Prêt immobilier : les bons conseils pour emprunter

Chargement de votre vidéo
"Droit finances : Crédits immobiliers"

Comment souscrire un prêt immobilier dans de bonnes conditions. Les conseils à lire pour emprunter aux meilleurs taux.


Certes, il est parfaitement possible d'acheter "comptant" un appartement ou une maison. Et certains le font, notamment après avoir vendu un autre bien immobilier. Mais pour la plupart des acheteurs immobiliers, le recours à l'emprunt est un point de passage obligé. Et un point de passage "conseillé" pour les investisseurs, dans la mesure où la prise en compte des intérêts permet de diminuer le montant des revenus fonciers imposables.

C'est même un des avantages de la pierre par rapport aux valeurs mobilières : l'immobilier permet de se constituer progressivement un patrimoine à crédit. Alors qu'il est impossible d'emprunter pour investir en bourse ou en assurance-vie...

Le bon moment pour acheter ?


Avant d'emprunter pour acheter, on peut se poser la question du "timing" : est-ce le bon moment pour investir dans la pierre ?

La réponse varie selon qu'il s'agit de sa résidence principale ou d'un logement locatif.

Quand on achète pour se loger, c'est plus une question d'opportunité, de moyens ou de besoins que d'évolution du marché immobilier. La recherche d'un toit ne peut se résumer à une opération financière.

L'achat d'un logement locatif dépend davantage de la conjoncture et de l'évolution des prix.

Mais dans tous les cas, il faut savoir que l'immobilier est soumis à des cycles généralement longs et lents. Contrairement à d'autres pays, le marché français ne connaît pas de "bulle spéculative" et les risques sont très faibles de subir une brutale chute des prix, perspective qui pourrait faire retarder une acquisition.

Des taux historiquement bas


Le principal argument en faveur d'un achat immobilier est le niveau historiquement bas des taux d'emprunt à l'heure actuelle. Voir les taux moyens des crédits immobiliers qui atteignent un niveau plancher.

Mais le taux proposé par la banque dépend naturellement du profil du client et de sa demande.

Plus l'apport personnel est important, plus le taux est bas. Logique puisque la banque prend moins de risques en prenant une garantie sur un bien financé à 50% à crédit que si l'emprunt représente 80%, voire plus, du coût d'acquisition...

De même, plus la durée est longue, plus le taux est élevé puisque le risque augmente avec le temps.

Sur le plan du risque, la banque examinera aussi le niveau d'endettement du demandeur. En général, elles acceptent difficilement un niveau supérieur à 30% des revenus. Sauf si ces revenus sont très importants. Mais dans ce cas, il s'agit généralement de clients fortunés à qui les banques proposent des montages patrimoniaux spécifiques et pour lesquels elles sont prêtes à consentir un effort particulier. D'autant plus que ces clients peuvent leur confier tout ou partie de leur patrimoine à gérer.

Mais même pour les patrimoines petits ou moyens, le banquier sera plus disposé à consentir un effort s'il gère également les comptes de l'emprunteur.
Rappelons que les prêts à taux zéro et les prêts d'épargne-logement sont pris en compte par les banques à titre d'apport personnel. Mais ils sont naturellement comptabilisés dans le calcul de l'endettement.

Négocier son prêt


Si les taux sont peu élevés, même en tenant compte du coût de l'assurance emprunteur, il convient de bien négocier son prêt immobilier. Par exemple en faisant varier la durée et le montant des remboursements, en faisant valoir au banquier son profil de futur client, etc.

Pour comparer et négocier, vous devez prendre en compte non pas le taux affiché mais le taux réel, appelé « taux effectif global » (TEG), qui englobe l'ensemble des frais. Les frais de dossier sont calculés en pourcentage de l'emprunt mais sont plafonnés, au contraire des coûts d'assurance.

Sans se disperser, il est indispensable de consulter plusieurs établissements. Négociez au mieux en faisant valoir les offres de la concurrence et en soulignant « l'intérêt » de votre profil financier. Après avoir négocié au mieux et muni d'une réponse écrite, rien ne vous empêche de refaire « un tour de piste » pour une dernière mise en concurrence. Etant donné l'état du marché, vous pourrez certainement obtenir quelques avantages supplémentaires.
Tout avantage supplémentaire, notamment en terme de taux, peut générer des économies importantes sur le montant des intérêts, la durée du prêt ou l'échéance des remboursements. L'emprunteur a donc tout intérêt à procéder à plusieurs simulations en faisant varier ces paramètres pour optimiser son emprunt.

Ces avantages peuvent être accordés en matière de taux, mais aussi au niveau des frais de dossier ou des primes d'assurance. Vous pouvez également demander l'annulation des pénalités généralement prévues en cas de remboursement anticipé de votre prêt immobilier.
Si vous êtes un bon négociateur, rien ne vous empêche de proposer de remplacer l'assurance de la banque par votre propre contrat si vous obtenez, par ailleurs, des conditions plus avantageuses. Il faut savoir, en effet, que les contrats des banques, sont souvent moins performants que ceux que vous pouvez obtenir en direct auprès de votre assureur habituel.
La domiciliation des revenus et des comptes chez le prêteur constitue également un argument de poids pour négocier. Mais ce n'est pas non plus un engagement à vie... Les conditions du prêt en cours ne seront pas remises en cause si vous changez d'avis par la suite. Depuis la Loi Pacte, les parties négocient librement la domiciliation des comptes et des revenus au moment de la souscription du prêt.

Vous pouvez également vous adresser aux courtiers en crédit immobilier présents sur internet. Ils négocieront pour votre compte auprès des établissements financiers et obtiendront souvent des conditions intéressantes, non seulement en terme de taux mais aussi au niveau des frais ou des assurances. Le service est théoriquement gratuit puisque que les banques rétrocèdent une commission au courtier quand un prêt est souscrit par leur intermédiaire. Mais vous aurez parfois des frais de dossier à payer.

Les prêts complémentaires

La négociation d'un crédit immobilier aujourd'hui va de pair avec la recherche des prêts complémentaires, comme les prêts à taux zéro ou les prêts d'épargne-logement. Les montants de ces prêts aidés ne sont pas très importants, mais peuvent contribuer à alléger la charge de remboursement.

Taux fixe ou taux variable

On pourra aussi se demander s'il faut choisir des prêts à taux fixe ou des prêts à taux variable, voire des prêts in fine pour certains investisseurs.

Le choix est vaste et la concurrence vive entre les établissements financiers. L'emprunteur est donc relativement favorisé aujourd'hui, d'autant plus que la réglementation du crédit immobilier est assez protectrice.

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Éric Roig, diplômé d'HEC
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Dossier à la une