Permis de construire volontairement erroné

Signaler
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021
-
Messages postés
23566
Date d'inscription
dimanche 16 avril 2006
Statut
Contributeur
Dernière intervention
22 avril 2021
-
Bonjour,

Un voisin a fait construire un bâtiment haut de 8 mètres en l'ayant déclaré sur le permis de construire comme une simple véranda afin de gruger le voisinage sur son réel projet.
Cette construction a été faite durant l'absence de son voisin qui était en villégiature dans sa résidence secondaire loin dans le sud.
Ce dernier a donc reçu un courrier a sa résidence secondaire l'informant qu une veranda allait etre constuite contre son mur mitoyen de résidence principal.
Cette personne revient de vacance et découvre un immeuble de deux étages en lieu et place d'une "veranda".

Le constructeur n'a t il pas couru le risque de voir son permis de construire annulé rétroactivement? et de devoir démolir sa "veranda"?

j'ai glâné des infos sur le sujet et le net semble dire que le permis est fraudé sur la base "d'une présentation volontairement tronquée de la réalité des avoisinants"

Qu'en est il de ce cas?

merci d'avance pour vos lumières sur ce sujet délicat.

5 réponses

Messages postés
81220
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 avril 2021
13 237
Au-delà de l' "imagination", il semble pertinent d'établir concrètement qui a envoyé ce courrier pour informer le voisin (quel est le lien d'ailleurs entre ce voisin et vous ?) de cette réalisation, courrier que nul texte n'oblige à faire, et en quels termes.

On peut aussi s'interroger sur le fait que l'auteur (?) de ce courrier puisse connaître l'adresse de la résidence secondaire d'un voisin pour lui écrire là-bas.
Et aussi sur le fait que vous ayez connaissance de tous ces éléments....


L'obligation légale principale pour un permis de construire réside dans l'affichage de l'autorisation à la porte de la mairie.

Et si quelqu'un constate que les travaux ne respectent pas l'autorisation donnée, il suffit de signaler cette infraction à la mairie.
Qui est compétente pour prendre toute mesure visant à traiter la situation.

Il vous suffit donc d'appeler la mairie du lieu de la construction pour donner l'information qu'un permis pour une véranda a été utilisé pour construire un immeuble de deux étages ....
Rien de "délicat" là-dedans.
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021

Bonjour et merci de votre réponse.

-"Au-delà de l' "imagination", il semble pertinent d'établir concrètement qui a envoyé ce courrier pour informer le voisin (quel est le lien d'ailleurs entre ce voisin et vous ?) de cette réalisation, courrier que nul texte n'oblige à faire, et en quels termes. "

Je ne vois pas trop en quoi c'est pertinent de savoir qui a envoyé le courrier et comment ils ont eu l'adresse mais bon.... . Il s'agit d'un courrier envoyé par le voisin" A" constructeur de la" veranda" au propriétaire "B" mitoyen. La construction à du générer la dépose de solins, de tuiles, et de rives de la couverture chez le voisin "B" c'est à dire une Intrusion chez le voisin "B" pour modifier la structure de sa propriété en son absence.

Je vous garanti que dans ce cas la loi impose de contacter le propriétaire pour avoir son autorisation...

Or cette autorisation a été flouée par le terme "veranda" qui est en fait la construction d,'une extension d' habitat de 45m2 au sol sur deux étages avec en prime une création de balcon induisant une vue directe chez le voisin "B"

Je suis moi même impacté par cette vue, j'étais moi meme également en vacance qques semaines.

Je précise que le propriétaire "B" était en villégiature durant plusieurs mois dans sa résidence secondaire.
Ce sont des personnes âgées et je me permets, d'obtenir informations sur le net pour eux.
Messages postés
23566
Date d'inscription
dimanche 16 avril 2006
Statut
Contributeur
Dernière intervention
22 avril 2021
6 512 >
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021

Je vous garanti que dans ce cas la loi impose de contacter le propriétaire pour avoir son autorisation...

Merci de nous donner la référence légale car je n'en ai pas connaissance. Ou plutôt mes connaissances actuelles n'en font pas état...
Messages postés
81220
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 avril 2021
13 237
" Ce dernier a donc reçu un courrier a sa résidence secondaire l'informant qu une veranda (...) " : ah bon ?

Qui donc lui a envoyé un tel courrier informatif ???
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021

le voisin constructeur a du s'appuyer sur le mur mitoyen et ôter quelques tuiles et faire un solin pour construire sa "veranda", d'ou la necessité d'evoyer un courrier j'imagine
Messages postés
81220
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 avril 2021
13 237
Et d'ailleurs, d’après ce que vous rapportez, la demande de permis n'est pas "volontairement erronée", ce serait la réalisation des travaux autorisés qui serait abusive et frauduleuse.
Messages postés
23566
Date d'inscription
dimanche 16 avril 2006
Statut
Contributeur
Dernière intervention
22 avril 2021
6 512
Bonjour

L'obligation légale principale pour un permis de construire réside dans l'affichage de l'autorisation à la porte de la mairie.

Oui d'une art, mais d'autre part c'est l'affichage sur le terrain qui prime car c'est à compter de celui-ci que démarre le délai de recours des tiers. C'est aussi cet affichage sur le terrain qui précise que le dossier est consultable en mairie.

la demande de permis n'est pas "volontairement erronée", ce serait la réalisation des travaux autorisés qui serait abusive et frauduleuse

Ce sera à vérifier et prouver mais il possible d'obtenir le retrait d'un permis de construire obtenu par fraude celle-ci est caractérisée. La fraude est caractérisée lorsqu’il ressort des pièces du dossier que le pétitionnaire a eu l’intention de tromper l’administration.
Voir cette décision récente : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/chambre_criminelle_578/2466_8_46118.html
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021

Bonjour et merci de votre réponse,

J'ai apporté les précisions plus haut.
J'ai vu également des infos similaires aux vôtres sur le net.

Le voisin lésé à été particulièrement choqué de retrouver cette construction qui désormais occulte l'ensoleillement de sa propre véranda.
Mais aussi et surtout de découvrir un balcon donnant en vue directe sur la terrasse de cette personne. Les parcelles ne sont pas larges, c'est franchement choquant.
Messages postés
17
Date d'inscription
dimanche 14 février 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
27 février 2021

Tromper l'administration oui, mais aussi et surtout tromper le voisinnage pour qu'ils signent les autorisations de travaux. Est ce que tromper le voisinnage sur le nom de la nature des travaux peut être considéré comme avoir trompé l'administration ?
Messages postés
81220
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
22 avril 2021
13 237
" découvrir un balcon donnant en vue directe " : pour cela, si les règles de distances légales des vues ne sont pas respectées, il faut agir au civil car ne concerne pas le droit de l'urbanisme.
Code civil articles 678 et 679 ► https://www.pap.fr/patrimoine/voisinage/fenetres-portes-terrasses-respectez-les-distances/a1960
Donc : mise en demeure par recommandé+AR de boucher la vue, saisine du conciliateur si nécessaire puis assignation.

Pour tout le reste, après avoir vérifié les conditions d’affichage sur le terrain ou leur absence, alerter la mairie, interlocuteur légal privilégié en matière d'urbanisme, de préférence aussi par recommandé+AR.

Quant à la qualification des délits commis par le constructeur, laissez-en le soin au maire et/ou au procureur, professionnels en la matière qui sauront qui poursuivre et pour quels faits.