Comptes d'une filiale française d'un groupe étranger

Signaler
-
Messages postés
285
Date d'inscription
dimanche 2 février 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
27 juin 2020
-
Bonjour et d'avance merci à ceux qui pourront me faire un retour aux questions suivantes.

Quelles informations (techniques et financières) une filiale française d’un groupe étranger est-elle tenue de communiquer aux autorités fiscales françaises comme justification des refacturations par/à des filiales étrangères du groupe ?
Question complémentaire : Comment un groupe étranger peut-il présenter les comptes de sa filiale française pour qu’elle ait un résultat négatif ?

1 réponse

Messages postés
285
Date d'inscription
dimanche 2 février 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
27 juin 2020
96
Des refacturations entre filiales ou avec la mère d'un même groupe doivent être justifiées et proportionnées.
Ce qui laisse pleine latitude à l'administration fiscale de l’interpréter un peu comme ça l'arrange.
Et pas très loin derrière il y a aussi la doctrine fiscale modifiée en 2019 qui dit qu'un montage (ce qui inclut des holding à l'étranger et un système de refacturation) ne doit pas avoir un but principalement fiscale et doit être justifié économiquement et par les besoins de l'activité.

En gros, ceux qui font ça, utilisent principalement un système de refacturation pour "utilisation de la marque" dont la propriété intellectuelle est détenue dans un pays à la fiscalité plus douce.
Et des refacturations pour apporteur d'affaire et pour services divers (comptabilité, informatique, etc...).
Ou s'il s'agit d'une chaine d’approvisionnement en gonflant la marge de certains intermédiaires.

Mais bon à moins de se faire accompagner par des avocats fiscalistes, et d'avoir le CA d'une grosse société c'est pas trop la peine de se lancer dans un truc pareil. Le jeu en vaut rarement la chandelle.
Surtout quand l'objectif est clairement l'évasion fiscale, l'administration fiscale n'est pas dupe.
En général ils attendent au moins 3ans avant de contrôler les "bons clients" pour ratisser un maximum de pénalités en un contrôle.
Dossier à la une