Non reprise de travail après un arrêt de maladie [Résolu]

many71 1 Messages postés lundi 14 mai 2018Date d'inscription 14 mai 2018 Dernière intervention - 14 mai 2018 à 08:51 - Dernière réponse : celestedu35 5869 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 13 juillet 2018 Dernière intervention
- 14 mai 2018 à 09:19
Bonjour,

Suite à mon dernier arrêt de travail qui se terminait le 8 avril je ne suis pas retourné travailler. J'ai subi deux vandalismes sur nos véhicules à notre domicile et violences à mon encontre par une bande de jeunes. Ma conjointe et moi avons décidé de déménager mais en province à 300 kms de mon lieu de travail.

J'ai contacté téléphoniquement mon employeur pour lui expliquer les faits et lui demander un rendez-vous pour trouver une solution et lui montrer les documents en ma possession les deux plaintes et le certificat médical concernant ma conjointe qui est actuellement sans emploi. Il m'a répondu je comprends mais je ne licencie personne tu n'as qu'a démissionné.

Mon employeur ne m'a jamais écrit depuis le 8 avril date auquel je devais reprendre mon travail, je ne peux retravailler, je suis toujours sous traitement.

Au bout de combien de temps peut il me licencier pour abandon de poste .

Merci d'avance pour votre réponse
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

choubaka 37627 Messages postés jeudi 4 avril 2002Date d'inscriptionModérateurStatut 5 août 2018 Dernière intervention - 14 mai 2018 à 08:52
0
Merci
Bonjour
Bien sûr, vous êtes en abandon de poste..
Commenter la réponse de choubaka
celestedu35 5869 Messages postés mardi 6 juin 2017Date d'inscription 13 juillet 2018 Dernière intervention - 14 mai 2018 à 09:19
0
Merci
bonjour et bien vous vous vous êtes mis dans de sales draps qu'attendez vous pour démissionner là ?.... votre employeur peut vous faire attendre des mois durant avec des salaires à 0 euros vous attendez quoi de lui au juste ?....
Commenter la réponse de celestedu35
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une