Titre de séjour

- - Dernière réponse :  Goyave - 25 oct. 2019 à 10:59
Bonjour Je voudrais savoir si je vais à la préfecture et dire que l’homme qui a reconnu mon fils ( mais qui n’est pas le père biologique de mon fils ) a fait ca juste pour avoir ces papiers , perdra t il ces papiers immédiatement ou si un titre de séjour lui a déjà été délivré faut-il attendre la fin de validité de son titre de séjour pour qu’il ne puisse pas faire un renouvellement ? Parce que j’aimerais le bloquer immédiatement car il m’a utilisé et abandonné. En plus suite aux disputes conjugales liées au fait qu’il m’a utiliser a entraîner un placement de mon petit garçon de 11 mois qui me manque énormément donc j’aimerais lui pourir sa vie comme il a pourri la mienne et celle de mon fils ! Je voudrais aussi savoir car lui a un avocat donc peut-il avoir des chances de s’en sortir même si ce n’es pas lui le père biologique ? Surtout que mes relations avec l’homme qui est le vrai père et lui était proche puisque j’ai quitté mon ex avant même de savoir que j’étais enceinte et je me suis juste après engagé avec lui donc je ne savais pas vraiment qui est le père entre les deux et vu que je lui faisais confiance au début, je lui ai dit que c’est lui le père , donc à t-il des chances de s’en sortir vu que je lui ai dit que c’est le père ? Son avocat peut-il utilisé ca contre moi?
Afficher la suite 

1 réponse

0
Merci
Déjà tu devrais faire des tests de paternité pour savoir qui est le vrai père.
Car il va falloir que tu ramènes une preuve à la préfecture.
Après ça, oui la préfecture pourra lui retirer sa carte.
Avocat ou pas avocat non il ne s’en sortira pas car si il a demandé sa carte car père d’un enfant français.
Et vu qu’il n’est pas le père. Sa carte lui sera retiré.
Par contre je te conseille aussi de consulter un avocat afin que cet homme ne s’en sort pas facilement justement.
Pour une simple consultation gratuite tu peux aller à la maison de justice de ta commune ou à la mairie (ils te renseigneront).
Commenter la réponse de Goyave
Dossier à la une