Mes filles majeurs ne veulent plus parler à leur père

Zabou77500 - 17 sept. 2017 à 08:11 - Dernière réponse : Zabou77500 8 Messages postés dimanche 17 septembre 2017Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention
- 17 sept. 2017 à 15:37
Bonjour,
J'aimerais savoir si mon ex mari peut faire pression sur ses filles car elles ne veulent plus du tout le voir alors qu'elles sont majeurs.
Nous nous sommes séparés alors qu'elles avaient 15 ans avec convention de divorce à l'amiable et mode de garde classique.
Des conflits ont eu lieu avant leur majorité car quand elles étaient chez eux ça se passait mal : harcèlement moral envers mes filles (je recuperai mes filles souvent en pleurs après des week-end chez eux) et puis fin 2015 elles disent à leur père quelles ne veulent plus aller chez eux en lui expliquant pourquoi.Avec sa compagne ils le prennent super mal et leur en mettent plein la tête chaque fois qu'ils se voient (il faut dire que sa compagne à fait le vide autour de lui il est fâché contre sa mère et pas mal d'amis ) et décident finalement que les filles ne reviennent plus chez eux pour le moment. L année 2016 a été compliqué au niveau relationnel et ça ne s'est pas arrangé car quand elles essayaient de revenir ils ne voulaient pas tous les 2 car ce serait leur déballer le tapis rouge comme si rien ne s'étaient passé. Elles demandent alors à leur père de se voir en dehors et les rares fois où ils se voyaient il leur remettait cette histoire sur la table en disant que c'était leur faute et qu'il fallait quelles apprennent la vie en s'en prenant plein la gueule. Dernièrement ils se sont mariés et ont refusé quelles viennent avec leurs copains quelles ont depuis au moins 2 ans. Les filles ont décidé après s'en être pris plein la gueule de ne plus le voir ni lui parler pour se protéger psychologiquement (d'ailleurs elles suivent des thérapies pour s'en remettre ) et ce mois ci il n'a pas versé la pension alimentaire.
Quel recours peut il avoir par rapport à cette situation surtout quelles ont 19 ans aujourd'hui ?
Merci pour vos réponses
Afficher la suite 

Votre réponse

4 réponses

Meilleure réponse
feloxe 23910 Messages postés jeudi 25 février 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 23 juin 2018 Dernière intervention - 17 sept. 2017 à 09:07
2
Merci
Vous ne dites pas ce que font vos enfants, étudiants, travail....?

Leur pére ne peut pas décider de lui même de ne plus payer la pension.

Faites lui un recommandé en lui indiquant que si il ne paie pas la pension vous serez obligée de demander a un huissier d'effectuer une saisie sur salaire

Merci feloxe 2

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 15409 internautes ce mois-ci

Zabou77500 8 Messages postés dimanche 17 septembre 2017Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention - 17 sept. 2017 à 10:09
Mes filles sont étudiantes dans la convention il est écrit que la pension alimentaire doit être versé "le cas échéant jusqu'à la fin de leurs études ".
Je lui ai envoyé un courrier en recommandé lui indiquant leur poursuites d'études supérieures mais ne l'ai pas prévenu que s'il ne faisait pas le nécessaire je ferai appelle à un huissier
Dois je vraiment le prévenir de mes intentions alors que lui fait bon comme il lui semble ?
Merci pour votre réponse
feloxe 23910 Messages postés jeudi 25 février 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 23 juin 2018 Dernière intervention > Zabou77500 8 Messages postés dimanche 17 septembre 2017Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention - 17 sept. 2017 à 15:29
Non vous n'avez aucune obligation de le prévenir, vous prenez le jugement et allez voir un huissier qui effectuera une saisie sur salaire
Zabou77500 8 Messages postés dimanche 17 septembre 2017Date d'inscription 19 septembre 2017 Dernière intervention > feloxe 23910 Messages postés jeudi 25 février 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 23 juin 2018 Dernière intervention - 17 sept. 2017 à 15:37
Merci pour vos réponses
Commenter la réponse de feloxe
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une