Convocation a une expertise contradictoire

Signaler
-
 Diverker -
Bonjour,
Je viens de recevoir en LRAR une convocation pour une expertise contradictoire afin de trouver une solution amiable pour un problème de fissuration habitation.

Je suis très étonné car j'ai vendu ce bien il y a presque 3 ans sans avoir eu un contact du nouveau propriétaire pour me spécifier quoi que ce soit depuis la vente

Le problème est que mon assureur actuel n prends pas en charge via la protection juridique la nomination d'un expert pour me représenter alors que faire ? un conseil ?

Merci d'avance de votre réponse.

3 réponses

Bonjour

Le problème est que mon assureur actuel n prends pas en charge via la protection juridique la nomination d'un expert pour me représenter alors que faire ? un conseil ?

on suppose que vous n'avez pas la moindre idée de ce dont il s'agit...
Vous vous rendez sûr place le jour dit (si vous le voulez) au moins pour voir de quoi il en retourne, en prenant une copie de votre acte de vente, où figure la clause de
renonciation à recours pour vice caché.
Ce pour le cas où les fissures preexisteraient à la cession.
Si elle sont apparues posterieurement, sauf à avoir réalisé des travaux dont elles seraient ma conséquence, cela ne vous concerne pas.
Bonjour,

Tout d'abord merci pour votre réponse rapide et claire.

Donc pour vous, je ne dois pas effectuer une demande auprès d'un expert indépendant pour me representer ?

Si jamais lors de cette expertise contradictoire, je m'y rends et qu'il me mette la pression en me parlant d'éventuelle poursuite via une procedure juridique devant les tribunaux , puis je alors demandé une contre expertise de mon coté .?

Désolé mais je n'y connait rien dans ce domaine et n'ayant eu aucun courrier ni demande de l'acheteur depuis 32 mois je ne comprends pas cette demande.

Merci d'avance pour votre retour.

Cordialement.

JL
Donc pour vous, je ne dois pas effectuer une demande auprès d'un expert indépendant pour me representer ? 

vous pouvez le faire, bien entendu.
ca va vous coûter quelques centaines d'euros, à vous de voir, en fonction de ce que vous connaissez du bien vendu, et de son état lors de la vente, si le jeu en vaut la chandelle.
d'autant que rien ne vous interdit de le faire dans un second temps en fonction de la pression que vous mettraient l'acquéreur et son expert, comme vous l'envisagez vous-même.
judiciariser impose quelques délais, et même (surtout...) une protection juridique ne le fera pas si vous entendez vouloir défendre techniquement votre position en amiable et le faites savoir sur place.
Ceci dit, vous indiquez que l'acquereur n'a rien dit pendant 32 mois, mais vous ne dites rien sur l'état que vous connaissez du bien vendu.
si vous avez sciemment caché quelque chose, ou effectué des travaux, le risque d'une convocation justifiée avec suite en votre défaveur n'est pas nul.
Bonjour,

L'acquéreur dispose d'un délai de deux ans pour intenter l'action en garantie. Ce délai ne commence pas à courir à partir de la vente ou de l'entrée dans les lieux, mais à partir de la découverte du vice.

La suite sur le lien :
https://www.pap.fr/acheteur/garanties-apres-achat/la-garantie-de-vices-caches/a11250

Sachant qu'il y a une grosse différence, entre l'apparent et le non visible lors de l'achat.
Dossier à la une