Déménagement pour quitter studio

Messages postés
4
Date d'inscription
mercredi 10 juillet 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
10 juillet 2019
- - Dernière réponse : Loup777
Messages postés
4
Date d'inscription
mercredi 10 juillet 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
10 juillet 2019
- 10 juil. 2019 à 18:02
Bonjour,
Je suis maman d’un petit garçon de 9 mois. Séparée du papa depuis la grossesse il l’a tout de même reconnu à la naissance. Malgré un début difficile pour fixer les droits de visite nous commençons, avec le père, à trouver un équilibre. Le délibéré du JAF a été rendu il y a deux semaines. Le DVH étant pour l’instant fixé à une journée par semaine (sans nuit) jusqu’au mois de septembre (ses 1 ans) puis ce sera deux journée et une nuit toute les deux semaines ainsi que la moitié des vacances scolaire pour finir par du vendredi 19h ai dimanche 19h une fin de semaine sur deux ainsi que la moitié des vacances scolaires.
Avant le délibéré du juge, après l’audience nous avions déjà commencé (donc pendant 1 mois environs) a mettre en place des journées complètes chez son père (6 ou 7 en tout). Le conflit est palpable depuis la naissance et mon fils. Suivi par un pédopsychiatre depuis février il présentait des petits troubles liés à la situation tendue entre son père et moi renforçant ainsi ma motivation à lui éviter d’assister à des scènes en empêchant , à deux reprises son père d’exercer son droit de visite (celui que nous avions convenu ensemble sans JAF et qu’il ne respectait, par ailleurs pas souvent).
Il a donc saisi le JAF en référé qui a statué pour une progressivité de DVH afin de ne pas troubler notre fils en l’envoyant trop vite trop longtemps chez une personne qu’il connaissait trop peu (malgré le fait que ce soit son père) et dans un lieu inconnu alors qu’il est avec moi depuis la naissance. (Je suis au chômage). Il a été fait mention tout de même dans le délibéré que j’avais maintenue exprès mon fils a l’écart de son père étant une mère possessive et fusionnelle. (En thérapie moi même j’ai compris plus tard qu’il n’y avait certainement pas que du faux là dedans)
Bref...
Mon problème se pose maintenant. En effet j’ai déposé, depuis la grossesse, une demande de logement social pour Paris et sa région mais nous attendons toujours. En attendant je vis avec mon fils et un chien de 30 kilos dans un studio de 30 m2 a Paris. Le père vit en banlieue dans un appartement de 35m2 avec une seule chambre.
Je tenais absolument a ne pas quitter la région parisienne pour que mon fils puisse entretenir des liens étroits dans la durée avec son père mais je me vois face à un casse tête.
Je me démène depuis des mois pour trouver un appartement et offrir au moins une chambre à mon fils mais rien ne se passe. En effet , au chômage, personne ne veut me louer son bien.
En dehors de ça, ayant des revenus (caf, pension alimentaire et chômage inclus) autour de 2000 euros je ne peux pas me permettre d’avoir un loyer au dessus de 1000 euros (et encore c’est deja trop).
Je dois reprendre le travail bientôt. En reconversion professionnelle pendant la grossesse pour exercer à mon compte je peux le faire partout en France même si, avoir un terrain serait plus pratique (diplôme d’educateur canin). Mais je ne sais pas quels seront mes revenus au départ.
Je ne sais donc pas quoi faire. La seule solution me paraît être de quitter la région parisienne mais le père de mon fils ne me laissera pas faire. Je crains qu’il ne demande la garde et l’obtienne puisque c’est moi qui , par mes choix, entraverai le DVH.
Il est bon de préciser que le père de mon fils travaille beaucoup et ferait donc garder le petit tout le temps alors que mon emploi a moi permettrait de lui épargner des jours de crèche.
Pensez vous qu’un JAF comprendrait ma situation? Qu’il oserait confier la garde au père qui ne l’a encore jamais eu 24h complète chez lui? Et si c’est pour pouvoir offrir un lieu de vie décent à mon fils puisque je n’ai pas les moyen de le faire en région parisienne? Est ce seulement une mutation qui justifie l’éloignement?
Il est hors de question que je perde la garde de mon fils quitte à vivre toujours dans notre petit studio (et ce sera pour son père un bon motif de demander un transfère de garde aussi) . Je me sens pieds et poings liés. Que dois-je faire?
Merci...
Afficher la suite 

2 réponses

0
Merci
Bonjour

Sans doute laisser tomber votre supposée reconversion, et trouver un travail stable avec fiche de paye à la fin du mois.
.....non.....ce n'est pas le JAF qui pourrait faire perdre une garde mais un juge pour enfant et après une enquête sociale parce qu'il a eu un signalement du Conseil général, d'une PMI, de l'école et en préalable a l'enquête sociale .....etc..... cher internaute.
Ne faites pas de ce que vous croyez, une vérité ......il y en a énormément de gens comme vous qui pensent que.....qui croient que.....et en font la règle !

Mon taf : enquêtrice près du juge des enfants au Tribunal de Grande Instance de Mulhouse......à la retraite.......

Nul n'est parfait, j'en conviens !
ce n'est pas parce que vous avez reussi à séparer vos enfants de leur père en vous carapatant à l'autre bout du monde que tout le monde reussira
un juge digne de ce nom déteste que les parents brisent le lien avec leurs enfants, ne permettant au parent gardien de ne les voir qu'une fois par an!
pas besoin d'enquête sociale pour qu'un JAF décide que le parent qui s'éloigne perde la garde de son enfant
on voit cela ici tous les jours! à longueur de forum
quant à votre "taf" comme vous dites si bien... je suis divorcée moi même alors permettez moi de ne pas dire ce que j'en pense... heureusement que mon ex et moi étions en excellents termes..; car les questions que cette femme nous avait posées à l'époque devant notre fille de 3 ans étaient tout simplement scandaleuses
Loup777
Messages postés
4
Date d'inscription
mercredi 10 juillet 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
10 juillet 2019
> Mars -
J’en ne parle pas de visite chez son père une fois par an non plus. Je ne comprends juste pas comment il est possible de laisser un parent qui a la garde dans une situation économique précaire, quitte à ce que l’intérêt supérieur de l’enfant ne soit pas respecté (logement trop petit pour lui) pour respecter un DVH d’un week end sur deux.
Donc la vie de l’enfant est pourrie au quotidien mais il voit son deuxième parent régulièrement??!
Qu’est ce que c’est Que cette règle?
Et surtout décider qu’un bébé d’un an qui n’à encore jamais passé plus de 10h d’affilee avec son père (ou mère j’entend) soit tout d’un coup confié au quotidien à celui ci. Privé du jour au lendemain du seul lien d’attachement qu’il a construit jusque là avec sa mère. C’est incroyable! Irrationnel!
C’est dans l’intérêt supérieur du parent que les juges statuent... pas de celui de l’enfant. Évidemment il ne peut pas se prononcer et ça arrange bien tout le monde. Et quand il le pourra et exprimera son souhait de rester auprès va de sa mère (si tel est le cas) celle ci sera taxé d’alliénante.
C’est scandaleux.
Je comprends maintenant très bien l'orientation de votre réponse. ....
je n'oriente rien du tout... je dis ce qui est
Commenter la réponse de amon
Messages postés
4
Date d'inscription
mercredi 10 juillet 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
10 juillet 2019
0
Merci
Merci pour votre réponse mais j’en pense malheureusement que les JAF statuent au cas par cas dans ce genre de contextes. Ma profession étant libérale je ne vais pas trouver un poste à proprement parler avant d’être installée dans la prochaine région. Je ne serais pas salariée en cdi je veux dire. Dans ce domaine on trouve des clients. C’est plus un carnet d’adresses et du bouches à oreilles qui font les revenus. La recherche du logement est donc prioritaire et c’est là que ca bloque.
Les juges laissent la garde au parent qui l’a déjà si il déménage pour un poste et un rapprochement familial cumulés par exemple. Selon mon avocate (qui m’a conseillé tout à l´heure) invoquer le manque de place dans le domicile et les loyers trop élevés de la région parisienne pourrait donner l’impression que je fuis simplement le père et ne permet pas la mise en place du DVH prononcé récemment.
Et le juge pourrait fortement décider de confier la garde au parent qui, par sa situation, respecterait mieux le DVH du second.
Voilà voilà.
Je suis dépitée.
Vouée à prendre un travail qui n’est pas dans ma branche pour construire un dossier solide et avoir un grand appartement près de son père.
Trop mal faite la justice.
Commenter la réponse de Loup777
Dossier à la une