Renouvellement / période de souplesse interim

Signaler
-
 Tipoune31 -
Bonjour,

Je travaille pour le compte d'une agence d'interim qui m'a missionné depuis le 25
janvier 2010.

Mon contrat initial prenait fin le 30/06/10 avec une période de
souplesse allant jusqu'au 02/08/10, contrat que j'ai honoré jusqu'à la fin de la souplesse.
(et quelle grosse erreur visiblement!)

Un renouvellement m'a été proposé oralement , renouvellement que je n'ai pas signé et que je souhaitais refuser!

je parles à l'imparfait car aujourd'hui on m'a fait savoir que si je ne voulais être considérée comme démissionnaire, je devais honorer le renouvellement jusqu'à la fin car le fait d'être venue travailler le 01/07/10 est considéré comme une tacite reconduction de mon contrat alors que moi de mon côté je pensais être sur la souplesse !

Vous confirmez : s'agit il d'une tacite reconduction?

Merci pour votre aide.

4 réponses

Messages postés
24
Date d'inscription
lundi 2 août 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2010
40
La période de souplesse, c'est de votre propre chef que vous êtes aller travaillé ou alors c'est l'entreprise utilisatrice qui vous a demandé de venir ?

Dans tout les cas, c'est bizarre, si la société utilisatrice avait besoin de vous, la période de souplesse s'applique jusqu'à la fin du contrat ( souplesse inclut donc le 02 Août ) et vous pouvez vous arrêter là sans renouvellement.

Normalement il n'y a aucun renouvellement à avoir, vous êtes toujours sur le même contrat jusqu'au 2 Août donc aucun renouvellement. A condition que vous n'êtes pas aller travailler le 03 Août !

Si y a un problème, aller voir l'inspection du travail ( renseignement gratuit avec un conseiller qui va tout vous expliquer en détail et ça ne prend pas 2h )
Messages postés
13896
Date d'inscription
lundi 5 juillet 2010
Statut
Contributeur
Dernière intervention
20 juin 2014
5 000
Bonjour,

Si vous n'avez pas de courrier, que ce soit de l'agence ou de l'entreprise, et que vous êtes retournée travailler quand même... ils ont raison sur un point :
Mais l'agence d'interim m'a fait remarquer que la période de souplesse est uniquement à l'initiative de l'Entreprise utilisatrice et qu' en aucun cas le Salarié intérimaire ne peut s'en prévaloir.
C'est à dire que pour elle, je me suis permise de faire la période de souplesse de mon propre chef. Si je ne voulais pas continuer j'aurais du m'arrêter le 30/06/10 !!


Là où ils ont tort c'est :
le fait d'être encore à mon poste le 01/07/10 prévaut un renouvellement !!!

Le fait qu'ils aient continuer à vous payer vos heures effectuées "hors contrat" et sans courrier d'utilisation de la période de souplesse, signifie que vous êtes en CDI de fait, tout bonnement. Dommage pour eux. S'ils ne souhaitent pas vous garder, ils devront vous licencier...
Bonjour Barbie TM

Je me doutais bien que quelque chose m'échappait :( ... mais il est trop tard maintenant : le renouvellement est signé et daté depuis ce matin ( la date du 30/06/10 pour ma signature ne me convenait pas :D)

Cela confirme quand même que l'agence n'a pas été correcte vis à vis de moi et qu'elle a préféré se couvrir, je vais être désormais plus que vigileante.

Merci à vous tous pour vos réponses mais il me reste un point à éclaircir : peut être puis je les ennuyer sur la date de signature du contrat (ne sont ils pas censés faire signer un contrat ou un renouvellement avant l'entrée en vigueur de ce dernier?)
Vous avez bien fait de refuser la date du30/06.
En effet, l'avenant de renouvellement doit être signer au plus tard avant l'expiration du contrat de mission.

Votre avenant de renouvellement n'est donc pas valable puisqu'il est tardif. Votre contrat de mission a expiré au 30/06. Comme vous avez continué à travailler et à être payer, comme BarbieTM vous a dit, vous êtes désormais lié par un CDI avec cette agence.

Cdt
Bonjour Mélodie

Etes vous bien sur qu'en ayant signé le renouvellement à la date d'aujourd'hui, ce dernier est caduque et que donc je suis considérée en CDI ?

Si vous confirmez je dois comprendre que je suis en CDI avec l'agence d'interim ou l'entreprise utilisatrice ?

Autre point : vous dites "comme vous avez continué à travailler et à être payer", il se trouve que je n'ai pas encore recu le paiement de la période travaillée au mois de juillet car les paiements se font le 12 du mois suivant, cela change t il le fait que je puisse être en CDI???

Encore des questions : comment puis je le faire valoir et surtout quelle est la procédure à suivre dans ces cas là?

Merci encore mille fois à tous de m'apporter des éléments d'informations sur ma situation.
Messages postés
24
Date d'inscription
lundi 2 août 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2010
40
C'est de l'intérim, les courriers, jamais on les reçoit ! 1 semaine pour avoir le contrat ( au lieu de 2 jours max ) et quedal pour la période de souplesse et encore moins la fin de contrat.
Messages postés
24
Date d'inscription
lundi 2 août 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
22 août 2010
40
Si vous avez refusé le renouvellement, vous n'êtes pas démissionnaire. Mais il fallait le dire que vous ne souhaitez pas continuer !

La période de souplesse n'est pas un nouveau contrat, donc pas un renouvellement ! C'est juste retarder la fin du contrat.
Merci pour votre réponse.

Je sais bien que la période de souplesse n'est pas un renouvellement

Mais l'agence d'interim m'a fait remarquer que la période de souplesse est uniquement à l'initiative de l'Entreprise utilisatrice et qu' en aucun cas le Salarié intérimaire ne peut s'en prévaloir.

C'est à dire que pour elle, je me suis permise de faire la période de souplesse de mon propre chef. Si je ne voulais pas continuer j'aurais du m'arrêter le 30/06/10 !!

Et donc le fait d'être encore à mon poste le 01/07/10 prévaut un renouvellement !!!

Sauf qu'aujourdhui je ne peux pas prendre mon poste sans avoir signer le renouvellement : il doit y avoir quelque chose qui m'échappe ?

Alors soit l'interim me mêne en bateau auquel je ne dois pas le signer ce renouvellement ou il prenne des précautions pour ne pas être en tord.

Qu'en pensez vous???
Dossier à la une