Que pensez des CGP (conseil en gestion de patrimoine) ?

Signaler
Messages postés
4
Date d'inscription
vendredi 12 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
12 avril 2019
-
 Chrome -
Bonjour à tous,

Ayant quelques placements financiers ici et là, j'ai eu recours à deux CGP (conseils en gestion de patrimoine) différents, un petit CGP indépendant et un gros groupe de CGP avec plusieurs bureaux en France.
Seulement voilà, depuis la nouvelle réglementation (MIF2 si je comprends bien), j'ai appris que le mot "indépendant" ne pouvait plus être utilisé par la plupart d'entre eux (ce qui n'est a priori pas vraiment respecté). Ce qui m'a fait me renseigner sur le sujet. En réalité, le vrai indépendant doit désormais facturer des honoraires ET ne doivent plus recevoir de commissions. Et le problème est là, en réalité j'étais loin d'imaginer ce que gagnait sur mes placements un "conseiller" qui en réalité perçoit des commissions bien plus nombreuses que je ne l'imaginais et surtout représentant un montant assez important au final ce qui correspondrait à un nombre d'heures de travail conséquent chez un vrai conseiller financier.
Après discussion avec pas mal de monde y compris dans le milieu, il s'avère que les CGP vivent sur un modèle de rente. Ils accumulent un maximum d'encours possible, pour percevoir sans rien avoir à faire des commissions annuelles des banques et assurances. Une rente qu'ils revendent après au plus offrant. ET le client dans tout ça ? Quand on se targue d'avoir des milliers de clients, comment peut on réellement fournir une prestation de conseil sur mesure et adaptée qui serait vraiment en corrélation avec les montants important d'argent qu'ils se mettent dans la poche. Et au final, ce qu'ils touchent impunément, c'est autant de performance en moins pour le client. Qu'en pensez-vous ?

Au final un vrai conseiller indépendant facture des honoraires de conseil et donc on paye une prestation réelle et attendue. J'ai même vu un conseiller redonnant ces fameuses commissions au client qui profite donc vraiment de ce que produit son argent.

4 réponses

Messages postés
23079
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2020
8 948
Bonjour,
Si c'est gratuit ... c'est toi le produit !
Messages postés
23079
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2020
8 948
là encore : c'est la loi du marché ! Ne pas en tenir compte c'est être bien naïf....

"Toute peine mérite salaire" : donc une rémunération n'est pas scandaleuse. Son montant peut-être ?
Mais dans ce cas, on choisit une solution "low cost" = se renseigner soi-même !
Messages postés
23079
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2020
8 948
Un site utile pour vous :
https://www.moneyvox.fr/
Messages postés
4
Date d'inscription
vendredi 12 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
12 avril 2019

Merci pour votre réponse, je suis d'accord que tout conseil mérite salaire. Le problème est qu'ils disent donner un conseil alors que le conseil est orienté en fonction de LEUR commission. De plus c'est bien souvent très opaque. Et pour cause : totalement disproportionné !
Le low cost cache forcément quelque chose, on en a pour son argent.
L'option des conseillers indépendants qui prennent zéro commission et fournissent un conseil réel au sens noble du terme, voire qui rétrocèdent ces commissions à leurs clients dans leurs intérêts, semble la plus pertinente. Il semblerait que certains cabinets novateurs sortent de terre. Tant pis pour les cgp traditionnels ...
Messages postés
23079
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2020
8 948
Il semblerait que certains cabinets novateurs sortent de terre
A but non lucratif ???? Laissez moi rire !!! Ils ont trouvé une meilleure manière de tout cacher !
Messages postés
4
Date d'inscription
vendredi 12 avril 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
12 avril 2019

Et bien pas du tout. C'est simple, le conseil donne un conseil, suite à une lettre de mission, avec des honoraires fixes prévus à l'avance et acceptés par le client et basé sur de réelles heures de travail justifiés. L'investissement conseillé (ou la stratégie juridique successorale etc.) est donc choisi dans son intérêt, car aucune commission n'est perçue par le conseiller. Ils rétrocèdent les commissions perçues sur les produits au client s'il y en a. Ils défendent les intérêts de leurs clients. Ca existe mais c'est rare je vous l'accorde bien volontiers. cf nom supprimé par la modération
C'est toujours amusant de lire des post sur ces sujets. On comprend vite que tous les clients mènent des vies transparentes, à la limite du bénévolat. Le problème n'est pas ce que touche le conseiller. Le problème est de savoir si son intervention apporte un supplément de rémunération à celle que les compagnies auraient apporté sans lui. En pratique, la vie est simple : 100% des clients veulent gagner le plus possible en affrontant le moins de risque possible. S'il en est capable, c'est là que le conseiller rentre en scène. C'est lui aussi qui va prendre la peine de suivre les valeurs tous les soirs, y réfléchir pendant la nuit et, le cas échéant, prendre le lendemain matin la décision de rester sur place ou de changer de fond. Ensuite, tous les jours il pourra suivre les effets de sa décision, jusqu'à la prochaine. Entre temps, il aura le plaisir de surveiller comment les troupiers des compagnies auront mis en œuvre l'ordre qu'il aura donné. Passé le temps de la naïveté, il s’apercevra que les erreurs de dates ne sont pas des hasards malheureux pour tout le monde. Un décalage de 48 heures sur un mouvement peut permettre de détourner jusqu'à 5% du capital d'un contrat. Les jours sans cotation offrent aussi de superbes occasions de spoliation à "cours connu". Quant aux contrats "low-cost", ce sont les mêmes que les autres, seulement programmés par les compagnies pour fonctionner sans intervention humaine. Je finirai avec un point qui me tient à cœur. Régulièrement, le Ministère de la Bonne Pensée évoque le sujet de "l'escroquerie à l'assurance" et on nous donne des exemples de clients ! Une fois de plus, on ne regarde pas dans la bonne direction. Pour traiter de ces sujets, il faudrait faire la somme de ce que les clients indélicats ont coûté aux compagnies et tenter une estimation de ce que les compagnies ont mis de côté en ne remplissant pas leurs obligations. En commençant par l'assurance DECES-INVALIDITE qui n'entre en jeu QUE pour le décès (et encore). Pour l'invalidité, c'est d'une finesse abjecte. Pour fonctionner, la plupart du temps, il faut une invalidité de niveau 3 au sens de la Sécurité Sociale, qui, elle-même, déclenche des aides et des pensions. Le médecin de la Sécurité Sociale devient le gardien du coffre fort de Bercy. Donc la bonne réponse est : "NON". Même avec un cancer en phase terminale et une mort annoncée avec précision, le médecin convoque le candidat à son bureau (C'est arrivé à ma compagne). Si ce dernier s'y rend, à l'évidence, c'est qu'il n'est pas invalide. CQFD. Et les banquiers nous font tous signer ces assurances pour lesquelles on paie strictement pour rien. <<Escroquerie à l'assurance, me disiez-vous>>. Sincèrement, dans le grand jeu de l'assurance, les CGP sont de petits joueurs.
En fait il faut bien choisir ses contrats, le distributeur, l'assureur et le gestionnaire du placement. Je m'en rends compte maintenant que je me plonge dans le détail des frais de mes contrats (banques classiques et banques en ligne notamment). Les frais affichés sont seulement les frais de gestion, mais jamais les frais sur les supports d'investissement sur lesquels beaucoup de CGP touchent des rétrocommissions. Ca pose deux problèmes à mon sens : premièrement, c'est des rendements en moins pour l'investisseur (et on ne s'en rend pas compte, mais bon c'est le jeu faut bien que les cgp se paient), ensuite et c'est plus grave, ça pose un problème de probité du conseil. Comment être sûr de la probité du conseil si l'intéressement du CGP varie en fonction du produit proposé ? L'investisseur est potentiellement perdant, et cette absence de transparence est embêtante.

Cet article m'a beaucoup aidé à m'en rendre compte : https://blog.nalo.fr/bien-choisir-conseiller-gestion-patrimoine/
Un CGP peut être clairement utile, mais pas nécessairement pour les raisons que l'on croit.

Un CGP peut vous accompagner sur différents plans, notamment :
- L'organisation de votre succession
- La protection financière de vous même et de votre famille
- L'optimisation de l'organisation de votre patrimoine, en gérant les complexités du patrimoine professionnel
- Du conseil en immobilier
- Le choix des meilleures enveloppes et des meilleurs produits d'investissements
Et bien plus encore

Il est clair que la profession doit évoluer, au moins pour deux raisons :
- Le business model est en grande partie fondée sur les commissions données par les créateurs de produits financiers pour distribuer leurs produits. Certains CGP pourraient avoir tendance à favoriser les produits qui donnent la plus grande commission ... La législation est en train de changer et va de plus en plus dans ce sens.
- On peut désormais piloter ses finances sans trop de difficulté, notamment grâce à la gestion passive et aux ETF. Voir notamment cet article https://www.epargnant30.fr/gestion-passive/ Cela étant le CGP pourra tout de même aider à avoir une bonne performance dans le temps, en aidant son client à faire moins d'erreurs.
Dossier à la une