Succession difficile

Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 4 octobre 2018
Dernière intervention
4 octobre 2018
- - Dernière réponse : Dianou-33
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 4 octobre 2018
Dernière intervention
4 octobre 2018
- 4 oct. 2018 à 18:08
Bonjour,
Puis-je avoir une réponse à mon interrogation
Merci

Trois personnes sont héritière d’une maison à la suite du décès de leur mère en 2012– Elle-même était veuve du père.
La maison est déclarée au fisc pour une valeur de 300000€
.
• Un des enfants dit vouloir se porter acquéreur –
• 6 ans en indivision les deux autres mettent le potentiel acquéreur au pied du mur.
• Ce dernier accepte d’acheter le bien en donnant 56000€ a chacun – Il dit c’est cela ou rien – Je ne bougerais pas et si la maison (qui s’est dégradée) est vendue aux enchères ce sera pire.
• Les deux héritiers de guerre lasse acceptent pour en finir.

Le fisc va-t-il accepter sans broncher une décote aussi importante ? 168000€ contre 3000000€ il y a 6 ans
Merci

PS/ Par ailleurs l’acheteur a récupéré la voiture de la mère pour une de ses filles mais l’a gardé et se prend une grosse partie des meubles
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Messages postés
28283
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
9 décembre 2018
0
Merci
Le fisc va-t-il accepter sans broncher une décote aussi importante ?
Peu importe ce que fera ou ne fera pas le fisc.
La question se posant est de savoir où se situe la réalité au moment de la cession de droits indivis faisant cesser cette indivision au profit de l'un de vous manifestement très près de ses intérêts.

Si vous êtes certain de votre évaluation de 300000 € n'hésitez pas à poursuivre jusqu'à l'adjudication par l'intermédiaire d'un notaire avec acceptation de personnes étrangères à l'indivision.

Si les enchères n'atteignent pas les 300000 € , pour autant elles ne baisseront pas de 44 % au point que l'adjudicataire puisse remporter la mise pour 1680000 €.
Dianou-33
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 4 octobre 2018
Dernière intervention
4 octobre 2018
-
Oui, vous avez raison sur le fond .... mais pour mon ami, c'est de guerre lasse......... il capitule
- merci Il s'inquiétait vis a vis du fisc car un notaire lui a dit qu'il n'avait jamais vu un bien baisser surtout dans ce secteur .
Commenter la réponse de condorcet
Messages postés
2954
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Dernière intervention
9 décembre 2018
0
Merci
Bonjour
"Les deux héritiers acceptent de guerre lasse" ou vont-ils accepté? En d'autres termes à quel stade en est cette affaire?L'acte authentique est-il dressé, ce qui m'étonnerait?
Dianou-33
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 4 octobre 2018
Dernière intervention
4 octobre 2018
-
presque signé puisque l'acheteur a fait une demande de prêt qui semble être accordée........
Commenter la réponse de Ulpien1
Messages postés
2954
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Dernière intervention
9 décembre 2018
0
Merci
Bonjour
Non, le notaire n'établit pas d'acte tant qu'il n'a pas l'assurance que le prêt soit accordé (on n'aime pas travailler pour rien).Le notaire est-il au courant de ces deux valeurs si elle sont certaines? Je doute que cela "passe", surtout en ce moment, et je suis même surpris que le notaire accepte de faire l'acte, même avec une reconnaissance d'information sur les risques donnée aux parties.
Dianou-33
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 4 octobre 2018
Dernière intervention
4 octobre 2018
-
L’acte doit être signé très prochainement.
.
Oui, c’est une succession donc, il a bien accès a la déclaration qui a été faites dans les 6 mois qui ont suivi le dossier. Comme il y a eu de suite un problème concernant le prix du bien il a été évalué par 7 professionnels. La somme correspond au bas mot au prix du terrain. L’acheteur s’était engagé a payer 90000€ a chacun mais le temps a passé. D’histoires en histoires, de guerre lasse pour ne pas y laisser sa peau.
.
La question était surtout de savoir si le fisc n’allait pas tiquer .
Merci donc, pour votre aide
Commenter la réponse de Ulpien1
Dossier à la une