Facturation douteuse après état des lieux

-
Bonjour à tous,

Ayant quitté mon logement il y a deux mois pour cause de mutation professionnelle - et donc effectué mon état des lieux de sortie à cette occasion - j'ai reçu de la part de mon ancien propriétaire un ensemble des factures relatives à la réfection de l'appartement. Or, il se trouve qu'il y a énormément de problèmes dans ces factures, et je pense avoir grandement besoin d'aide pour voir ce que je dois faire ou non.

La facture émise par le propriétaire - particulier - (d'un montant total de 3000€ + intégralité du dépôt de garantie (500€)) se décompose en trois parties:
- Arriérés de charges
- Arriérés de taxes et INSEE
- Remises en l'état de l'appartement.
Je n'ai absolument pas de sous-total pour chaque partie, donc je ne sais pas combien il demande pour les charges ou pour les taxes, et pour la remise en état de l'appartement je n'ai qu'une vague idée.
Néanmoins, j'ai quelques soucis avec chaque partie, j'explique donc séparément

Pour ce qui est des arriérés de taxes, il me réclame concrètement l'intégralité des taxes ordures ménagères pour 2017, mais également pour 2016 (il y a deux ans donc). Il n'y avait eu qu'une discussion verbale en 2017 car il ne m'avait pas demandé de correctif sur les charges (où les taxes étaient incluses), et l'avis d'imposition date de 2016. Je ne pense pas qu'il n'ait pas le droit de me demander de payer deux ans après, mais je préfère demander pour être sûr. En tout cas, ce n'est pas le point qui me pose problème.

Pour les arriérés des charges, qui sont notés à part (et je le rappelle je suis censé payer ses taxes ordures ménagères dans ses charges selon le contrat), il n'y a absolument aucun détail prècis sur ce que je dois, et voici la raison : mon propriétaire possédait deux logements dans mon immeuble (F1 et F2). L'avis des charges demandées par le syndic est supposé être pour les deux logements et non pour un seul. Par exemple, il est noté que les charges sont de 250€ pour l'eau pour les deux lots mais il n'y a pas de précision si le F2 coute par exemple 150€ d'eau (mon logement) et le F1 100€ (l'autre que je connais pas).
Pire encore: le décompte des charges est facturé pour le F1 et non le F2: c'est le propriétaire qui a ajouté à la main la mention "+ F2" à côté de F1.
Je me retrouve donc avec le total des charges dûes en 2017 pour le F1 et le F2. Je sais combien j'ai payé en 2017 mais je ne sais pas combien je suis censé avoir dû payer selon ses factures, vu qu'il n'y a pas de détail par logement et donc clairement à mon nom. Est-ce normal ? Peut-il me réclamer des arriérés de charges sans facturation nominative précise ?

Maintenant le plus gros problème, et je m'excuse d'avance pour le temps que je vous prend avec ce problème. A la sortie de l'appartement, le propriétaire a noté un mur du logement (donc 1 mur sur 4 pour 1 des pièces sur 4) avait besoin d'être "nettoyé" et qu'un autre mur présentait un impact. Aucune notion sur les plafonds ou les autres pièces, ou d'impacts sur les portes en plus que sur l'état des lieux d'entrée (il y avait donc des impacts sur les portes MAIS ils étaient notés sur l'état des lieux d'entrée).
Or, il m'a fait suivre un devis, et non une facture, pour un montant totale de 2340€ pour la remise à neuf TOTALE du logement, donc de la peinture et des papiers peints des quatre pièces, mais aussi des plafonds et des menuiseries. Il y a donc pour moi trois problèmes
- Peut-il me facturer la réparation des portes alors que l'ancien locataire l'avait endommagé et que cela est écrit clairement sur l'état des lieux d'entrée et de sortie ?
- Peut-il me facturer la peinture des plafonds si cela n'est pas mentionné sur l'état des lieux de sortie ?
- Peut-il me facturer l'intégralité des murs et de spièces de l'appartement alors que l'état des lieux ne mentionnent que deux des pièces ? De plus; l'état des lieux d'entreé indique clairement que les peintures ont été faites il y a 7 ans avant l'état des lieux de sortie. Même si elles étaient défraichies dans le vestibule (et uniquement dans le vestibule, nous avions nous-même repeint une des chambres), n'est-ce pas juste la vetusté et non ma présence ?
A cela s'ajoute trois notes que je vais rajouter au sujet de ce devis, car lui même me semble louche:
- Le devis a plus d'un mois
- Les numéros RCS et autres présents sur le devis ne sont pas enregistrés à la chambre de commerce, et je ne trouve aucune trace de l'artisan nul part
- Le devis décrit l'intégralité des choses qui sont prévues (peinture des 4 pièces + plafond, etc.) mais pas le sous-total de chaque action: je ne possède donc que le total définitif
- Le devis a été, comme le décompte des charges, modifié par le propriétaire à la main. Il a essayé de repasser sur le "peinture 4 pièces" pour en faire un "peinture 2 pièces", mais le métrage du sol, du plafond et des murs correspond bien à l'intégralité des 4 pièces du logement.

Pour finir, si je prends tous les montants totaux qui me sont présentés (y compris décompte charges F1 + F2), je n'arrive jamais à la somme de 3500€, et en comptant les charges déjà payées en 2017, je trouve une différence de 1200€ entre les justificatifs présentés et la somme demandée

Je pense donc qu'il y a des choses qui ne sont absolument pas légales dans l'ensemble de cette histoire, mais je ne suis vraiment pas sûr de moi. C'est donc pour cela que je viens demander votre aide, afin de me dire ce que je dois faire dans cette situation afin d'être le plus correct possible.

En vous remerciant d'avance pour votre aide qui va m'être incroyablement précieuse,
Cordialement,
Afficher la suite 

3 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
29038
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2019
6014
1
Merci
bonjour,

A question longue réponse longue :-)
Je vais reprendre dans l'ordre point par point votre post et vais essayer de vous aider.
Règle générale : toute somme demandée en sus du loyer DOIT être justifiée (et par sur un bout de papier écrit à la main, mais des documents officiels)

I) TEOM :
Voici mon petit topo habituel sur la TEOM (Taxe Enlèvement Ordures Ménagères) dans le cas des locations à usage d'habitation principale soumises à la loi du 6 juillet 1989 :

Le calcul de la TEOM s’effectue sur la même base que la taxe foncière sur les propriétés bâties, c'est-à-dire sur la valeur locative cadastrale; cependant la commune peut décider de plafonner cette valeur locative. Le montant de la taxe correspond à ce montant multiplié par le taux fixé librement et annuellement par la collectivité.

La TEOM est une TAXE payée par le propriétaire en même temps que sa TF de l’année en cours, mais qui, pour un bail d’habitation, est à la charge du locataire, lequel doit – sur demande du propriétaire - la lui rembourser.
[Voir la loi du 6 juillet 1989 complétée par le décret n° 87-713 du 26 août 1987 article 8 « Imposition et redevances »]

-> Si les appartements sont en copropriété : le partage se fait comme les autres charges : tantièmes, millièmes, etc.

-> Si les appartements sont en mono propriété : il n'y a pas de règle, mais la loi dit que la répartition doit être équitable. Les tribunaux retiennent la répartition par surfaces.

SAVOIR SI la TEOM doit être remboursée au bailleur :


Sont exonérés de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères les logements situés dans la partie de la commune où ne fonctionne pas le service d'enlèvement d'ordures. Donc, du moment que le service de ramassage existe, la TEOM est due par le propriétaire, lequel peut se la faire rembourser par son locataire de la façon suivante :

Si les charges mensuelles sont « AU RÉEL » (cas en « vide » et/ou en « meublé » si c’est le choix du propriétaire) : La TEOM est remboursable par le locataire, en une seule fois et au centime près, selon les 3 principes suivants :

=> SUR JUSTIFICATIF : [copie de la TF ou tenue à disposition du locataire pendant 6 mois après la demande. Une vérification peut également être faite aux impôts]. Le locataire doit prendre le temps de vérifier que le montant demandé correspond bien à son SEUL logement (valeur cadastrale du logement);

=> AU PRORATA JOURNALIER du temps d'occupation du locataire (si arrivée et/ou départ en cours d'année);

=> ET SANS LES FRAIS DE GESTION/RÔLE (au bas de l'avis de taxe foncière du propriétaire), lesquels sont toujours uniquement à la charge des propriétaires.

¤ Possibilité pour le bailleur d’inclure une provision mensuelle établie sur le montant de la TEOM de l’année N-1 et de faire, une fois l’avis de la TEOM de l’année N reçu, une régularisation globale (charges+TEOM).

¤ En cas d’oubli, le montant de la TEOM peut être réclamé par le propriétaire sur 3 ans. Et, dans ce cas, le locataire a la possibilité légale de demander un étalement de paiement sur 12 mois (Article 23 loi du 06/07/1989). L’étalement ne concerne QUE les années réclamées tardivement, PAS l'année en cours.

Si les charges mensuelles sont « FORFAITAIRES » (cas en meublé OU en colocation) : le propriétaire peut faire une « indexation » annuelle, au même titre que le loyer. Ce forfait comprenant toutes les charges récupérables, la TEOM ne peut donc pas être réclamée en supplément.
https://www.pap.fr/conseils/location/les-charges-locatives/a2066/location-meublee-charges-reelles-ou-forfaitaires (dernière phrase).
Toutefois, quand il établit le contrat de location, le propriétaire peut prévoir d'y rajouter une clause particulière prévoyant, qu'accessoirement au forfait de charges, le locataire lui remboursera sa quote-part de taxe d'enlèvement des ordures ménagères.

• Exonération :
http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3650-PGP
(Particulièrement, pour les particuliers, le § 190)

• ATTENTION : ne pas confondre TEOM (Taxe) et REOM (Redevance) et RS (redevance spéciale) :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F22730
http://www.cc-orb-jaur.fr/-la-redevance-d-enlevement-des-.html
Cordialement.

ARRIÉRÉS de TEOM :

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F479

Ce qui est dit aussi dans l’ article 7-1 de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 : "Toutes actions dérivant d'un contrat de bail sont prescrites par trois ans à compter du jour où le titulaire d'un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant d'exercer ce droit."


II) CHARGES :

idem que pour la TEOM : Si les appartements sont en mono propriété : il n'y a pas de règle, mais la loi dit que la répartition doit être équitable. Les tribunaux retiennent la répartition par surfaces.


III) RETENUES SUR DG :

Un bailleur n'a pas à retenir une réfection totale du logement !
C'est la comparaison des EDLE et EDLS qui lui permettra de faire des retenues sur le DG, et à condition encore que l'EDLS ait été fait selon la loi.
Voici mon habituel petit topo sur le DG = DÉPÔT DE GARANTIE pour les locations à usage d'habitation principale soumises à la loi du 6 juillet 1989 (DG souvent improprement appelé "caution", laquelle est une personne qui s’engage à régler au bailleur les éventuels impayés du locataire dont il se porte garant) :

- Un DG est égal à 1 mois de loyer hors charges pour une location « nue » et jusqu’à 2 mois maximum de loyer hors charges pour une location « en meublé ».
- Un dépôt de garantie ne peut pas être demandé quand le loyer est payable d'avance pour une période égale ou supérieure à deux mois.
- C’est le propriétaire qui est le détenteur légal du DG et qui le restituera au locataire.
- Le chèque du DG peut être encaissé dès la signature du bail, même si l’entrée effective (= « date d’effet ») dans les lieux est ultérieure, mais il ne peut pas être encaissé avant la signature du bail.
- En cas de colocation à bail unique ou de départ d’un seul titulaire du bail, le propriétaire conserve le DG jusqu’au départ du dernier colocataire/locataire titulaire ; au colocataire/locataire titulaire sortant de s’arranger avec le colocataire/locataire titulaire restant dans le logement.

Comparé à l'EDLE, l'EDLS est la pièce maîtresse de la restitution du DG.

Une RETENUE sur DG ne peut se faire QUE SI
(hormis le cas d’un EDL fait par huissier) :

- l'EDLS a été fait contradictoirement,
- ET a été signé de toutes les parties prenantes,
- ET un exemplaire a été remis à chacun immédiatement après signatures,
- ET pour des dégradations "locatives" (ce qui exclut les dégradations par usure et celles non-locatives) figurant sur l'EDLS alors qu'elles sont absentes de l'EDLE,
- ET le montant des réparations doit être justifié (par devis OU factures de professionnels).

Si 1 seule de ces conditions est prouvée manquante, pas de retenue sur DG possible au titre de réparations de dégradations.


RESTITUTION du DG au locataire (art. 22 Loi du 6/7/1989) :

Sous 1 mois maximum à partir du rendu des clés si les 2 EDL (États Des Lieux Entrant & Sortant) sont strictement identiques (et faits légalement) ;

Sous 2 mois maximum à partir du rendu des clés si l'EDLS mentionne des dégradations qui ne sont pas mentionnées sur l'EDLE (les dégradations dues à la VÉTUSTÉ ou à l’USAGE NORMAL étant à la charge du propriétaire).
=> Si dégradations légalement retenues (= mentionnées sur EDLS - et pas sur EDLE – et NON rajoutées après signatures) => justificatifs [devis OU factures (en bonne & due forme) de PROFESSIONNELS] des montants retenus correspondants aux dégradations, que le propriétaire doit fournir soit lors de la restitution partielle du DG soit dans des délais raisonnables après mise en demeure (R+AR) par le locataire pour réclamer au bailleur de lui fournir ces justificatifs.

=> Une retenue sur DG sans justificatifs OU pour des réparations non locatives OU sans signature sur l’EDLS OU pour des dégradations non mentionnées sur l’EDLS permet au locataire de porter l'affaire devant la commission de justice de conciliation du logement après réclamation écrite (R+AR) restée sans réponse OU avec réponse négative passé un délai de 8 jours, OU après échec de la négociation devant la commission départementale de conciliation (**).

=> Si l’EDLS n’a pas été fait CONTRADICTOIREMENT [= en présence des deux parties (propriétaire et locataire) ou de représentants ayant reçu procuration] OU s’il n’a pas été établi par un huissier (dans ce dernier cas, la signature du locataire devient inutile) OU s’il n’est pas signé de toutes les parties prenantes : aucune retenue n'est possible sur le DG (art. 3-2 loi 6/7/1989 qui fait référence à art. 1731 Code Civil).

=> Si un exemplaire papier (ou ‘’e-exemplaire’’) n’a pas été remis au locataire de suite après les signatures, le logement à l’EDLE est considéré comme donné en ‘’bon état’’ et à la sorite tout sera comparé à du ‘’bon état’’, et pour l’EDLS, il sera considéré comme non fait, et le logement supposé être rendu en bon état (sauf preuve contraire), et donc aucune retenue sur le DG ne sera possible.
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/3/30/LHAL1515736D/jo/texte
(Article 3 (3°) du chapitre 1er du décret n° 2016-382 du 30 Mars 2016)
[La difficulté est de prouver l'absence de remise immédiate...]

=> Si le DG ne suffit pas : courrier R+AR au locataire pour réclamer le surplus (obligation depuis la loi ALUR mars 2014 pour le locataire d’écrire sa nouvelle adresse sur l'EDLS).
Au besoin, bien entendu, le propriétaire peut se retourner vers le(s) garant(s) de son locataire, à l’amiable dans un 1° temps, puis par courrier R+AR, puis, passé un délai de 8 jours sans réponse ou avec réponse nettement négative, vers la commission de justice du tribunal d’instance (*) du lieu de la location.

=> Si litige portant sur le MONTANT retenu légalement sur le DG, UNIQUEMENT s’il s’agit d’un DEVIS (fait en bonne et due forme par le professionnel) : le locataire peut apporter des devis contradictoires (à faire faire avant de quitter le logement) et, si le litige persiste après 8 jours sans réponse à son courrier R+AR, il peut porter le litige devant le tribunal d’instance du lieu de la location (Mais pour le locataire ayant quitté le logement, il sera impossible de faire faire un devis par un professionnel).
[Une facture - correspondant aux réparations des dégradations légalement retenues - n'est pas contestable.]

=> En copropriété, le propriétaire est en droit de conserver (en sus des éventuelles retenues dues à EDLS différent de celui d'entrée) jusqu’à 20% maximum du loyer hors charges, en vue de la régularisation définitive des charges, et de restituer le solde éventuellement dû, sans intérêts, dans le mois qui suit l'arrêté annuel des comptes de l'immeuble (art. 22 de la loi du 6/7/1989 modifié par la loi n°2014-366 du 24 mars 2014 - art. 6)

=> Le DG ne sert pas à payer le dernier mois de loyer : il s'agirait, dans ce cas, d'un « impayé de loyer » pouvant entraîner une condamnation du locataire.

=> Si le propriétaire dépasse les délais de restitution entière ou partielle du DG, le locataire - à condition qu’il n’ait pas de dettes de loyer - est en droit d’obtenir (mise en demeure par courrier R+AR) une pénalité égale à 10% d’1 mois de loyer hors charges par mois de retard commencé (et si par tribunal, des dommages et intérêts, en sus et s’il en fait la demande, au titre de l’art. 700 du Code civil).
https://www.litige.fr/articles/depot-de-garantie-non-rendu-caution-proprietaire-locataire-penalite-retard
À défaut de conciliation, le litige peut être porté devant le tribunal d’instance dans un délai de 3 ans à partir du jour où le DG aurait dû être versé.
CEPENDANT, cette pénalité de 10% par mois de retard commencé N’EST PAS DUE SI l'absence de restitution résulte du défaut d'indication par le locataire de l'adresse de son nouveau domicile, puisque : « Informer par écrit son bailleur de sa nouvelle adresse est une obligation pour le locataire sortant. » (Article 22 de la loi du 6 juillet 1989). Le mieux est d’écrire sa nouvelle adresse sur l’EDLS.

=> RECOMMANDATIONS :

I - Accompagnez vos courriers R+AR d’une « lettre simple en suivi », ainsi, même si le R+AR n’est pas retiré, vous aurez quand même la preuve que le destinataire a bien reçu vos courriers.
II - Ou MIEUX : envoyez un PLI recommandé avec AR :
https://www.intendancezone.net/spip.php?breve119
http://cgtnature.free.fr/blog/spip.php?article24
III - Gardez toujours une copie de vos courriers R+AR, ainsi que les récépissés correspondants.
IV - Si le R+AR vous revient, NE L’OUVREZ PAS, le juge du tribunal d’Instance verra que vous avez tenté une solution amiable, obligatoire avant de saisir la justice.
Dispense de la commission de conciliation préalable : SI les parties justifient d'autres actions destinées à une résolution amiable du litige (envoi de courriers R+AR avec suivi, etc.). Le tribunal jugera si ces actions sont suffisantes.
Formulaire à envoyer au tribunal d’instance, en joignant copie des courriers :
https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_11764.do
(Page 3 cocher : "envoi d’un courrier à l’autre partie en vue d’un accord")


Encore un peu de lecture...!

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31269
http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1851-depot-de-garantie-et-location
 (*) Comment saisir le tribunal d’Instance ? :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1785
 (**) http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1425-commission-de-conciliation-locataire-proprietaire
 (**) Saisine de la commission départementale de conciliation : article 7 du décret n°2001-653 du 19 juillet 2001 et art 20 loi 6/7/1989
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2066
 Liste des réparations locatives : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006066148

Nous restons à votre disposition pour de plus amples renseignements :-)
Cordialement.

Dire « Merci » 1

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 25655 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Bonjour djivi38,

Merci énormément pour toutes ces réponses et pour le temps prit pour m'aider !

Pour la TEOM, tout est beaucoup plus clair. Dans mon cas, le contrat prévoyait qu'elle était incluse dans les charges mensuelles. Je devais donc payer chaque mois les charges locatives + TOEM.
Le seul soucis qu'il me reste ici avec la TOEM est que le propriétaire m'a présenté pour 2016 la TOEM mais pas le décompte des charges. Il a juste dit que l'intégralité de la TOEM de son avis d'imposition est le manque à payer pour les charges en 2016 mais sans le décompte des charges je ne peux pas moi calculer pour voir combien je suis censé avoir payé en 2016. Je vais donner un exemple idiot, mais si la TOEM est de 200€ et que le décompte des charges est de 300€, et que je paye 600€ par an de charge, je payerais 100€ en plus. Si le décompte est de 500€, j'aurais 100€ d'arriérés. Or, il ne m'a pas communiqué le décompte des charges, donc impossible pour moi de vérifier que je dois bien 200€ en tout.

Pour ce qui est des charges, votre explication est très claire, mais mon problème est que le décompte de charge - faisant office de justificatif de somme à payer - n'est pas pour mon logement, mais pour un autre logement du propriétaire dans le même lotissement mais différent du mien (un F1 alors que j'ai un F2). C'est le propriétaire qui a modifié la facture en écrivant dessus au stylo à bille que la facture était pour le F2 (mon logement) également et me demande de payer l'intégralité des charges présentes sur le décompte. Donc si on excepte la modification de la facture - est-ce légal ? - la facture ne correspond même pas au bien que je louais mais à un autre. Qu'est-ce que je suis censé faire à ce niveau ?

J'ai très bien compris pour tout ce qui a été facturé à la main sur un bout de papier par le propriétaire, merci :) de même pour toutes les factures concernant les choses non marquées sur l'état des lieux (ex: remplacement de prises de courant dans une pièce alors que ce n'est absolument pas dans l'état des lieux de sortie).

En revanche, que dois-je faire pour la facture de l'artisan? Comme indiqué, il me demande de payer toute la rénovation - et j'ai bien compris grâce à vous qu'il n'en a absolument pas le droit car 90% de la facture comprend des rénovations n'apparaissant pas sur l'état des lieux de sortie - mais que dois-je faire ? Je n'ai pas de sous-total sur le devis de l'artisan, donc est-ce que je dois refuser le devis en entier en disant qu'il n'est pas justifié ?
Egalement, comme je l'avais expliqué,l'artisan ne semble même pas exister. Le numéro de téléphone n'est pas attribué, il n'y a aucune trace de lui sur le net et le numéro RSC n'est pas enregistré au tribunal. Est-ce que ça n'en fait pas un faux devis ? Du coup, que dois-je en faire ?

Désolé encore pour toutes ses questions. Comme vous pouvez le voir, ce sont surtout les détails et aberrations qui me rendent cette situation incompréhensible de mon point de vue.

En vous remerciant encore;,
Cordialement
djivi38
Messages postés
29038
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2019
6014 > CipherNK -
"Il a juste dit que l'intégralité de la TOEM de son avis d'imposition est le manque à payer pour les charges en 2016"
On ne fait sa tambouille dans son coin ! Le remboursement des charges se fait au centime près et le bailleur n'a pas le droit de faire du bénéfice sur le dos du locataire.
Réclamez le décompte des charges 2016 pour votre SEUL logement.
Une facture ou un devis n'ont pas à être modifiés !!!

"dois-je faire pour la facture de l'artisan? "
Vous n'aviez pas parlé de "devis" ?

Si le devis n'est pas fait en bonne et due forme (https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31144), dites (quand je dis "dites" je pense "courrier R+AR") au bailleur que vous attendez << un vrai devis détaillé d'un vrai artisan (le n° de tél du devis n'est pas attribué et numéro RSC non
enregistré au tribunal !) pour des dégradations mentionnées sur l'EDLS mais absentes de l'EDLE, et non pas pour une réfection totale du logement. >>
Montrez à ce bailleur que vous connaissez la loi et que vous n'avez pas l'intention de vous laisser manipuler, et que vous êtes à 2 doigts de le dénoncer pour vous avoir fourni ce faux devis.

cdt.
Commenter la réponse de djivi38
0
Merci
Re-bonjour,

Merci pour toutes ces précisions! :)

Il s'agit bien d'un devis et non d'une facture, je suis vraiment désolé pour cette erreur.

Cordialement,
djivi38
Messages postés
29038
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2019
6014 -
Pas grave... mais important d'employer le mot juste... surtout vu les conséquences bien différentes !
Bonne continuation :-)
Commenter la réponse de CipherNK
0
Merci
Bonjour, je ne sais pas si je peux intervenir sur ce forum parce que j'ai un problème un peu similaire, mais je tenais à dire que les explications de djivi38 sont d'une très grande utilité.
Avant de poser mon problème, je souhaiterai savoir si je peux le faire ici ou bien je dois ouvrir un nouveau sujet.
En passant j'espère pour vous CipherNK que votre problème est résolu depuis...
Donc j'attend votre feu vert à vous deux pour exposer mon problème ici ou faire un nouveau sujet.
Bien cordialement.
david
djivi38
Messages postés
29038
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2019
6014 -
bonjour,

vous pouvez bien sûr intervenir sur n'importe quel post si vous avez à y apporter un commentaire, mais pour expliquer votre problème et poser vos questions, il faut ouvrir votre propre post.
cdt.
Commenter la réponse de David
Dossier à la une