Rachat d'un droit de copropriété

Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 10 octobre 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
10 octobre 2019
- - Dernière réponse : rambouillet41
Messages postés
5251
Date d'inscription
mercredi 27 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
- 11 oct. 2019 à 11:54
Bonjour, j'ai la jouissance exclusive de la toiture terrasse située au-dessus de mon appartement. Le voisin situé au même étage souhaite m'acheter ce droit mais un copropriétaire affirme que c'est interdit est-ce vrai ?
Afficher la suite 

3 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
369
Date d'inscription
lundi 7 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
21 octobre 2019
16
1
Merci
Bonjour,

Vous n'avez aucun droit personnel de jouissance exclusive ou privative sur le toit terrasse qui est une partie commune.

Ce doit est attaché à un lot déterminé.

Article 6-3 de la loi :
Les parties communes à jouissance privative sont les parties communes affectées à l'usage et à l'utilité exclusifs d'un lot. Elles appartiennent indivisément à tous les copropriétaires.
Le droit de jouissance privative est nécessairement accessoire au lot de copropriété auquel il est attaché. Il ne peut en aucun cas constituer la partie privative d'un lot.

Donc l'autre copropriétaire a raison.

Cdt.

Dire « Merci » 1

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 25906 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de JPRP64
Messages postés
5251
Date d'inscription
mercredi 27 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
1319
0
Merci
Bonjour,

Je ne serai pas aussi affirmatif, certes il ne peut pas être acheté (à moins d'un arrangement financier entre vous deux) mais cela passe obligatoirement par une décision d'une AG qui doit avec votre accord supprimer ce droit de jouissance attaché à votre lot et donc vous recalculer des tantièmes, puis avec l'accord du récipiendaire, transférer ce droit de jouissance sur un autre lot et donc recalculer des tantièmes, puis ensuite fonction de tout cela modifier le RdC ET l'EDD, puis faire publier cela au SPF par un notaire et via un notaire également régulariser vos deux propres actes de mutation.
Tous cela génère des frais à supporter par ?......... à mon avis, certainement pas par le syndicat....
JPRP64
Messages postés
369
Date d'inscription
lundi 7 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
21 octobre 2019
16 -
Vous oubliez l’arrêt du 6 juin 2007 qui a fait l’objet d’un commentaire de la Cour de cassation, sur les motifs qui l’ont caractérisé, dans le rapport annuel 2007 (https://www.courdecassation.fr/publications_26/rapport_annuel_36/rapport_2007_2640/quatrieme_partie_jurisprudence_cour_2653/droit_immobilier_environnement_urbanisme_2657/copropriete_11332.html ).

En partant d’un emplacement de stationnement considéré par la doctrine comme un lot à part entière, la Cour de cassation a remis les pendules à l’heure en caractérisant les parties communes à jouissance privative en ces termes : « S’il existe des parties communes spéciales à certains copropriétaires comme le prévoit ce texte, il y en existe également, non prévues par la loi, qui sont l’objet d’un droit de jouissance exclusif ou privatif. Un tel droit de jouissance peut résulter du règlement de copropriété ou d’une décision de l’assemblée générale de la copropriété, et peut être aménagé comme constituant l’accessoire d’un lot comme c’est fréquemment le cas pour des jardinets. »

Ce n’est que onze ans plus tard que les législateurs ont repris cette « définition » en créant l’article 6-3 ainsi que l’article 6-4 : « L'existence des parties communes spéciales et de celles à jouissance privative est subordonnée à leur mention expresse dans le règlement de copropriété. »

Demander l’avis alors que l’on a à faire à une mention expresse dans le règlement de copropriété ; ce qui équivaudrait, d’après votre théorie, à une modification des modalités de jouissance de parties privatives telles qu'elles résultent du règlement de copropriété.

Je me permets donc de vous rappeler l’avant dernier alinéa de l’article 26 : « L'assemblée générale ne peut, à quelque majorité que ce soit, imposer à un copropriétaire une modification à la destination de ses parties privatives ou aux modalités de leur jouissance, telles qu'elles résultent du règlement de copropriété. »

Où voyez-vous la possibilité d’un arrangement financier, entre uniquement deux copropriétaires, pour un « élément » sur lequel il n’existe pas de droit de propriété personnel (aucun titre ou acte de vente).
rambouillet41
Messages postés
5251
Date d'inscription
mercredi 27 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
1319 -
On est d'accord, mais rien n’empêche une AG de modifier ce droit de jouissance dans la mesure où les protagonistes sont OK ?.... il suffit de le faire dans les règles dont j'ai donné les grandes lignes.

Bien sur il ne s'agit pas de faire cela à l'insu des copros concernés, c'est ce que j'ai expliqué<....
JPRP64
Messages postés
369
Date d'inscription
lundi 7 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
21 octobre 2019
16 > rambouillet41
Messages postés
5251
Date d'inscription
mercredi 27 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
-
Les soi-disant protagonistes n'ont pas à se mettre d'accord sur l'utilisation d'une partie commune qui appartient indivisément à tous les copropriétaires.

Dans votre raisonnement vous excluez les autres copropriétaires qui ont des droits concurrents sur ce toit terrasse et qui pourraient revendiquer qu'il soit un droit accessoire à leur lot ; dans ce cas à quel lot l'attribuer ?

En fait la question est posée par une personne qui cherche à monnayer l'abandon d'une « tolérance » , attachée à son lot, sur une partie commune, appartenant à tous, et qui se permettrait de choisir l'heureux élu (lot) !
rambouillet41
Messages postés
5251
Date d'inscription
mercredi 27 janvier 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
22 octobre 2019
1319 -
c'est l'AG qui décide de ce droit de jouissance. Dans le cas présent nous n'avons que 2 protagonistes. S'il s'en déclare un troisième, ce sera à l'AG de trancher (ne voyons pas plus complique que ce n'est...).

Mais on peut admettre aussi qu'une AG décide de qui aura le droit de jouissance, ou plus personne d'ailleurs, si l'actuel bénéficiaire n'en veut plus et l'exprime de façon expresse et formelle.....
Commenter la réponse de rambouillet41
Messages postés
11006
Date d'inscription
jeudi 3 mars 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
18 octobre 2019
3823
0
Merci
Bonsoir,

A mon avis rien ne vous empêche de laisser votre voisin user de cet espace à la manière que vous souhaiterez, mais sachez que vous serez toujours le seul interlocuteur vis à vis du syndicat.
JPRP64
Messages postés
369
Date d'inscription
lundi 7 octobre 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
21 octobre 2019
16 -
Un petit arrangement, avec dessous de table en liquide, dans le dos du syndicat : quoi que de plus naturel et normal !

Après se pose le problème, en cas de mutation et de la visite de l'acquéreur du présumé cédant qui verra que l'accessoire à son futur lot (le toit terrasse), inscrit dans le règlement de copropriété, ne fait pas partie du package.
Commenter la réponse de Rochat1
Dossier à la une