Reconnaissance de dettes après décès du prêteur

Signaler
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 24 mai 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
24 mai 2016
-
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 24 mai 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
24 mai 2016
-
Bonjour,

je vous explique notre situation. La mère de mon mari lui a fait part en avril 2000 que sa fille ( donc la soeur de mon mari ) lui avait emprunté de l'argent avec reconnaissance de dettes ( 600.000 francs à l'époque ). A ce jour, elle n'avait toujours pas été remboursée d'un centime. Ma belle-mère décède en juin 2000, et depuis silence. Ma belle-sœur dit ensuite qu'elle a intégralement remboursé en espèces sa mère, ce qui serait impossible en si peu de temps, surtout que mon mari n'a pas eu d'héritage, et que sa soeur vit confortablement depuis, donc leur mère est décédée sans un sou. Aujourd'hui, nous décidons de réagir, mon autre belle-soeur étant décédée. Que faire ? N'ayant pas remboursé sa mère, doit-elle cette somme à ses héritiers ?

Merci d'avance.

2 réponses

Rien
Je ne vois pas le rapport avec votre autre belle-sœur, vous n'avez pas à vous mêler de sa succession, ni des affaires de votre mari, cet héritage le concerne lui, s'il avait voulu emmerder sa soeur, il en aurait parlé au décès de sa mère.
Là c'est trop tard 16 ans après !
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 24 mai 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
24 mai 2016

Non, je me suis mal exprimée, je parle au nom de moi et de mon mari. J'ai écrit ce message avec mon mari. Je ne compte pas faire de recours seule évidemment, je pose la question pour aider mon mari qui veut entreprendre des démarches. Il ne se réveille que maintenant car son autre soeur est décédée il y a peu, et cette derniere ne voulait pas se retrouver au milieu d'un conflit familial, ayant eu des problèmes de santé.
Ok vous avez trouvé la reconnaissance ?
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 24 mai 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
24 mai 2016
> rag
Oui, c'est mon mari qui l'a. Nous pensons prendre un avocat mais nous tenons savoir au préalable si cela vaudrait le coup d'entreprendre les démarches.