Vente immobilière autorisée par le juge des tutelles

- - Dernière réponse : Ulpien1
Messages postés
4997
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2019
- 11 août 2019 à 19:15
Bonjour,

La vente autorisée par ordonnance du Juge des tutelles d'un terrain appartenant à un majeur protégé peut-elle être considérée comme une vente de gré à gré, une aliénation volontaire ?

Si plusieurs offres de prix sont faites dans ce cadre, la vente au plus offrant décidée par le juge doit-elle être prise en considération dans le cas d'une préemption ?

Merci
Afficher la suite 

3 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
4997
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2019
1544
1
Merci
Bonjour
1/réponse affirmative peu importe l'intervention d'un juge des tutelles, il s'agit d'une cession de gré à gré. En revanche si le droit de préemption est exercé et le prix fixé par le juge de l' expropriation, il s'agit d'une cession forcée.
2/ Si la dernière offre de la collectivité qui préempte est inférieure au prix fixé par le juge des tutelles , ou bien celui-ci révise sa décision, ou bien c"est le juge de l'expropriation qui est saisi et qui fixe le prix.

Dire « Merci » 1

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 23892 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de Ulpien1
Messages postés
4997
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2019
1544
0
Merci
Bonjour
Il n'y a pas de plus offrant dans le cas d'une préemption, mais un seul titulaire du droit!
Commenter la réponse de Ulpien1
0
Merci
Bonjour Ulpien 1,

Merci pour cette réponse rapide.

Ma question n'est peut-être pas bien formulée et elle comprend deux parties.

La première interrogation est celle-ci : La vente autorisée par ordonnance du Juge des tutelles d'un terrain appartenant à un majeur protégé peut-elle être considérée comme une vente de gré à gré , une aliénation volontaire ?
Car de fait la personne sous tutelle ne décide pas de vendre son bien, c'est un besoin de prise en charge financière qui oblige son tuteur à engager cette démarche avec bien sûr l'autorisation du juge des tutelles.

La seconde interrogation porte sur le fait que si le titulaire d'un droit de préemption fait une proposition pour acquérir à un prix bien inférieur au prix auquel le juge des tutelles a autorisé la vente au prix le plus élevé suite à plusieurs offres, ne peut-on pas considérer qu'il y a une analogie avec le cas de préemption suite à une adjudication dans le cas d'une liquidation judiciaire où le prix de la préemption doit correspondre à celui de la dernière enchère.

Je suis désolé si ce n'est pas très clair mais je vous remercie pour l'attention portée à ces questions.
Commenter la réponse de chris
Dossier à la une