Usure précoce des murs dans une location

- - Dernière réponse : djivi38
Messages postés
25795
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
18 juin 2019
- 31 mai 2019 à 22:56
Bonsoir,

Nous vivons actuellement dans une location depuis 1an et demi: une maison entièrement rénovée avant notre arrivée et divisée en 3 appartements (2 autres couples sont dans notre situation).

Nous avions déjà remarqué des traces dans les escaliers lors de l'état des lieux sans vraiment réaliser l'ampleur du problème. En fait la "peinture" n'est qu'un apprêt / une sous couche et nous n'en avons pas été informés en emménageant.
Résultat après quelques mois seulement les murs étaient couverts de traces. En fait il suffit du frottement d'un jean ou d'une fermeture éclair pour que ça marque et la peinture part quand on essaie de nettoyer avec une éponge. Les murs boivent les éclaboussures d'eau ou de gras, ça fait des auréoles.

En clair, ces murs n'étaient en état de supporter une usure normale du bien.

Personnellement je trouverais très injuste de devoir tout repeindre à nos frais lors de notre départ.

Au vu de ces éléments quels recours avons nous ? Le bailleur peut-il se servir sur notre caution si nous décidons de laisser les murs en l'état ?

D'avance merci pour vos réponses et belle soirée
Afficher la suite 

1 réponse

Messages postés
25795
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
18 juin 2019
4923
0
Merci
bonjour,

Tout d’abord quelques précisions pour savoir de quoi on parle exactement :
  • Le DG (= DÉPÔT de GARANTIE) est une SOMME D'ARGENT versée par le locataire au bailleur à la signature du contrat de location, afin de permettre de couvrir d’éventuels manquements de la part du locataire (dégradations, défauts d’entretien, loyers impayés…).
  • La CAUTION désigne l’ACTE JURIDIQUE (acte de cautionnement).
  • Le GARANT est la PERSONNE qui se porte caution.



Des retenues sur DG, au titre de réparations, ne peuvent se faire que pour des "dégradations" mentionnées sur EDLS - et pas sur EDLE – et NON rajoutées après signatures.
Et si vous n'êtes pas d'accord avec les mentions portées sur l'EDLS, vous êtes en droit de refuser de le signer (mais récupérez quand même votre exemplaire non signé)... et le bailleur sera en droit de mandater un huissier (à frais partagés du coup, puisque obstruction de votre part à l'établissement d'un EDLS) pour faire cet EDLS.

Pour + de détails voir mon topo post N°1 par ce lien :
https://droit-finances.commentcamarche.com/forum/affich-7942063-non-restitution-de-la-caution#answers

Et encore un peu de lecture, extraite de mon topo sur la location :

VIII-) EDLS = ÉTAT DES LIEUX SORTANT :

- Un EDLS est DÉFINITIF.
- Le bailleur va examiner le logement et mentionner toutes les « dégradations » que le locataire aurait pu faire, afin de pouvoir retenir sur le DG le montant des réparations : d’où la grande importance pour le locataire de bien faire l’EDLE et pour le bailleur de bien faire l’EDLS.
Ces retenues, correspondant aux dégradations après comparaison des EDL S & E, devront être justifiées par devis OU factures (OU tickets de caisse si le bailleur fait lui-même les réparations).
- Faire l’EDLS logement vide de meubles (pour location nue) et ménage fait (y compris les vitres).
- Si location en meublée : relever les indices des compteurs et les mentionner sur l'EDLS.
- Si location en vide : résilier les abonnements électricité/gaz/eaux/Internet...
- Nouvelle adresse : « Informer son bailleur de sa nouvelle adresse est une obligation pour le locataire partant depuis la loi Alur » (article 22 de la loi du 6 juillet 1989) »
- Avant de signer : relire le tout calmement.
- Si le locataire n’est pas d’accord avec les mentions apposées sur l’EDLS, il est en droit de ne pas le signer ET le bailleur sera en droit de faire faire un EDLS par un huissier (à frais partagés car refus de signer du locataire).
Tout EDL par huissier n’est PAS contestable.
Si le bailleur ne fait pas appel à un huissier (dans le cas d’un EDLS non signé par le locataire), il ne pourra faire aucune retenue sur le DG au titre de réparations de dégradations.
https://www.litige.fr/articles/etat-des-lieux-huissier-constat-obligations-locataire-proprietaire
- Exemplaires EDLS : chaque partie récupère le sien immédiatement après signatures : article 3-3 du décret de la loi ALUR du 30 mars 2016.
Si EDLS non signé, récupérer quand même son exemplaire.
- https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/3/30/LHAL1515736D/jo/texte (art 3 du décret ->3°)

Clés :
- Se rendent toujours à la FIN de l’EDLS.
- À défaut, exigez un REÇU daté et signé du bailleur (des clés laissées dans une boite de lettres n’apportent pas la preuve de la date du rendu. Et aussi, par exemple, un gardien d’immeuble n’est pas habilité à recevoir des clés d’un locataire sortant, sauf s’il a été dûment mandaté par le bailleur).
- Depuis la loi ALUR (loi du 6/7/1989 : art. 22 - alinéa 3) la remise des clés doit s’opérer en main propre OU par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, au bailleur ou à son mandataire.
- Restituer le même nombre de clés que celui mentionné sur l’EDLE. https://www.legavox.fr/blog/maitre-joan-dray/obligations-parties-restitution-cles-10504.htm

Dû :
un locataire reste redevable du loyer + charges au moins jusqu'à la fin de son préavis, sauf si le bailleur reloue avant la fin dudit préavis, et au plus jusqu'au rendu des clés si postérieur à la fin du préavis (hormis les cas particuliers des baux avec clause de solidarité). Tant que toutes les clés ne sont pas rendues le paiement du loyer est dû.


A votre disposition si questions.
Cdt.
Commenter la réponse de djivi38
Dossier à la une