Etat des lieux de sortie non contractuel / demande de réparations

Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
- - Dernière réponse : cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
- 5 mars 2019 à 13:10
Bonjour, j'aurai besoin d'éclairage sur la bonne et due forme d'un état de lieux de sortie, car actuellement je trouve que le propriétaire a des façons de faire non-réglementaires, presque malhonnêtes.

Voici le contexte :
Je viens de quitter ma location meublée d'une maison individuelle à la date du 28 février 2018.
Un rendez-vous d'état de lieux de sortie a eu lieu le même jour, les 2 parties ayant été représentées (mandataire à la place du propriétaire). L'état des lieux de sortie s'est déroulé sans soucis, cependant en émettant une réserve sur l'état d'une baignoire et sur l'état d'un escalier en intérieur.
Les clefs ont été rendues, j'ai également rédigé et signé une lettre mentionnant que je certifiais quitter les lieux à cette date.

Je me rends compte maintenant que le seul document signé par les 2 parties est l'inventaire du mobilier pour location meublée, avec bien sûr la mention de la date de sortie, ainsi que la validation et la confirmation que les objets / mobiliers répertoriés sont en bon état.

Un état des lieux d'entrée a bien été effectué, avec cette fois-ci un document papier d'état des lieux d'entrée certifié exact et signé par les 2 parties.

Il n'y a pas de document d'état des lieux de sortie signé par les 2 parties, ayant une forme identique au document d'état des lieux d'entrée.

Le problème :
Je reçois après la date d'état des lieux de sortie et le rendu des clefs, un mail des propriétaires ainsi que des photos datées de dégradations, vérifiées après coup, sans notre présence, en justifiant que ce mail est un complément de l'état des lieux de sortie, et que les photos sont je cite : "des justificatifs légaux car datées et prises avec iphone".

- Leurs remarques listent notamment quelques mobiliers / objets dégradés, alors que le document d'inventaire ne signale aucune dégradation de ces éléments.
- Ils me rendent responsable d'un trou dans la façade de la maison, proche cadre fenêtre, résultat d'une dégradation d'une fissure faite par cause naturelle. Mon erreur est de ne pas avoir gardé de preuve, cependant des experts à eux sont venus suite à des problèmes d'infiltration d'eau à l'entrée de la maison, dégradant plusieurs fois les murs à l'entrée, et leur ont signalé une saturation d'eau à 90% de leur façade.
- Ils me rendent aussi responsable de dégradation de l'escalier intérieur, dont les marches ne tiennent pas, qui ont cependant été recollées 2 fois par les soins du propriétaire et non d'un professionnel.

D'après eux, je cite (de leur mails) :
- "La loi stipule 2 mois pour rendre le dépôt de garantie, justement pour avoir le temps de voir les vices cachés, et notamment quand les parties ne sont pas d'accord"
- "La loi nous protège justement avec un délai pour avoir le temps de regarder ce qui n’a pas été relevé au moment de l’état des lieux."
- "L’ état des lieux de sortie est différent de l’état de lieux d’entrée. Si vous n’êtes pas d’accord nous pouvons refaire cette semaine une expertise de la maison avec un tiers de votre choix."
- "Tous les détails sur nos emails sont vrais, vérifiables et vous avez les photos. Nous pouvons faire passer un huissier si vous le souhaitez, mais il sera à votre charge."
- "Nous avons besoin de toutes les factures de services acquittés jusqu’au 28 février 2019, c’est votre responsabilité de les mettre à disposition pour pouvoir vous rendre le dépôt de garantie."

Des personnes autour de moi, qui sont également propriétaires me signalent :
- que je n'ai aucune obligation de fournir de facture de gaz, eau, électricité, à partir du moment où elles sont payées.
- que l'entretien et réparations locatives ne tiennent pas compte de la façade et de l'escalier.

Voila, je suis dans une situation où je ne sais pas ce qui est vrai, ce qui est faux, et malheureusement pour moi, pas assez armée lors de l'état des lieux de sortie. J'ai confondu inventaire du mobilier et document d'état des lieux de sortie.

Pour moi il serait juste que je récupère la totalité du DG équivalente à 2 mois de loyer, ou du moins une bonne partie, si les réparations émises pour l'escalier par exemple sont en effet à mes frais. Car à partir du moment où le rendez-vous d'état des lieux de sortie a été fait, qu'il n'y eu aucune dégradation valable signalée au rendez-vous, que l'inventaire du mobilier a été signé, le propriétaire ne peut pas revenir sur ce qui a été dit. Et je doute fort que l'on puisse utiliser des mails comme "document d'état des lieux de sortie" légal.

Merci beaucoup pour votre aide et vos conseils et je m'excuse pour ce pavé de lecture!
Bonne journée,
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
12035
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Dernière intervention
7 mars 2019
4307
2
Merci
Bonjour,
en émettant une réserve sur l'état d'une baignoire et sur l'état d'un escalier en intérieur. 

est-ce noté sur un document écrit et signé des 2 parties ?
L'EDLS n'est pas obligatoirement sour la même forme que l'EDLE.
Par contre il ne peut pas être complété après coup !
Les retenues doivent être justifiées par des devis ou factures, déduction faite de la vétusté (= selon l'âge )

Informations officielles et textes de loi : ici : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33671

Donc ne répondez plus par mail.
Envoyez dans 1 mois un courrier RAR pour exiger votre DG en totalité ou de justifier les retenues.

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 25739 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
Bonjour, merci pour votre réponse!
Ok d'après les forums / sites que j'ai pu parcourir, l'EDLs peut être fait sur un nouveau document, mais il doit avoir une forme identique à l'EDLe.

Sauf que là, l'EDLe est sur un document papier signé par les 2 parties + un inventaire du mobilier car location meublée également signé par les 2 parties,

et l'EDLs ne reprend pas un document papier du même type signé des 2 parties le jour du rendez-vous, se fait après coup uniquement par mail + le même inventaire du mobilier qui mentionne en effet les dites réserves dans un encart "observations" dédié à la sortie, ce document-ci est signé par les 2 parties.Texto, il est écrit dans l'encart : "réserves : baignoire, escaliers" et ne mentionne en aucun cas une "dégradation".

Est-ce que, dans ce cas, l'inventaire de mobilier fait office de document légal d'EDLs ?

Je vous remercie pour le lien service-public, en effet je l'avais parcouru pour connaître mes droits.
Je prends donc note de ne plus répondre par mail.
anemonedemer
Messages postés
12035
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Dernière intervention
7 mars 2019
4307 -
La forme de l'EDLS n'est pas imposée par la loi.
anemonedemer
Messages postés
12035
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Dernière intervention
7 mars 2019
4307 -
"réserves : baignoire, escaliers"
ne veut rien dire !
il aurait fallu préciser : rayures ? saleté ? impact ? taches ?
et aucune expertise a posteriori n'est possible (il a pu se passer plein de choses dans ce logement depuis ...)
Bref attendez les devis pour pouvoir contester avec des arguments.
cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
Merci beaucoup pour vos précisions, je vais suivre tous vos conseils! Bien cordialement
Commenter la réponse de anemonedemer
Messages postés
23694
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
7 mars 2019
5302
1
Merci
bonjour,
je n'ai que peu de temps maintenant... je reviendrai plus tard...

" "La loi stipule 2 mois pour rendre le dépôt de garantie, justement pour avoir le temps de voir les vices cachés"
(...) "La loi nous protège justement avec un délai pour avoir le temps de regarder ce qui n’a pas été relevé au moment de l’état des lieux."

On se fout de vous...
Un EDLS est DÉFINITIF. Ces 2 mois sont pour avoir le temps de faire faire des devis (ou des réparations.. avec factures) pour les apporter en justificatifs lors de la restitution du solde du DG.
Ni un "expert" ni un huissier ne se déplaceront du moment qu'un EDLS a déjà été fait et est signé des parties prenantes.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006066148
(Annexe art 2)

cdt.
cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
Bonjour, merci pour votre retour !
Oui il me semblait bien...

Voila actuellement, je n'ai que ce type de document signé par les 2 parties : https://www.papeterie-gouchon.com//uploads/Medias/46/db/G_pim_91_1455640896.jpg
De mon côté, comme répondu à un autre membre, tout est coché positif et sans dégradation, et l'encart "observations" de sortie mentionne noir sur blanc "réserves : baignoire, escaliers" et ne mentionne en aucun cas une "dégradation", ou même l'état des dites réserves.

si vous me confirmez que ce document ainsi que la remise officielle des clefs sont bien les preuves définitives que l'état des lieux de sortie a été effectué, donc en effet le proprio est dans l'illégalité avec ses propos post-EDLs...

Bref, je suis vraiment perdue avec toute cette paperasse...
djivi38
Messages postés
23694
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
7 mars 2019
5302 > cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
>> Non, un document listant la liste du mobilier n'est pas un EDLS et ne peut pas le remplacer....

>> D'accord avec les posts 6 et 1.

>> Je vous propose de lire ceci, c'est long, lisez-le à tête reposée... :-) et de réfléchir aux preuves que vous pourriez apporter pour dénoncer cet EDLS (entre autre pour la non remis immédiate de votre exemplaire de suite après signatures. Voir : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/3/30/LHAL1515736D/jo/texte (art 3->3°).


>> Topo sur le DG = DÉPÔT DE GARANTIE pour les locations à usage d'habitation principale soumises à la loi du 6 juillet 1989 (DG souvent improprement appelé "caution", laquelle est une PERSONNE qui s’engage à régler au bailleur les éventuels impayés du locataire dont il se porte garant en rédigeant un acte de cautionnement) :

Art 3-2 loi 6/7/1989 :
-> « A défaut d'état des lieux ou de la remise d'un exemplaire de l'état des lieux à l'une des parties, la présomption établie par l'article 1731 du code civil ne peut être invoquée par celle des parties qui a fait obstacle à l'établissement de l'acte ou à sa remise à l'une des parties. »
Ça veut dire :
-> Si pas d'EDLE = logement réputé être remis en "bon état" = à la sortie, toutes les mentions de l'EDLS seront comparées à du "bon état".
-> Si pas d'EDLS = logement rendu en bon état, sauf preuves contraires.
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33671
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31270


Conseil :
Si EDLS pas signé (= pas d'EDLS) : le locataire est en droit de récupérer quand même son exemplaire et de faire signer un reçu (2 exemplaires) daté de restitution intégrale des clés avec la nouvelle adresse mentionnée dessus.
Le bailleur est en droit de faire appel à un huissier, peu de temps après, pour faire un EDLS, dont le constat sera incontestable.

Hormis le cas d’un EDLS fait par huissier, une RETENUE sur DG ne peut se faire QUE SI toutes ces conditions ont été respectées :

- l'EDLS a été fait contradictoirement,
- ET a été signé de toutes les parties prenantes,
- ET un exemplaire a été remis à chacun immédiatement après signatures (art 3-3° du décret n° 2016-382 du 30 mars 2016),
- ET pour des dégradations "locatives" (ce qui exclut les dégradations par usure et celles non locatives) figurant sur l'EDLS alors qu'elles sont absentes de l'EDLE,
- ET aucune modification n’a été apportée après signatures.
Si 1 seule de ces conditions est PROUVÉE manquante, pas de retenue sur DG possible au titre de réparations de dégradations.

RESTITUTION du DG au locataire (art. 22 Loi du 6/7/1989) :

Sous 1 mois maximum à partir du rendu des clés si les 2 EDL (États Des Lieux Entrant & Sortant) sont strictement identiques OU pour un EDLS non valable;

Sous 2 mois maximum à partir du rendu des clés si l'EDLS mentionne des dégradations qui ne sont pas mentionnées sur l'EDLE [les dégradations dues à la VÉTUSTÉ (Décret n° 2016-382 du 30 mars 2016 -> art 3-4°) ou à l’USAGE NORMAL sont à la charge du propriétaire (Art 1755 du Code civil : « Aucune des réparations réputées locatives n'est à la charge des locataires quand elles ne sont occasionnées que par vétusté »)]
Voir également : art 7 loi 6/7/1989.
=> Si dégradations légalement retenues (= mentionnées sur EDLS - et pas sur EDLE – et NON rajoutées après signatures) => justificatifs, datés d’avant une éventuelle relocation [devis (acceptés ou non) OU factures (Cour de cassation, 3 avril 2001)] des montants retenus correspondants aux dégradations, diminués d’un % de vétusté, que le propriétaire doit fournir soit lors de la restitution partielle du DG soit dans des << délais raisonnables >> (Cass. Civ III : 8.12.09, n° 08-20340) après mise en demeure (R+AR) par le locataire pour réclamer au bailleur de lui fournir ces justificatifs.

=> Une retenue sur DG sans justificatifs OU pour des réparations non locatives OU pour des dégradations non mentionnées sur l’EDLS permet au locataire de porter auprès du bailleur réclamation par courrier R+AR :
1°) sans réponse : de porter l'affaire devant la commission départementale de conciliation du logement (Saisine de la commission départementale de conciliation : article 7 du décret n°2001-653 du 19 juillet 2001 et art 20-A loi 6/7/1989)
http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1425-commission-de-conciliation-locataire-proprietaire
2°) avec réponse négative passé un délai de 8 jours ou après échec de la commission départementale de conciliation (**) : de porter le litige directement devant le tribunal d'instance du lieu du logement :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1783

=> Si l’EDLS n’a pas été fait CONTRADICTOIREMENT [= en présence des deux parties (propriétaire et locataire) ou de représentants ayant reçu procuration] OU s’il n’a pas été établi par un huissier (dans ce dernier cas, la signature du locataire devient inutile) OU s’il n’est pas signé de toutes les parties prenantes : aucune retenue n'est possible sur le DG au titre de réparations de dégradations. (art. 3-2 loi 6/7/1989 qui fait référence à art. 1731 Code Civil).
Mais attention (d'où la nécessité de laisser passer au mois après le rendu des clés) : le bailleur peut mandater un huissier, peu après le départ du locataire (15 jours, mais en tout cas < à 3 mois : Cour d'appel de Montpellier, arrêt du 22 mai 1996), pour faire un EDLS, lequel sera NON contestable.
(dans votre cas, l'EDLS a été fait et signé, un huissier ne se déplacera pas)

=> Hors EDLS fait par huissier, si un exemplaire papier n’a pas été remis à chaque titulaire du bail [OU si un ‘’exemplaire électronique’’ ne leur a pas été transféré sur chacun de leur support électronique de suite après signature électronique] IMMÉDIATEMENT après signatures (= AVANT de sortir du logement), le logement sera considéré à l'entrée comme donné en ‘’bon état’’ et l’EDLS sera considéré comme non fait et le logement sera supposé avoir été rendu en bon état (sauf preuve contraire), et donc : AUCUNE retenue sur le DG ne sera possible au titre de réparations de dégradations.
art 3-2 loi 6/7/1989 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000509310
[La difficulté est souvent de prouver l'absence de remise immédiate...]

=> Si le DG ne suffit pas : courrier R+AR au locataire pour réclamer le surplus (obligation depuis la loi ALUR mars 2014 pour le locataire d’écrire sa nouvelle adresse sur l'EDLS).
Au besoin, bien entendu, le propriétaire peut se retourner vers le(s) garant(s) de son locataire, à l’amiable dans un 1° temps, puis par courrier R+AR, puis, passé un délai de 8 jours sans réponse ou avec réponse nettement négative, vers la commission de justice du tribunal d’instance (*) du lieu de la location.

=> Si litige portant sur le MONTANT retenu légalement sur le DG, UNIQUEMENT s’il s’agit d’un DEVIS : le locataire peut apporter des devis contradictoires (à faire faire avant de quitter le logement) et, si le litige persiste après 8 jours sans réponse à son courrier R+AR, il peut porter le litige devant le tribunal d’instance du lieu de la location (Mais pour le locataire ayant quitté le logement, il sera impossible de faire faire un devis par un professionnel).
[Une facture - correspondant aux réparations des dégradations légalement retenues - n'est PAS contestable, mais la retenue faite doit tenir compte de la vétusté.]

=> En copropriété, le propriétaire est en droit de conserver (en sus des éventuelles retenues dues à EDLS différent de celui d'entrée) jusqu’à 20% maximum d’un mois de loyer hors charges, en vue de la régularisation définitive des charges, et de restituer le solde éventuellement dû, sans intérêts, sur justificatifs, dans le mois qui suit l'arrêté annuel des comptes de l'immeuble (art. 22 de la loi du 6/7/1989 modifié par la loi n°2014-366 du 24 mars 2014 - art. 6).

=> Le DG ne sert pas à payer le dernier mois de loyer : il s'agirait, dans ce cas, d'un « impayé de loyer » pouvant entraîner une condamnation du locataire.

=> Si le propriétaire dépasse les délais de restitution entière ou partielle du DG, le locataire - à condition qu’il n’ait pas de dettes de loyer ni de provisions mensuelles de charges au rendu des clés et qu'il ait donné ce jour-là sa nouvelle adresse (*) - est en droit d’obtenir (mise en demeure par courrier R+AR) une pénalité égale à 10% d’1 mois de loyer hors charges par mois de retard commencé (et si par tribunal, des dommages et intérêts, en sus et s’il en fait la demande, au titre de l’art. 700 du Code civil).
(Et ça va être cas : en effet le bailleur pense faire des retenues sur votre DG pour dégradations et donc disposer de 2 mois, mais, si vous pouvez démontrer la non validité de cet EDLS vous pourrez calculer les pénalités à partir du lendemain de la fin de votre préavis.)

(*) « Informer par écrit son bailleur de sa nouvelle adresse est une obligation pour le locataire sortant. » (Article 22 de la loi du 6 juillet 1989).
Le mieux est d’écrire sa nouvelle adresse sur l’EDLS.

https://www.litige.fr/articles/depot-de-garantie-non-rendu-caution-proprietaire-locataire-penalite-retard
À défaut de conciliation, le litige peut être porté devant le tribunal d’instance dans un délai de 3 ans à partir du jour où le DG aurait dû être versé.

=> RECOMMANDATIONS :

I - Accompagnez vos courriers R+AR d’une « lettre simple en suivi », ainsi, même si le R+AR n’est pas retiré, vous aurez quand même la preuve que le destinataire a bien reçu vos courriers.
II - Ou MIEUX : envoyez un PLI recommandé avec AR :
https://www.intendancezone.net/spip.php?breve119
http://cgtnature.free.fr/blog/spip.php?article24
III - Gardez toujours une copie de vos courriers R+AR, ainsi que les récépissés correspondants.
IV - Si le R+AR vous revient, NE L’OUVREZ PAS et direction immédiate vers le tribunal d'instance.

Copié/collé d'une réponse d'un pro du forum :
« Dispense de la commission de conciliation préalable : SI les parties justifient d'autres actions destinées à une résolution amiable du litige (envoi de courriers R+AR avec suivi, etc.). Le tribunal jugera si ces actions sont suffisantes.
Formulaire à envoyer au tribunal d’instance, en joignant copie des courriers :
https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_11764.do
(Page 3 cocher : "envoi d’un courrier à l’autre partie en vue d’un accord") »

Encore un peu de lecture…

 LISTE (non limitative) DES RÉPARATIONS LOCATIVES :
http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/fichier_web_dble_pages-corr-terb.pdf
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006066148

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31269
http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1851-depot-de-garantie-et-location
 (**) http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1425-commission-de-conciliation-locataire-proprietaire
 (**) Saisine de la commission départementale de conciliation : article 7 du décret n°2001-653 du 19 juillet 2001 et art 20-A loi 6/7/1989

https://droit-finances.commentcamarche.com/faq/51-modele-de-lettre-location-restitution-du-depot-de-garantie

Vous pouvez également contacter l’ADIL le plus proche du lieu de la location : des juristes de l’immobilier vous conseilleront gratuitement.
https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil/

Dans votre courrier R+AR que vous ferez dans 1 mois - si vous pouvez prouvez la non validité de l'EDLS - concluez votre lettre par : "A défaut de restitution intégrale de mon DG, soit la somme de ... €, je confierai le litige à la commission départementale de conciliation et, s'il le faut, je vous assignerai devant le tribunal d'instance où, en plus, je demanderai des dommages et intérêts au titre de l'art 700 du Code civil pour non restitution de mon DG dans le délai légal. ET, SI vous aviez satisfait aux 3 conditions d'obtention de pénalités de retard (voir topo), vous réclamez en sus ces pénalités de retard. + formule de politesse".

Cordialement.
cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
Merci beaucoup pour toutes ces informations, c'est très complet!
Je souhaite rebondir sur quelques points, juste pour être sûre d'avoir bien compris :

> vous me dites que dans mon cas, l'EDLS a eu lieu et a été signé, et que donc le bailleur ne peut faire appel à un huissier.
> sauf que dans mon cas, l'inventaire de mobilier est le seul document signé par les 2 parties mais qu'apparemment ce document ne remplace pas l'exemplaire papier ou électronique d'EDLS qui aurait dû être signé par les 2 parties.

Est-ce que cependant cet inventaire signé prouve que l'EDLS a bien eu lieu et a été signé, même sans exemplaire papier / électronique de l'EDLS ? (preuve par la mention de la sortie à date du 28 février et des signatures des 2 parties sur l'inventaire + preuve par une lettre manuscrite certifiant avoir rendu les clefs à date du 28 février)

ou est-ce que l'inventaire signé ne prouve rien, que du fait de ne pas avoir signé d'exemplaire papier / électronique d'EDLS, cela insinue que l'EDLS n'a pas eu lieu et que par conséquent, le fait qu'il reproche dégradation par mail daté au 3 mars, rentre dans le cas où un EDLS n'a pas été fait CONTRADICTOIREMENT, même après avoir fixé un rendez-vous d'état des lieux + présentation sur les lieux des 2 parties + preuve par une lettre manuscrite certifiant avoir rendu les clefs à date du 28 février ?

Dans ce cas, le bailleur n'a aucun droit de procéder à une retenue sur le DG, sauf s'il fait appel à un huissier dans les 15 jours qui suivent le jour de la remise de clefs, est-ce bien exacte ?

Si donc je rentre dans le premier cas, par conséquent aucune retenue ne peut être fait sur le DG et donc cela veut donc dire qu'il me reste juste à prouver que l'exemplaire papier d'EDLS est manquant et non signé :
si j'explique juste dans mon courrier RAR qu'aucun exemplaire d'EDLS n'a été présenté et signé par les 2 parties lors du jour de l'EDLS, à date du 28 février (comme mentionné sur l'inventaire du mobilier signé, avec une copie de ce document, ainsi qu'une copie de la lettre manuscrite de remise des clefs le même jour) est-ce suffisant ?

Bien cordialement
djivi38
Messages postés
23694
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
7 mars 2019
5302 > cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
1/ S pas d'EDLS il vous sera facile de prouver l'absence de signatures, non ? Donc, la non validité, donc aucune retenue au titre de réparations ne peuvent être faites.
Et une liste de mobilier, je confirme, ne peut pas remplacer un EDLS (ni entrant d'ailleurs !)

2/ "ou est-ce que l'inventaire signé ne prouve rien, que du fait de ne pas avoir signé d'exemplaire papier / électronique d'EDLS, cela insinue que l'EDLS n'a pas eu lieu et que par conséquent ... etc."
oui.

3/ "Dans ce cas, le bailleur n'a aucun droit de procéder à une retenue sur le DG"
oui : pas d'EDLS signé = logement rendu en bon état, sauf preuves contraires, lesquelles sont appel à un huissier "peu de temps après" le rendu des clés (pas précisé "15 jours" !!!)

4/ "Hormis le cas d’un EDLS fait par huissier, une RETENUE sur DG ne peut se faire QUE SI toutes ces conditions ont été respectées :
(...)
Si 1 seule de ces conditions est PROUVÉE manquante, pas de retenue sur DG possible au titre de réparations de dégradations. "
cha.gueguen
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 4 mars 2019
Dernière intervention
5 mars 2019
-
Merci beaucoup pour ces précisions et pour votre aide ! Bonne journée à vous
Commenter la réponse de djivi38
Dossier à la une