Voisinage : Harcèlement moral et menaces

Messages postés
3
Date d'inscription
samedi 30 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
4 mai 2016
-
Bonjour,

Nous venons d'acheter un appartement dans un immeuble des années 60. Le défaut majeur de ces bâtisses concerne l'isolation phonique. Nous avons une fille de 18 mois qui dort depuis maintenant près d'un an dans sa petite chambre. Comme beaucoup d'enfants, je présume, la régularité de ses nuits n'est pas des plus constante.
Nous entretenons un excellent rapport avec tout le voisinage mis à part les locataires de l'appartement jouxtant la chambre de notre fille. Ils vivent dans un 2 pièces et ont installé leur lit contre au fond de leur salon contre le mur où dort notre fille.
Elle a eu quelques problèmes de santé (des vers intestinaux) qui ont nettement perturbé ses nuits pendant une période d'environ 15j. De grandes difficultés à s'endormir, des nuits très agitées avec des réveils intempestifs. Alertés par ce comportement inquiétant nous avons consulté son pédiatre, diagnostique, traitement, etc.
Nos voisins n'ont pas supporté cet épisode et ont commencé à marteler le mur à chaque réveil de notre fille. Tout d'abord gênés de déclencher tant de violence chez nos voisins, nous avons essayé de palier au problème en accourant à chaque gémissement même indicible de notre fille. Cette méthode nous a petit à petit amené à un rituel d'endormissement et à des attentes de notre enfant bien trop contraignantes pour nous deux. Nous avions finit par dormir chacun notre tour dans la chambre de notre fille sur un matelas de fortune souhaitant à tout prix empêcher le moindre cri de l'enfant.
Cette situation s'étant dégradée petit à petit, nous ne nous sommes rendu compte de l'échec de notre conduite éducative qu'après le constat que nous ne dormions plus ensemble pour la tranquillité de nos voisins.
Après de nombreuses lectures, nous avons décidé d'appliquer la méthode dite du 5-10-15 qui consiste en deux mots à accompagner progressivement l'enfant dans la quête d'un sommeil autonome et lui rappeler qu'il a les ressources pour se rendormir sans une présence systématique du parent.
Nous avions tout d'abord prévenu individuellement chaque voisin pouvant souffrir des râles nocturnes de notre enfant de l'entreprise que nous allions entamer.
Les voisins de notre fille ne s'attendant certainement pas à une telle action de notre part ont été très compréhensifs, la femme se rappelant que les premiers pas dans le sommeil de ses deux enfants avaient été particulièrement douloureux aussi : cqfd me dis-je. Heureux que cette démarche porte si bien ses fruits, alors que notre fille se réveillait en moyenne quatre à cinq fois par nuit, en trois jours elle avait récupéré un sommeil serein et solitaire, nous avions retrouvé notre couple !

Formidable petite histoire me direz-vous, mais pourquoi en faire un pavé si indigeste..

Et bien chaque fois que notre fille se réveille trop tôt le matin (par trop tôt j'entends entre 5h et 6h30) nous essayons de la rendormir par cette méthode. En allant doucement lui parler pour la rassurer sur notre présence et espérer qu'elle se rendorme bien. Parfois c'est une réussite, parfois non (avec une nette tendance à l'amélioration).

Depuis 3j, chaque matin nos voisins tambourinent le mur avec violence dès qu'ils l'entendent pleurer plus de 20sec, et crient. Jusqu'à ce matin où j'ai finalement levé ma fille après un seul passage tellement la violence de leur réaction était forte.
J'ai ouvert les volets de sa chambre et ils se sont empressés de faire de même en m'insultant littéralement, me criant dessus, demandant que nous disposions notre appartement autrement pour qu'ils puissent enfin dormir.
Je répondis assez calmement que malgré tous nos efforts, nous ne pouvions pas faire taire un enfant en claquant des doigts et que ce qui nous importait avant tout restait son sommeil. Nous vivons dans un 3p de 50m2 et avons des voisins à chaque mur donc déplacer le dit "problème" (notre fille) ne règlerait en rien ce tracas.

À la suite de quoi ils m'ont menacé de porter plainte parce que nous laissions pleurer notre enfant. Ma femme psychologue clinicienne de la petite enfance et moi-même particulièrement préoccupé par l'éducations et l'écoute de mon enfant ne savions plus quoi répondre. Cela faisait trois fois que nous essayions de raisonner avec eux. Ils ne veulent rien changer de leur état, confort, ni même essayer une fois l'usage - peu confortable je l'accorde - des boules quiès.

Je pensais qu'ils allaient en rester là, nous n'allions pas museler notre fille parce qu'ils porteraient plainte et nous ne pouvons rien faire d'autre que de l'accompagner au mieux dans un sommeil de qualité.

Ce soir, après le coucher de ma fille, ils ont mis des enceintes dans leur dite chambre, mis le son au maximum en écoutant (pour la première fois) du métal en poussant des cris semblables aux râles adolescents des pogos de festivals (ils ont entre 40-45 ans).

Je ne crois pas pouvoir faire entendre quelque raison que ce soit à des gens si virulents et tant dépourvus de bon sens.

J'ai peur que leurs agissements ne deviennent que plus agressifs au fil du temps canalisant toutes leurs frustrations enfouies dans le seul but de faire déguerpir ma fille de sa chambre.

Je pèse mes mots mais mon cœur est gros, je ne dors plus tranquille depuis près d'un mois non pas à cause du sommeil de ma fille qui lui est bien meilleur que le mien mais bien à cause de ces importuns et de leur violence.

Que puis-je faire pour calmer leurs ardeurs avant qu'ils ne se lancent réellement dans une querelle de voisinage à laquelle je ne veux pas participer ?
Ai-je un quelconque levier juridique qui puisse leur faire entendre raison ?

Je remercie celui ou celle qui aura la patience de lire ces mots et accueille tout conseil.

Bien à vous
Afficher la suite 

3 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
11046
Date d'inscription
jeudi 3 mars 2011
Statut
Membre
Dernière intervention
20 novembre 2019
3899
4
Merci
Bonjour,

venons d'acheter un appartement dans un immeuble des années 60.

Le mur qui sépare la chambre de votre fille de celle du voisin, est-il d'une épaisseur de 20 cm environ ou est-ce une cloison de 7 cm d'épaisseur ?

Dans les deux cas , investissez dans la mise en place d'une cloison isolante d'une bonne dizaine de cm d'épaisseur, voire plus si possible, que vous installerez le long de la cloison existante. Seule une bonne isolation phonique vous permettra de retrouver le calme.

Cdlt.

Dire « Merci » 4

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 25582 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de Rochat1
Messages postés
5470
Date d'inscription
dimanche 26 février 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
25 février 2019
588
1
Merci
Il faut rappeler ce qui est notifié dans le réglement de coproprièté : droit de jouissance paisible pour locataire ou propriètaire et j'imagine que réveillés plusieurs fois par nuit doît-être aussi pénible pour eux....

Donc suivez les conseils un peu plus haut et vous avez de la chance que ce ne soit pas eux qui ont fait une main courante ou le 17....Car à répétitions, cela devient insupportable...

J'ai 2 enfants qu'il fallait gérer la nuit, et bien on le fait avec sacrifice que celà demande...et on n'ennuie pas les voisins





Le sourire est le signe le plus délicat et le plus sensible de la distinction et de la qualité de l'esprit....(Charles Augustin de Sainte BEUVE)
ulyssesourd
Messages postés
1239
Date d'inscription
mercredi 30 décembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
29 mars 2019
180 -
J'ai 2 enfants qu'il fallait gérer la nuit, et bien on le fait avec sacrifice que celà demande...et on n'ennuie pas les voisins

Bien dit : ça s'appelle la responsabilité des parents contre tout gêne produit par les enfants.

Les voisins n'ont pas à supporter les cris des enfants des autres ...

Je crois que vous n'avez pas bien lu mes lignes ulyssesourd, nous ne pouvons pas isoler mieux cette chambre qu'elle ne l'est en raisons de sa petitesse et un lit deux places n'y entre pas.

Une pièce de 7m² n'est pas considérée comme une pièce et en aucun cas être une chambre d'enfant ... Trouvez une autre solution pour que l'enfant soit dans une VRAIE pièce et tout faire pour ne plus occasionner des désagréments à vos voisins.

Cordialement
Commenter la réponse de louvanne
Messages postés
4
Date d'inscription
lundi 2 mai 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
3 mai 2016
-1
Merci
Bonjour,

Quelle histoire en effet ! Rassurez-vous, afin d'éviter une quelconque escalade de tensions dans la situation que vous vivez, plusieurs solutions sont possibles.

Je ne suis pas un expert du droit, mais je pense que le seul fondement juridique sur lequel vos voisins pourraient vous attaquer serait l'atteinte au droit de jouissance (du fait qu'ils ne puissent profiter de leur appartement comme ils le souhaitent). Je vous conseille donc de vérifier sur le site : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F612 si les réveils de votre fille entrent dans les "bruits de comportement punissables" définis légalement.

Sachez également, que si ces nuisances sonores de vos voisins (musique et cris) sont accompagnées de menaces, ou insultes, vous pouvez également avoir recours à une plainte pour harcèlement, tout comme si vous êtes accusé de nuisances sonores de manière répétée pour de faux motifs (dans le cas ou les réveils de votre fille n'entrent pas dans le cadre des bruits de comportament punissables).

Enfin, je vous conseille, afin que vous vous rassuriez, de prendre contact avec un avocat. Ce dernier sera le seul qui pourra vous aiguiller sur vos droits, ainsi que les marches à suivre pour que la situation s'apaise le plus rapidement possible.

Pour ma part, je vous conseille d'aller voir sur le site *********où vous pourrez trouver et consulter en ligne (téléphone, chat, visioconférence) un avocat, sans avoir à vous déplacer en cabinet. Pour info, les avocats experts des troubles du voisinage vont se trouver à cette adresse : *********

Bon courage, en espérant que la situation s'améliore pour vous !
      • liens publicitaires supprimés par la modération

ulyssesourd
Messages postés
1239
Date d'inscription
mercredi 30 décembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
29 mars 2019
180 -
Bonjour
Grandes lignes pour raconter votre histoire....
Un enfant c'est délicat et bien sur ça ne se maîtrise pas, mais les parents doivent penser aussi au bien être de ses voisins...
Avez vous réfléchi que certes ça devienne épuisant pour vos voisins tout en pensant au bien être de votre fille ?!
Certes cela arrive qu'il ait des crises de pleurs mais de courte durée mais pas en durée indéterminée quand même ... N'avez vous pas pensé à faire quelque chose pour isoler le bruit ? Isoler le mur de votre fille de votre coté...ou changer de place le lit de votre fille.
jeanquelquechose
Messages postés
3
Date d'inscription
samedi 30 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
4 mai 2016
-
Merci beaucoup ales35,
Je vais me renseigner et consulter tous les liens que vous m'avez fourni.
Je suis allé voir la maire adjointe à la petite enfance qui m'a conseillé de déposer une main courante, chose faite. Depuis mon message, ils diffusent de la musique enceintes collées au mur, volume au maximum tous les soirs aux heures de coucher de ma fille (entre 20h45 et 21h45). Jusqu'à hier soir elle arrivait tout de même à s'endormir mais le commissariat m'a dit tout de même de les appeler en cas de récidive après le dépôt de la main courante. Ils sont arrivés juste après qu'ils aient baissé le volume mais j'ai tout de même fait constater par ma voisine. Ma fille était en pleurs et ma voisine entendait leur musique depuis son appartement (le notre entre les deux).
Ce sont ces actes agressifs et parfaitement inappropriés à l'égard d'un enfant de 18 mois que je condamne ainsi que les coups contre le mur de sa chambre et les cris. Nous nous sommes déplacés trois fois pour les voir et discuter, eux se sont contentés de crier par la fenêtre et m'envoyer ensuite un courrier de "demande aimable de cessation de bruit" avec copro en copie.

@ulyssesourd
La chambre de notre fille fait 7m2 et seulement deux murs peuvent accueillir son lit, tous deux joints au mur des voisins. Si nous entreprenons à nouveau des travaux et réduisons encore cet espace déjà étroit, nous ne pourrons plus faire passer son lit quand elle grandira.
De plus, les nuits de ma fille s'améliorent malgré quelques rechutes quand elle est malade. Nous sommes très attentifs à la qualité de son sommeil et à l'accompagner de la manière la plus rassurante et la plus appropriée qui soit pour garantir la plus grande quiétude chez notre enfant. Je ne suis pas certain que la violence et la haine que ceux-ci transmettent par leurs actes aillent dans ce sens. Le dialogue est malheureusement rompu, si dialogue il y a bien eu un jour.
Je comprends leur colère mais ils n'ont rien essayé de leur côté quand nous entreprenons tout ce qui est en notre pouvoir de parent pour tranquilliser notre enfant. J'ai même décidé de la lever un peu plus tôt sans essayer de la rendormir pour calmer leur ardeur et ce sans succès, bien au contraire.
Ils ne veulent pas demander à leur propriétaire d'installer une cloison isolante, simplement poser la question, ils le refusent.

Nous avons isolé le mur de notre chambre attenant à celui de nos voisins (sa superficie le permettait), eux aussi parents d'une petite fille qui criait beaucoup. Quand les pleurs étaient de longue durée et trop forts pour la cloison nous portions des boules quiès, conscient que cela ne dure pas éternellement.
ulyssesourd
Messages postés
1239
Date d'inscription
mercredi 30 décembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
29 mars 2019
180 -
Mais je ne comprends pas votre raisonnement en tant que parent, si j'étais vous, je n'hésiterais pas à échanger ma chambre isolée phoniquement contre la sienne non isolée ! Une chambre c'est fait pour dormir quelque soit sa superficie: ma chambre est 1,5 fois plus petite que celle de ma fille et j'ai fait faire poser une fenêtre phoniquement isolante car sa pièce se trouve coté rue, en plus j'ai également isolé phoniquement le mur mitoyen...Et le harcèlement moral que vous pensez être victime, est bien sur pour le voisin qui est victime, qui vous répond par la mise en place des enceintes de musique.
Pour tout s'arrange le mieux est de faire de ce que je viens de vous dire pour arrêter toute escalade qui peut vous faire plus de mal que du bien...
jeanquelquechose
Messages postés
3
Date d'inscription
samedi 30 avril 2016
Statut
Membre
Dernière intervention
4 mai 2016
-
Je crois que vous n'avez pas bien lu mes lignes ulyssesourd, nous ne pouvons pas isoler mieux cette chambre qu'elle ne l'est en raisons de sa petitesse et un lit deux places n'y entre pas.
Commenter la réponse de ales35
Dossier à la une