Vente d'un bien en indivision

Isati 1 Messages postés dimanche 16 octobre 2016Date d'inscription 16 octobre 2016 Dernière intervention - 16 oct. 2016 à 17:44 - Dernière réponse :  Isati
- 17 oct. 2016 à 19:53
Bonjour,
je suis séparés avec mon mari depuis 2 ans, et je viens de m'apercevoir que sur la taxe foncière de cette année de notre maison que nous souhaitons vendre prochainement est passée en : "Prop/Indivis. Nous avons le statut de"séparés" mais pas encore divorcés et nous nous étions mariés sous le régime de la communauté. Comment sera réparti l'argent de la vente (50/50) je pense. Et surtout quelel est la part que va récupérer les impots. NB: la maison est estimée à environ
400 000 euros.
Je vous remercie
Afficher la suite 

3 réponses

Répondre au sujet
Gayomi 3159 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 20 avril 2018 Dernière intervention - 16 oct. 2016 à 19:55
0
Utile
1
Peu importe ce qui est mentionné sur l'avis de TF, le prix de vente sera réparti par le notaire 50/50, chacun.
Un impôt sur l'éventuelle plus-value sera prélevé par le notaire pour celui des vendeurs dont ce n'est plus la résidence principale, ou sur la totalité du bien si aucun de vous 2 n'y est domicilié.
Je vous remercie pour votre réponse. Savez au bout de combien de temps nous ne sommes plus assujettis à impôt sur la plus value.
Commenter la réponse de Gayomi
condorcet 25403 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 20 avril 2018 Dernière intervention - 17 oct. 2016 à 13:03
0
Utile
Et surtout quelle est la part que va récupérer les impôts.
L'administration ne devrait pas intervenir puisque le bien est de "communauté".
Et n'interviendra pas.

Les époux "communautaires" étant solidaires dans le paiement de cet impôt elle s'adressera indifféremment à l'un et à l'autre, au besoin, si nécessaire, en usant des moyens à sa disposition d'adresser un avis à tiers détenteur à la banque de chacun.
Commenter la réponse de condorcet
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une