Négociation de prêt ouverture de compte [Résolu]

Signaler
-
Messages postés
6277
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 novembre 2020
-
Bonjour je voulais renegocier mon prêt maison pour avoir un taux plus intéressant en changeant de banque je suis allé voir au CIC et il me force a ouvrir un compte pro pour ma femme infirmière libérale et à prendre les assurances chez eux est-ce légal

4 réponses

Messages postés
793
Date d'inscription
samedi 9 avril 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
20 novembre 2020
591
C'est une négociation commerciale, le but est de trouver un terrain d'entente entre les 2 parties.
Vous n'êtes pas obligé d'accepter et la banque non plus.

Inversons les points de vues :
"J'ai un client qui est venu me voir pour que je lui rachète son crédit immobilier avec un taux inférieur, il m'impose ses conditions et refuse la moindre contrepartie ? Est-ce légal ?"
Peut-être sauf que pour le client pas de terrain d'entente pas de négociation la conseillère m'a dit c'est ça ou on ne fait pas affaire donc je pense que je suis tombé sur une très mauvaise pas eu le temps de m'asseoir tout de suite attaquer sur le compte pro.
Bonjour,

Vous faites une demande, la banque vous fait part de ses conditions pour accepter votre demande.

Ensuite à vous de voir si vous êtes d'accord ou pas.

Rien d'illégal dans la proposition.

Cdt.
Bonjour, votre position se comprend mais celle de la banque aussi : un prêt immobilier ne rapporte plus rien aux banques, elles doivent donc aller chercher de la rentabilité ailleurs.
Bonjour merci de votre réponse mais je pense que je n'ai affaire qu'à déconseillé bancaire il faut aussi se mettre dans la peau d'un particulier il me semble que tout le monde a été dans ce cas et que les banques se gavent assez sur le dos des particuliers
Si les banques se gavent tant que ça sur votre dos pourquoi allez-vous les voir ?? Ah oui ce sont les seules à pouvoir vous aider à financer et là à gagner de l'argent...

Bref bon courage à la banque qui vous récupérera...
Je pense que j'ai encore à faire a un macroniste
C'est un jeu sans fin Monsieur le Conseiller il me semble que les banques ont aussi besoin de nous sur ce bonne fin de journée
Je ne vois pas le rapport avec la politique et je ne suis pas conseiller. Venir sur un forum c'est accepter que les réponses n'aillent pas dans votre sens. Si vous savez déjà tout ne venez pas...
Merci de votre réponse
Mais c'est quand même aberrant la conseillère me dit on ne vous force pas mais si vous ne faites pas ça on ne fait pas affaire ensemble je pense que négocier le prêt en mettant tous mes comptes dans cette banque c'est déjà suffisant on n'a pas à me forcer à ouvrir d'autres comptes ou à prendre des assurances
Messages postés
6277
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 novembre 2020
3 957
Je vais aller plus loin que Pierre22, la banque en ce moment perd de l'argent à prêter pour desachat immobilier. Si elle le fait toujours c'est pour attirer des clients sur d'autres produits et garder ceux qu'elle a déjà.
Aujourd'hui les taux d'intérêts sont trop bas, ne rapporte presque rien. Il faut penser également que prêter de l'argent cela a un coût pour la banque, un cout en fond propre, un cout en risque et plus vous emprunter sur le long terme plus ça lui coute. Elle va donc chercher de l'argent ailleurs, si vous ne le faites pas, ça ne l'intéressera pas, elle sera perdante économiquement, elle n'a aucune rentabilité sur ce produit.
C'est un jeu gagnant gagnant, sans elle vous ne pouvez pas financer votre achat et sans d'autres produits la banque n'a pas d'intérêt à vous financer.

Sachant que dans l'affaire, vous êtes en position de faiblesse, c'est vous le demandeur, c'est vous qui avez besoin d'un financement donc la banque est en position pour conditionner son offre à la souscription d'autres produits, ou à une domiciliation de salaire, etc.
Cela reste une relation commerciale, entre un client et une société privée, chacun est libre d'accepter ou non les conditions de l'autre.
Dossier à la une