Trop perçu, la mutuelle fait le mort : Quel recours ?

Signaler
Messages postés
8
Date d'inscription
mercredi 2 mars 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 mars 2016
-
Messages postés
8
Date d'inscription
mercredi 2 mars 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 mars 2016
-
Bonjour et merci par avance pour vos suggestions et réponses.

Mon problème ne semble pas compliqué à priori, je vous explique le plus simplement de quoi il s'agit.
Fin décembre 2015, j'ai résilié la mutuelle santé à laquelle j'étais adhérent depuis plusieurs années " lettre recommandée avec accusé de réception ", dans les délais.
Comme cette mutuelle faisait prélevée directement à l'organisme de paiement de ma pension, c'est à dire la CPR , caisse de retraite des cheminots, la somme prévue mensuellement mais par avance, il s'avère que pour le mois de janvier, la somme de 186,50 euros m'a été retenue alors que je n'étais plus depuis le 31 décembre 2015 chez elle.
J'ai envoyé via internet à l'agence de Bayonne à laquelle je dépendais lorsque j'étais adhérent 1 premier message afin d'expliquer ce dont il était question, la réponse a été immédiate " le trop perçu de 186,50 euros sera effectué par virement, fin janvier ", nous étions le 12 janvier 2016.
Ne voyant rien venir, le 8 février, je contacte de nouveau l'agence toujours pas messagerie internet, cette fois pas de réponse.
Le 21 février, je décide encore et sans doute une dernière fois de contacter l'agence, cette fois la réponse est " le service cotisation a été relancé ce jour ".
Ce jour, 2 mars 2016, aucun virement n'a été effectué sur mon compte ni le moindre chèque envoyé à mon domicile.
La question que je vous pose: que puis-je faire pour récupérer cette somme trop perçue et reconnue par la mutuelle, quels sont les recours mis à ma disposition en sachant que j'ai fait le maximum à l'amiable ?
Kako.

1 réponse

Messages postés
8
Date d'inscription
mercredi 2 mars 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
18 mars 2016

Aucune réponse de quiconque sur le forum, c'est dommage mais lorsqu'on ne sait pas, je comprends qu'on intervienne pas.