Partage de l'usufruit après versement d'une soulte

bezuk
Messages postés
2
Date d'inscription
jeudi 22 février 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
22 avril 2018
- 22 avril 2018 à 09:59
Gayomi
Messages postés
12787
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
18 mai 2022
- 22 avril 2018 à 19:49
Bonjour,
Nous envisageons de faire une donation partage avec réserve d'usufruit à nos deux enfants sur une maison que nous habitons. L'un deux, le premier, pourrait verser une soulte au second (50 % de la valeur de la nue propriété), il deviendrait ainsi propriétaire de l'ensemble de cette nue propriété. A notre décès l'usufruit serait réintégré à la nue propriété, le premier deviendrait ainsi propriétaire de l'ensemble. Le second qui a reçu la soulte, considère pour des raisons d'équité ( 50 % de la valeur totale du bien au moment de la donation) que la moitié de la valeur de l'usufruit doit lui être reversée lors de la succession (ou par avance) ; il invoque des dispositions du droit civil (?). Pour rétablir l'équilibre, nous envisageons de reverser au second, sur nos propres fonds, les 50% de l'usufruit (par avance ou sous forme d'une assurance vie dédiée ?). Le premier refuse ce montage et estime que l'usufruit lui revient de plein droit sans autre compensation au second. Il invoque l'assumation d'un risque de dévaluation éventuelle de la maison au moment de la succession (qu'en est-il s'il y a plus-value éventuelle ?).
Nous souhaiterions savoir quel sont la règlementation et les usages en la matière pour éviter des contestations au moment de la succession et la persistance de rancœurs entre les deux héritiers ?
Merci de vos réponses éventuelles.
Bezuk

3 réponses

Ulpien1
Messages postés
5436
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
19 septembre 2019
2 403
22 avril 2018 à 10:33
Bonjour
1/ Ce ne sera pas une donation-partage, mais deux donations simples puisqu'il n'y a qu'un seul bien.
2/Il n'y aura donc pas de soulte à verser.
3/ L'usufruit s'éteint automatiquement au décès du donateur . Il s'ensuit que l'enfant qui cèdera sa quote-part de nue-propriété à son frère ne peut prétendre à aucune compensation au titre de l'usufruit.
4/ Conclusion: les deux enfants étant en désaccord,application d'un jugement de Salomon: interdiction aux donataires de céder leur quote-part de nue-propriété au frère durant la vie des donateurs.
0
Gayomi
Messages postés
12787
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
18 mai 2022
6 411
Modifié le 22 avril 2018 à 12:30
Il peut aussi n'y avoir qu'une donation simple (NP à l'enfant 1) et le versement de la soulte de l'enfant 1 à l'enfant 2 seulement après le 2nd décès des parents. Comme il y aura réévaluation du bien après chaque décès, l'enfant 2 devrait moins se sentir "lésé". Non ?
0