Grossesse et période d'essai [Résolu]

Signaler
-
 Missebene -
Bonjour,
j'ai démissionné il y aune semaine suite à la réception de ma lettre de promesse d'Embauche de mon futur employeur. j'ai signé mon contrat avec une période d'essai de 4 mois mais j'ai appris hier que je suis enceinte de 3 semaines ....
je sais que je ne suis pas obligée de déclarer ma grossesse à mon employeur mais cela me pose un très gros problème de conscience. En apprenant ma grossesse , mon (futur) employeur pourrait mettre fin à ma période d'essai , je souhaiterai savoir si j'aurai droit à des indemnités de chômage parce ce n'est pas considéré comme un licenciement.
merci d'avance

1 réponse


bonjour Missébène,

tout d'abord, toutes mes félicitations pour l'heureux événement à venir !
vous n'avez pas à avoir de problème de conscience parce que vous êtes enceinte !!!
dans un monde normal, vous n'auriez même pas à vous poser la question, malheureusement...
D'un point de vue strictement juridique, votre grossesse relève de votre vie privée, et vous n'avez pas à en faire état à votre employeur (ou à qui que ce soit d'autre). par ailleurs, si vous voulez bénéficier de la protection liée à la grossesse, il faut avertir votre employeur.
ce dernier n'est pas supposé tenir compte de votre grossesse dans sa décision de rompre ou pas votre période d'essai...mais dans la vraie vie...
Je serais plutôt partisan de l'informer, pour trois raisons:

1 : dès lors que vous informez (par courrier recommandé avec accusé de réception, certificat médical à l'appui) votre employeur, vous bénéficiez d'une protection relative. Si l'employeur rompt votre période d'essai le lendemain et que vous lui demandez de s'expliquer devant un tribunal, il risque d'avoir des difficultés. Il devra démontrer au juge que sa décision est totalement étrangère à votre situation de grossesse

2 : plus prosaïquement, il va bien falloir lui dire un jour...ou ça va finir par se voir...si vous attendez la fin de la période d'essai, l'employeur risque de le ressentir comme une forme de trahison (encore une fois, ça ne devrait pas être le cas, mais...). De plus, privé de la possibilité de rompre votre période d'essai et ne pouvant plus vous licencier, il risque de vous faire travailler dans une ambiance détestable voire vous en faire baver jusqu'à ce que vous partiez de vous-même.

3 : vous vous inquiétez peut-être pour rien et votre employeur est peut-être un manager normal qui prendra votre absence à venir pour ce qu'elle est : un aléa normal de gestion du personnel. Et cela n'aura aucune incidence sur votre carrière professionnelle (ça doit).

seule chose que je vous déconseille formellement : l'avertir verbalement, vous aurez tous les inconvénients sans avoir les avantages.

pour les implications sur l'assurance chômage, à ma connaissance, la rupture de la période d'essai ouvre droit à l'ARE sous réserve que le salarié remplisse les autres conditions pour en bénéficier. A vérifier auprès de Pôle emploi ou reposez la question sur le forum avec un titre explicite afin d'attirer l'attention des spécialistes.
Un grand merci pour vos conseils, ils me seront très utiles.
Excellente journée.
Dossier à la une