Contrat nuance de la caisse d'épargne

Signaler
-
 MIMI -
Bonjour,
J'ai souscrit en aoÛt 2000 un contrat NUANCE à la caisse d'épargne de Maisons-alfort pour un montant de 609 euros, fin de contrat 2010, j'ai eu la joie de m'apercevoir qu'il ne me restait plus que 460 euros sur ce contrat arrivé à échéance, je passe voir ma conseillère CAISSE D'EPARGNE qui après renseignements de la part du siège social m'assène que la caisse d'épargne, dans sa grande mansuétude m'accorde le changement de contrat pour 0,8 % en frais sur un nuance non à risque ! Mais quel risque ? Je suis abasourdi car lorsque j'avais souscris ce contrat, ma conseillère d'alors m'avait certifié un placement sans aucun risque avec garanti du capital ...
Que faire ?
Contactez l'AFUB, un organisme de consommateurs ? Aller au procès ?
Je désespère...
(certes il s'agit d'une petite somme mais imaginez que j'ai mis dans ce contrat bidon toutes mes économies.

5 réponses

le contrat nuance est un contrat assurance vie multisupport. L'argent peut donc être placé sur des fonds en action à risque ou des fonds monétaire sans risque. Si votre argent a été placé des fond boursier il est probable que vous ayez subit des pertes.
C'est a vous de choisir les fonds dans lesquels l'argent est placé. Ce type de contrat n'est pas destiné au gens qui ne s'occupe pas de gérer leur contrat d'assurance vie. Il vaut mieux placer son argent dans un contrat en fond euros dont le capital ne peux diminuer.

Lors de la souscription vous avez du recevoir et signer une fiche d'explication ainsi que la liste et le type de fond dans lequel ont été placé votre argent. Si vous disposez d'une option de capital garantie vérifier le dans votre contrat.

Si vous avez été mal conseillé la seul chose que vous pouvez faire c'est attaquer la conseillère qui vous a vendu le contrat pour défaut de conseil mais il faudra pouvoir le démontrer. si vous avez eu un questionnaire de votre type d'investisseurs ainsi que la fiche explicative de votre placement vous avez été suffisamment été informé au yeux de la loi. La loi ne couvre pas le fait que vous n'ailler pas compris ce qui est écrit dans votre contrat.
Le questionnaire de "type d'investisseur" n'existait pas en 2000. En 2000, le CAC n'était pas loin de ses plus hauts sommets. Depuis il y a eu la bulle internet qui a craqué en 2001 puis la crise de 2008 dont on se remet péniblement. Vous avez investi dans des unités de compte "actions", il est normal que vous ayez perdu par rapport à votre mise de fonds initiale.
Maintenant, comme dit lh, avez-vous tout bien lu votre contrat ?
Pour répondre à votre gentil et rapide retour de mail, ma conseillère de l'époque Melle LAUFERON de la CAISSE D'EPARGNE avait été formelle "ne vous inquietez pas ce n'est pas un placement à risque" je crois maintenant au vu de votre réponse qu'il ne me reste plus qu'à saisir le médiateur de ladite CAISSE D'EPARGNE pour défaut de conseil ! Si je n'obtiens pas gain de cause j'enlèverais tous mes avoirs de cette banque (je viens de vendre mon appartement) et j'espère avoir de quoi faire basculer la balance à mon avantage (enfin? avantage, cela se discute !)
Je vous remercie encore de vos précieux conseils et ne manquerais pas de vous informer de la suite des événements me concernant.
MIMI
bonjour, j'ai acheté en 2001 des part nuance , je ne retrouve pas dans le contrat la garantie du capital que vous mentionné, merci
réponse à gilles

Non, lorsque j'ai souscrit le contrat NUANCE en août 2000, j'ai simplement signé une demande de souscription NUANCES Contrat d'assurance Vie ! Je n'ai reçu les conditions générales que plus tard et par courrier... et je vous confirme que ma conseillère m'avais stipulé nettement que ce n'étais pas un contrat à risque ! J'étais imageuse au Journal l'EQUIPE et je ne connaissais rien en placement bancaire. Je ne placais et ne place, je peux le prouver à la CAISSE D'EPARGNE, que des placements "de bon père de famille" CODEVI - LIVRET A, LIVRET B. Je me rends maintenant compte que je suis le "dindon de la farce", mais "une dindonne" qui ne veux en aucun cas se laisser faire...