre, mais si l'on relativise ... tant qu'on touche un salaire, même si l'on sait qu'il n'y a plus d'avenir à construire dans l'entreprise ... A ton mari de relativiser et de se dire que tout ce qu'il fait en ce moment lui apportera pour la suite. Et puis, si le futur employeur est prêt à l'embaucher aujourd'hui, ton époux aura toujours un préavis à réaliser (sauf demande de dispense, qui sera certainement refusée ...). Au terme de ce préavis, soit l'employeur aura levé la clause, au quel cas le problème est réglé, soit il ne l'aura pas levée et là, il touchera une partie de son salaire actuel (à signaler que si l'entreprise est liquidée, en principe, la caisse de garantie des salaires prend aussi le relais sur cette contre partie (à se faire confirmer).


NB: L'une des solutions que je vois à priori est la suivante :

Se faire embaucher comme secrétaire ou technicien d'études, magasinier ou autre poste ne comportant pas "officiellement" de rôle commercial dans la future entreprise. Et là ... s'il est actuellement commercial, comme il y aura un changement de fonction et que sa fonction ne fait pas concurrence, puiqu'il ne vend pas ..., vous pourrez faire jouer ce point, dans le cas où l'ancien employeur engageait une procédure. Ce "statut" n'empêchera pas ton mari de démarrer dans sa nouvelle boite. S'il s'avère qu'il soit "quand même" au contact des clients (...) il suffirait qu'il prenne comme précaution de ne pas signer lui-même ses bons de commande ... c'est une solution provisoire, qui peut vous débloquer la situation en grande sécurité. (il y a des jurisprudences en ce sens)

Transmets-moi tes éléments pour que je vérifie la validité de la clause en premier lieux.

Cordialement
bonjour,actuellement je suis en cdi.Dans mon contrat aucune clause de non concurrence.Je souhaite 1 rupture conventionnelle et mon employeur me propose d'introduire 1 clause de non concurrence pour accepter la rupture.Pratiquement comment ça se déroule.D'avance merci pour les réponses.
Messages postés
4066
Date d'inscription
vendredi 3 août 2007
Statut
Webmaster
Dernière intervention
2 octobre 2019
8943
3
Merci
Vous avez tous les deux signé un contrat prévoyant une clause de non-concurrence ? Donc, ce contrat ne peut être modifié qu'avec votre accord à tous les deux. Si vous refusez, l'employeur ne peut pas vous l'imposer
2
Merci
Bonjour,

je me suis fais licencié en février 2008, j'ai trouvé un nouvel emploie que je commence en juin, mais j'ai une clause de non concurrence de mon ancien employeur, car la ou je vais c'est un concurrent a 100m de lui!
je me suis renseigner, sur le contrat il n'est pas ecrit qu il doit me verser de contrepartie financière, et quand je suis partie en février il ma rien donner pour la clause!
est ce que le clause est valide ou pas, est si elle est nulle, dois je envoyer un AR a mon ancienne employeur opur dénoncer que la clause est nulle, afin de me couvrir??
brunnaux
Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
6 -
Salut Adrien,

Si ton départ de l'entreprise est due à un licenciement, la clause de non-concurrence s'annule automatiquement. Cette clause est valide seulement en cas de démission du salarié.
Cependant, il ne fait pas confondre "clause de non concurrence" et "sercret professionel". Une clause de non concurrence est toujours lié à une durée et une contre-partie financière.

Du coup, n'envoies pas de courrier AR à ton ancien employeur. Qui plus est, tu as été débauché en février et quel joie de retrouver du travail !!!
> brunnaux
Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
-
Brunnaux
Il faut arrêter de dire n'importe quoi sur des sujets que tu ne maîtrises pas.
Les clauses de non-concurrence sont valables aussi bien en cas de démission qu'en cas de licenciement.
Dans le cas d'Adrien, la clause ne prévoit pas de contrepartie financière. La clause est donc nulle.
Il n'a effectivement rien à faire vis-à-vis de son ancien employeur.
Il doit en revanche signaler à son nouvel employeur l'existence de cette clause, tout en soulignant le fait qu'elle est nulle, car dépourvue de contrepartie financière.
Le fait pour un salarié de cacher l'existence d'une clause de non-concurrence à son nouvel employeur est constitutif d'une faute grave.
brunnaux
Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
6 > prince of persia -
Ma chère princesse...
Je crains alors n'être pas le seul à maîtriser le sujet. Je ne travaille pas dans le domaine du droit du travail mais il est bien stipulé sur le code du tavail que :
"(...) la clause de non-concurrence ne produira pas ses effets pendant la période d'essai, en cas de licenciement par l'employeur sans motif grave (...)"
Si c'est un licenciement pour motif économique, cela veut certainement dire que l'entreprise est sur la fin de ses jours.

Qui plus est, puisqu'il n'y a pas de contrepartie financière comme nous le dit Adrien, elle est donc illicite et ne s'applique pas.
Explique donc moi l'intérêt d'en parler à son nouvel employeur ??? Si c'est juste pour taper la discussion alors désolé mais ça servira à rien... Ou alors ça peut insiter son nouvel employeur à en inclure une dans son contrat de travail alors qu'il n'y avait pas pensé ! Pensez-vous que c'est une bonne idée. Moi non !!!

Enfin, les textes de lois sur la clause de non concurrence ont évolué depuis 2002...
> brunnaux
Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
-
Bonjour Brunnaux,

Peux-tu nous donner le numéro d'article du Code du Travail que tu as cité: "(...) la clause de non-concurrence ne produira pas ses effets pendant la période d'essai, en cas de licenciement par l'employeur sans motif grave (...)" .
Je ne l'ai pas trouvé sur http://www.legifrance.gouv.fr/.
Léo
Messages postés
46
Date d'inscription
samedi 26 janvier 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
20 décembre 2012
6
0
Merci
En fait cette clause est inscrite sur mon contrat de travail CDI en complément du préavis de trois mois. Mon employeur lève toujours cette clause à chaque départ d'un de ses salariés.
Après l'envoi de ma démission, la DRH m'appelle et m'informe qu'aucune reduction du préavis sera acceptée mais en compensation ma clause de non-concurrence sera levée... Cette clause de non-concurrence ne s'applique que sur deux départements, départements que je n'aurai pas en prospection avec mon nouvel emploi...
Du coup, je souhaite maintenir cette clause de non-concurrence afin de percevoir les indemnités mais avant tout pour faire pression afin d'écourter ce préavis trop long et injustifié... Je ne suis pas cadre !
Pensez-vous que je doive faire appel à un conceiller prud'homal ?
Merci encore pour vos réponses.
Bien cordialement.

Bruno.
0
Merci
Attention, si votre contrat de travail prévoit la levée de cette clause moyennant le respect d'un délai, votre employeur à tout a fait le droit de la lever dans le repect des modalités prévues au contrat, dans le cas contraire (si rien n'est prévu au contrat pour la levée de cette clause) il doit vous la régler.
0
Merci
j'ai moi aussi dans mon contrat une clause de non concurrence. De plus, il est stipulé : "la société se réserve le droit de renoncer à l'application de cette clause, sous réserve d'en informer le collaborateur par écrit, à compter de la date de notification de la rupture de son contrat de travail, et avant le terme de son préavis".

Cela veut-il dire que mon employeur peut lever la clause sans mon accord ?

En sachant que j'ai donné ma démission, j'aurais souhaité que la clause s'applique afin que je perçoive les indémnités financières...
Bonjour Chipie.

Je suis aujourd'hui exactement dans le meme cas que vous, lorque vous avez posé cette question.
Quand est il aujourd'hui ??
Avez vous percu vos indemnitées ??

merci de votre réponse.

maxou
0
Merci
Bonjour,
J'ai décidé de démissionner vendredi dernier de la société dans laquelle j'étais.
Le problème est que j'ai en vue un poste similaire proche de celui où je travaille, et j'ai une clause de non-concurence qui s'étale sur un an, avec une compensation financière de 20% de la moyenne des trois dernières paye en brut.
Je suis resté que 5 mois dans cette société, et je trouve cette clause un peu abusive.
J'ai appelé mon conseiller juridique qui me dit que si j'envoie un recommandé AR,dans un délai de quinze jours après la démission, je serai dégagé de la clause, et l'inspection du travail me dit que ca ne me dégage pas de la clause!!!
Je ne comprends plus rien et suis assez préssé sachant que je pars le 14 août et que je recommence le 1er septembre, j'ai peur de me retrouver le bec dans l'eau!
1-Si je démissionne et que je ne travaille pas sur le secteur géographique, vais-je toucher mes indémnités?
2-Avez vous un modèle de lettre pour renoncer à ma clause?
3-Que me conseillez vous?
Merci d'avance pour les réponses.
A+
0
Merci
regardez dans votre code du travail 2008, edition dalloz jurisprudence 153 de l'art L1221-1:
"(...) dès lors qu'elle est rédigée en termes généraux, la clause de non concurrence s'applique quelque soit la cause de la rupture du contrat (chambre sociale 24 Janvier 1974) (...) "
que l'extinction de votre contrat de travail soit une démission, un licenciement, un départ à la retraite etc..., la clause de non concurrence s'applique, et vous pouvez toucher les indemnités. Si aucune indemnité n'est prévue, alors la clause de non concurrence ne s'applique pas, et vous êtes libre d'exercer votre profession sans aucune entrave.
Byzoux
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 16 novembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
16 novembre 2009
-
Attention :

si la clause de comporte pas de contre partie financière, elle "abusive" mais pas nulle de fait !!! Il faut d'abord aller devant les juges pour faire reconnaitre cette nullité et donc respecter la clause tant que le jugement définitif n'est pas prononcé ! (on ne peut pas se faire justice soit-même)

ensuite, dès que la nullité a été reconnue par les juges, on peut intenter une action contre l'employeur pour avoir respecter une clause abusive.

Cette action en nullité n'a de sens que si l'on souhaite qu'elle soit supprimée pour redevenir libre de travailler chez un concurrent. Si l'on veux au contraire se la faire payer ... on demande simplement aux juges de fixer le montant de la contre partie (ils s'appuieront sur la convention collective ou sur les moyennes pratiquées dans la même activité)

Donc, en résumé : on ne peut pas décider soit-^même que la clause est nulle.
A contrario, l'action en nullité est du seul ressort du salarié (un employeur ne peut pas ne pas payer une clause qu'il considèrerait comme étant nulle)
0
Merci
Je suis sidéré des informations données ici par des gens totalement incompétents en droit du travail. En effet la jurisprudence est claire : la clause de non concurrence joue aussi pendant la periode d'essai, sauf si le contrat dit explicitement le contraire.
Bonjour,
Pour ma part je suis parti avec une rupture conventionnelle (rupture amiable : nouveau code du travail). J'avais une clause de non concurrence dans mon contrat avec une compensation financière prévue de 3 mois de salaires. Hors cette somme ne m'a jamais été versée par mon ancien employeur. Clause valable ou pas ?
Aujourd'hui, je suis à la concurrence et mon ancien employeur me fait de l'intimidation sur le sujet. Que dois-je faire ???
Merci de vos réponses
> alain -
A Alain :

S'il s'est écoulé un certain délai depuis la notification de votre départ, je crois qu'on peut considérer que votre employeur a renoncé à la clause. Y a-t-il une précision sur ce délai dans votre contrat ? Dans le cas contraire, il est à l'appréciation des juges, en fonction de votre poste, généralement de 1 à 2 mois :
Si vous êtes au delà de ce délai, je pense que le mieux est de le notifier à votre ancien employeur par LRAR. Dans le cas contraire, je tenterais plutôt une négociation pour faire annuler cette clause, par un avenant au contrat.
0
Merci
bonjour

j'ai demissioné en decembre 2008 ou j'avais un statut de VRP, depuis janvier 2009 je me suis mise a mon compte.
dans le contrat de travail j'avais une clause de loyauté qui stipulé que je ne doit pas solliciter directement ou indirectement la clientele de la société, de plus je suis interdite d'exercer une activité qui puisse faire concurrence.

quels sont les risques que j'en cours si j'enfreindre la clause de loyauté sacant que lors de la rupture de ce contrat je n'ai percu aucune indemnité concernant cette clause.
quelle est la difference avec la clause de loyauté et celle de la non concurence ? joue t il avec les mots ?
0
Merci
Je suis licencié économique depuis juin 2009.
rien ne stipule dans mon contrat que j'ai une clause de non concurrence, je n'ai pas eu non plus de primes de non-concurrence.
je postule à un poste chez un concurrent directe, pas le même département mais seulement à 20km...
je suis sous la convention Metallurgie de haute-marne, Marne et Meuse.
Poste de dessinateur industriel.
Je ne trouve rien dans la convention (assez confu), puis je postuler à ce poste, qu'est ce que je risque ?
0
Merci
A mon sens, même si la Convention collective évoque la clause de non-concurrence ( pour en fixer les règles d'application, lorsque cette dernière est précisés au contrat de travail), si votre contrat de travail ne comporte pas clairement de clause de non-concurrence, vous n'y êtes pas soumis et êtes donc libre d'exercer chez un concurrent.

Il est précisé en toutes lettres dans la convention collective de la métallurgie : "L'interdiction de concurrence doit faire l'objet d'une clause dans la lettre d'engagement (contrat de travail) ou d'un accord écrit entre les parties"

Attention, toutefois, certains employeurs n'applique la clause de non-concurrence qu'à partir d'un certain échelon (cadres par exemple). Il n'est donc pas impossible que suite à une évolution de poste, votre employeur vous ai fait signé un additif au contrat de travail.

Si vous êtes certain de ne pas avoir signé d'additif comportant une clause, vous êtes libre. Si vous n'en êtes pas certain, il vous suffit de demander par LR avec AR à votre ancien employeur de bin vouloir vous confirmer vous confirmer que vous n'êtes soumis à aucune clause de non-concurrence (ne pas rentrer dans les détails).

Si par le plus grand des hasards, votre ancien employeur vous dit que vous êtes soumis à une clause de non-concurrence ... vous lui en demanderait la preuve et lui demanderez par la même occasion, 50% de votre salaire durant 1 à 2 ans selon votre ancien statut. (le délai de dénonciation d'une éventuelle clause de la part de l'employeur est de 8 jours selon les accords de la métallurgie (cadres) à compter du jour ou vous fûtes informé de votre licenciement). S'il ne l'a pas dénoncée dans les délais, il vous la doit en totalité tant que vous la respectez.

Merci de me tenir informé des suites.

Cordialement
Messages postés
1
Date d'inscription
vendredi 25 décembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
25 décembre 2009
0
Merci
Bonjour à tous ,

je suis nouveau sur le forum , j'ai pris la décision de m'inscrire après la lecture des différents POSt au sujet de la clause de non concurrence qui fait couler pas mal d'encre .
Je suis moi même dans une situation un peu à part je pense .
Je résume donc :
J'ai démissionné de mon ancien employeur pour rentrer dans mon entreprise actuelle et lors de nos entretiens d'embauches nous n'avons jamais abordé le sujet de la clause de non concurrence avec mon patron ( PME de 12 salariés ) . Je suis donc entré en fonction ( coordinateur technique , non cadre ) et deux mois après j'ai signé mon contrat de travail et en le lisant je m'aperçois qu'une clause de non concurrence est inscrite . Je signe quand même ce contrat "bon-gré , mal-gré" en signifiant que nous n'en avions jamais parlé mais mon patron me répond qu'il avait oublié ( Lettre de promesse d'embauche de sa part ne le mentionnant pas évidemment )
Je dois préciser que l'entreprise relève de la convention collective de négoce de matériaux de construction en gros ( qui n'a d'ailleurs aucun rapport avec l'activité qui est la maintenance de portes , portails et équipements de quais industriels )
Après 18 mois de collaboration , je décide de démissionner pour aller travailler chez un des prestatires de service de l'entreprise actuelle .
J'en avise mon actuel employeurqui n'y voit pas d'inconvénients ( hormis le fait que je parte !!) dans le principe , je lui envoie donc ma lettre de démission rappelant nominativement la société future .
Lors d'une convocation , il me rappelle qu'il accepte cela dans sa globalité et qu'il continuerait à passer des commandes à ce prestataire de services chez qui je vais travailler et qu'il sera ravi de savoir que je puisse encore traiter pour lui des affaires ( prestations de pose ) chez ses clients . Il me dit néanmmoins qu'il compte m'aviser par courrier de la continuité de la clause de non concurrence m'interdisant de démarcher en direct ses clients pou sa protection , chose que j'admets puisque je vais travailler chez un des ses fournisseurs et qu'il n'y a aucun intérêt pour moi comme pour mon futur employeur de ne plus travailler ensemble .
Je reçois donc ce courrier en LRAR et il rajoute des termes supplémentaires à la clause en m'interdisant en plus de débaucher ses techniciens ( je vois pas en quoi cela peut être justifié !! ) , et puuisqu'il s'agit d'un accord à l'amiable , il ne me règlera donc pas des indemnités de non concurrence .
Donc , est ce que tout cela est légal ?
Un employeur peut il maintenir une clause , ajouter des termes à cette clause par Lettre et ne pas régler les indemnités ?
Si il ne règle rien , cette clause n'est elle pas nulle ?
Comment dois je procéder soit pour faire annuler la clause , soit en la respectant me faire régler les indemnités ?
J'avous que j'ai été un peu long , mais il est difficile de résumer ma situation en deux mots .
Merc à vous qui aurez la patience de e lire et en espérat avoir été clair .

Merci encore pour votre aide précieuse !!!!!

Bonne journée
0
Merci
Bonjour,

Pouvez-vous me transmettre le texte éxacte de la clause de non,-concurrence figurant au contrat de travail, ainsi que la date précise à la quelle votre employeur à reçu votre lettre de démission, + les termes de son dernier courrier au sujet de la clause de non-concurrence.

Soit sur ce forum, soit en privé :

jfpseclin@free.fr
-1
Merci
a mon sens, la clause de loyauté ne s'éxerce exclusivement durant l'exécution du contrat de travail. Elle empèche le salarier de détourner de la clientèle au profit d'un concurrent. Même si elle n'est pas précisés au contrta de travail, c'est une clause "morale" qui est de toutes façons implicite. Cette clause n'a plus cours après rupture du contrat de travail et n'a donc aucune valeur juridique, sauf pendant que tu est encore dans l'entreprise. Seule la clause de non-concurrence, qui elle au contraire prend effet après la rupture (date de réception de la lettre de démission) est légale. elle doit pour être applicable être limitée dans le temps (ex: 2 ans) et dans l'espace (ex: moitié Nord de la France ou à moins de 100 km etc), ne pas empécher le salarier d'éxercer une activité (pour les métiers très spécialisés par exemple) et être assortie d'une contre partie financière.(exemple : 30% du salaire mensuel pendant toute la durée).

Tu dis que tu as une clause de loyauté ET une clause de non-concurence. (ce qui est parfaitement possible)

Quels sont les termes exacts du contrat à ce sujet ?
J'ajoutes, que le statut de VRP est très bien encadré (si tu étais vraiment régis sous un contrat de VRP) jette un coup d'eoil dans la convention collective des VRP.

En tout état de cause, quelle que soit la convention collective, si les conditions d'application du contrta de travail entre en contradiction avec la CC applicable, c'est toujours les termes les plus avantageux pour le salarié qui s'appliquent de droit.

J'attends que tu me donne le texte éxacte de la clause de "Loyauté" et de la clause de non-concurrence, ainsi que la code d'activité de ton ancienne entreprise et/ou la conventin collective appliquée par cette entreprise (figurant au contrat et/ou sur le bulletin de salaire).

Avec ces éléments, je pourrais te guider, mais tout dépendra de ce que tu souhaites faire : soit te faire payer la contre partie, soit faire lever la clause (car en l'absence de levée de la part de l'employeur dans les délais légaux (CC ou contrat, ou jurisprudence), en l'anbsence de contre partie financière ou de clause abusive, c'est au salarier et uniquement à lui de demander soit l'un, soit l'autre (paiement ou levée de la clause pour nullité).
-1
Merci
Merci Byzoux pour ces informations précieuses.
je n'ai signé aucun avenant à mon contrat et je n'avais pas le statut cadre (même si mon travail s'y rapprocher bcp)..., donc d'après les convention je n'ai pas de clause de non-concurrence.
Merci.
je passe un entretien ce mardi matin 11h00, j'en saurais plus de la part de mon "futur" employeur s'il a plus d'infos que moi.
Question: où puis-je poster un message concernant un minimum annuel brut non respecté ? (mon coefficient ayant augmenté mais pas mon salaire..).
Merci encore pour la rapidité de votre réponse, je pars plus serein à mon entretien d'embauche.
Dossier à la une