Prison de gainneville [Résolu]

Signaler
-
Messages postés
78424
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
15 juillet 2020
-
Bonjour je vous contact car mon conjoint est actuellement à la prison de gainneville, il y a plusieurs cas de covid-19 les laissant comme ça les mettres dans les cellules des arrivants entrain de crevé comme des chien faut pas attendre qui a un meur pour réagir ( désolé du terne) c'est la réalité il ont aucun soin ya plus de médecin , il ont plus leur droit d'homme, les surveillents les clef font rien, ils disent rien envoi chier les détenus, mon conjoint et en mandat dépôt depuis 3 ans personne parle des mandat dépôt, moi je suis toute seule avec mes 3 enfants loin de ma famille, je suis obliger de prendre mes enfants avec moi quand je me déplace ( faire les courses ) si il m'arrive quelque chose j'ai personne pour faire gardé mes enfants comment je fais ?! Je veut pas qu'il arrive quelque chose à mon conjoint également il sont pas protégé pas de gant pas de gel pas de masque et si il ont quelque chose il vont rien ! Il sont 3 dans la même cellule si quelqu'un est atteinte les autres aussi, emplus de ça il peut plus cantiner de nourriture, il mange halal donc peut pas manger ce qu'on donne et emplus de ça c'est bientôt le ramadan, sur les réseaux sociaux il y a une dame qui a dis que sont mari étais atteinte du virus c'est plein plusieurs fois au surveillant il l'on laisser comme ça il a donner son téléphone à son co détenu pour appeler les Samu pour leur et emplus les Samu a contact la prison et les clef et les surveillents sont enfin venu le voir mis ailleurs enfin bref mon conjoint a fais plusieur demande de bracelet refuser sans motif valable il repasse le 8 avril 2020, moi je m'inquiète énormément pour mon conjoint

1 réponse

Messages postés
78424
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
15 juillet 2020
10 921
OK.

Et à part colporter des faits que vous n'avez pas vérifiés, vous avez une question à poser ?
Dossier à la une