Décote et surcote retraite de base et complémentaire : calcul

Chargement de votre vidéo
"Décote et surcote retraite de base et complémentaire : calcul"

Une décote ou une surcote peut être appliquée à la retraite de base ou à la retraite complémentaire. Définition et calcul de la décote et surcote.

Qu'est-ce que la décote de retraite ?

Une décote s'applique au montant de votre retraite si vous n'avez pas assez cotisé au cours de votre carrière. Voici comment calculer le taux d'une décote.

La décote est un coefficient de minoration qui s'applique au taux de votre pension de retraite dès lors que vous ne réunissez pas les conditions pour partir en retraite à taux plein, c'est-à-dire avec un taux de liquidation égal à 50 % de votre salaire annuel moyen. On applique ainsi une décote à ce taux de 50 %.

La décote s'applique donc lorsque vous n'avez pas atteint l'âge de la retraite à taux plein et que vous n'avez pas acquis suffisamment de trimestres par rapport à ceux requis pour votre génération. En calculant votre décote, vous connaîtrez le taux auquel votre pension sera liquidée.

Quels sont les cas dans lesquels la décote ne s'applique pas ?

La décote ne s'applique pas :

  • si vous avez atteint l'âge du taux plein automatique, qui est situé entre 65 et 67 ans selon votre année de naissance, on parle alors « d'âge d'annulation de la décote » ;
  • OU si vous avez acquis suffisamment de trimestres pour partir en retraite à taux plein.

Dans un cas comme dans l'autre, le taux de liquidation de votre retraite sera de 50 %, sans décote.

Combien de trimestres pour éviter la décote ?

Si vous partez avant l'âge du taux plein automatique (fixé à 67 ans pour les assurés nés en 1955 ou après), la décote s'applique dès lors que vous n'avez pas atteint un certain nombre de trimestres, qui dépend de votre année de naissance. Si vous êtes né en 1953 ou en 1954, vous devez avoir validé 165 trimestres pour partir à taux plein. Ces chiffres sont respectivement portés à :

  • 166 trimestres si vous êtes né en 1955, 1956 ou 1957 ;
  • 167 trimestres si vous êtes né en 1958, 1959 ou 1960 ;
  • 168 trimestres si vous êtes né en 1961, 1962 ou 1963.

Comment se calcule la décote ?

La décote est calculée à partir du nombre de trimestres manquants soit :

  • pour atteindre le nombre de trimestres requis pour partir à taux plein, dans la limite de 20 trimestres ;
  • pour atteindre l'âge du taux plein automatique.

C'est la solution qui vous est la plus favorable qui est retenue. Exemple : Michel est né en 1955 et souhaite partir à le retraite en 2018, à 63 ans. Soit 4 ans avant l'âge automatique du taux plein. A cette date, il aura validé 161 trimestres. Il lui manque donc 5 trimestres. On retient donc la deuxième solution : la décote sera calculée sur la base de 5 trimestres manquants.

Quel est le coefficient de minoration de la décote ?

La décote se calcule en multipliant le nombre de trimestres manquants par un coefficient de minoration. Le coefficient de minoration dépend de l'année de naissance de l'assuré. Il est égal à 1,25 pour les assurés nés après 1952, soit une diminution du taux de liquidation de la retraite égale à 0,625 par trimestre manquant.

Pour reprendre notre exemple ci-dessus, le taux de liquidation de la retraite de Michel se verra appliquer une décote égale à 5 X 1,25 = 6,25 %. Son taux sera calculé selon la formule suivante : 50 - (50 x 6,25 %) = 46,875 %. Etant précisé que la décote ne peut pas conduire à un taux de liquidation inférieur à 37,5 %.

Qu'est-ce que la surcote de retraite ?

La surcote est une majoration du montant d'une pension de retraite pour les assurés qui travaillent au-delà de l'âge légal de départ à la retraite. La personne procédant de la sorte a déjà cotisé suffisamment pour partir à la retraite à taux plein (50 % de son salaire annuel moyen), mais choisit tout de même de continuer à travailler afin d'obtenir une surcote de sa pension de base. Ce dispositif lui permettra donc d'obtenir une pension un peu plus importante lorsqu'il partira à la retraite.

Quelles sont les conditions de la surcote ?

Pour bénéficier d'une surcote, l'assuré doit tout d'abord avoir atteint l'âge minimal de départ à la retraite, fixé entre 60 et 62 ans selon l'année de naissance de l'assuré (62 ans pour ceux nés en 1955 ou après).

Deuxième condition : l'assuré doit avoir validé suffisamment de trimestres pour bénéficier d'une retraite à taux plein, c'est-à-dire à un taux égal à 50 % de son salaire annuel moyen. Le nombre de trimestres à valider pour partir à taux plein dépend de l'année de naissance de l'assuré. Exemples : il faut 165 trimestres pour les assurés nés en 1953 et 1954 et 166 trimestres pour ceux nés entre 1955, 1956 et 1957.

Enfin, l'assuré doit naturellement continuer de travailler (et donc de cotiser) après avoir rempli les deux conditions ci-dessus.

Quel est la taux de la surcote par trimestre ?

A chaque nouveau trimestre cotisé, l'assuré obtient une majoration du montant de sa pension de retraite de base. Chaque nouveau trimestre donne ainsi droit à une augmentation de 1,25 %.

Exemple. Né en 1955, Claude a 62 ans et a déjà validé 166 trimestres, soit le nombre de trimestres à acquérir pour partir à taux plein pour sa génération. S'il partait à la retraite à cet âge, il toucherait une pension de 1300 euros par mois. Mais Claude décide de travailler un an de plus, soit 4 trimestres supplémentaires, pour bénéficier d'une surcote. Sa surcote sera donc égale à 4 x 1,25 = 5 %. Le montant de sa majoration sera donc de 1300 x 5 % = 65 euros de plus par mois.

La surcote s'applique t-elle à la retraite complémentaire ?

Newsletter

Le système de surcote ne s'applique pas à votre retraite complémentaire Agirc-Arrco. Toutefois, vos périodes travaillées en plus vous permettront d'acquérir des points supplémentaires pour majorer le montant de votre pension de retraite complémentaire. Le fait de continuer à travailler permet donc de majorer à la fois sa retraite de base et sa retraite complémentaire.

Pension et retraite