Relation élève (majeur) et professeur [Résolu/Fermé]

Signaler
-
 HDKSM -
Suite au message d'un internaute, je viens poster mon sujet ici. Ma question étant:
"Bonjour, bonsoir, je souhaite savoir si les lois existantes sur la relation entre un élève majeur et un professeur interdisent totalement d'entamer une relation d'amitié ou amoureuse entre les deux personnes. Ou y a t-il un moyen de détourner cette loi?"
Merci de me répondre.

PS: Je ne sais pas trop dans quel emplacement mettre ce sujet. Désolé.
A voir également:

8 réponses

Messages postés
10
Date d'inscription
samedi 12 septembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
29 janvier 2010
13
il n'y a pas de lois interdisant ces relations.

Mais bon faut pas non plus s'afficher dans l'établissement.

En général faut rester discret.
Sinon ca peut très mal se passer.
42
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 22391 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Merci de vos réponses, je vais peut-être attendre un peu. Bonne journée et merci.
Le code civil n'interdit pas de relations entre deux êtres consentants; toutefois, il peut se poser un problème de génération et surtout un problème de déontologie pour l'enseignant qui a dans sa classe une élève qui est aussi sa maîtresse ou copine(pour un célibataire); il faut être lucide; mais une prof en mal d'enfant peut entamer une relation, démissionner et avoir un enfant avec un de ses élèves, même plus jeune; cela surprend, mais dans d'autres pays, des jeunes filles de 18 ans sont mariées à des hommes de 45ans et tout le monde ne dit rien; problème de culture? usages?coutumes? il faut savoir ce que l'on veut.
Je crois qu'il y a une loi qui interdit une relation sexuelle entre un professeur et un élève car le professeur a autorité sur l'élève, il faut attendre qu'il n'y ait plus la relation professeur/élève pour avoir des relations sexuelles. Par contre, pour les relations amicales, je crois qu'il n'y a aucun problème.
Tu fais bien de souligner "Je crois" car la notion d'autorité n'est prise en compte qu'en cas d'absence de consentement ou de faiblesse morale. Dans ce cas, le fait d'avoir autorité sur une personne constitue un fait aggravant.
Dasn le cas où il s'agit de deux adultes consentants, il n'y a aucune infraction au niveau légal.
Ceci dit, prudence dans ce genre de relations, car en cas d'ébruitement, de fragilité morale de l'élève, il sera inmanquablement reproché à ce professeur une telle relation. De plus, au sein de l'établissement, cette relation sera ouvertement critiquée.
Par contre si ces deux adultes sont parfaitement lucides, et éprouvent de grands sentiments réciproques, alors il n'existe aucun obstable, si ce n'est l'obligation de discretion.
Je rappelle que le ministre Darcos a épousé une de ses étudiante beaucoup, beaucoup plus jeune que lui.
Messages postés
1243
Date d'inscription
jeudi 14 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
2 juillet 2012
299
Il n'y a pas de loi interdisant des relations sexuelles entre deux adultes consentants, même professeur et élève. En revanche il faut penser aux conséquences "collatérales" éventuelles: si le professeur est marié, suspicions de favoritisme etc. Il faut gérer tout cela avec délicatesse et diplomatie.
une relation prof et éléve méme majeur, et assez delicate , je suis au lycée et j'ai une prof de 24 ans, et meme si elle et en couple depuis3 ans avec quelqun, elle couche reguliérement avec un de ses bts qui en na 22.
on les a surpris un jour main dans la main devant tout le lycée meme si il sont majeur tout les deux ca a était un choc. je n'ai rien contre eux,mais heuresement ils ne s'affichent plus ensemble, mais c'est une prof plutot jolie et elle a des attitudes chaudes avec ses eleves garcons...
Bonjour,
J'ai 17ans 1/2 et je suis en couple depuis 6 mois avec l'agent technique de laboratoire de mon lycée qui a 28ans. Il y a deux jours j'ai littéralement pété un plomb suite a beaucoup de problèmes privés, et au lycée et j'ai voulu me confier a mon cpe en lequel je croyais avoir une confiance aveugle. Il m'a dit que le proviseur devait être mis au courant (je ne vois en pas en quoi déjà, étant donné qu'on ne s'est jamais vus au lycée mon homme et moi, cela restant donc totalement du domaine de la vie privée.) Mon copain n'a aucune autorité quelle qu'elle soit sur moi étant donné qu'il n'est pas personnel encadrant. Que risque-t-il sachant qu'il est employé par la région, et non par le proviseur du lycée ?
Bonjour, je suis étudiante dans un cégep au canada, j'ai 19 ans et je sors avec un prof. J'ai fait beaucoup de recherches à ce sujet...mais je n'ai pas trouvé de réponse. Ce qui est différent c'est que ce professeur ne m'enseigne pas et ne m'enseignera pas durant mes études non plus puisque nous sommes dans 2 disciplines différentes...mais je me demandais s'il pouvait y avoir de grandes sanctions si cela venait à se savoir..
Merci
L'enseignant doit dans l'exercice de sa tâche tenir compte des principes physiques, mentaux, émotionnels et spirituels des élèves.
À l'acceptation d'un mandat et pendant son exécution, l'enseignant doit tenir compte des limites de sa compétence et des moyens dont il dispose. Il ne peut s'engager à faire de l'enseignement pour lesquels il n'est pas suffisamment préparé.
L'enseignant ne peut enseigner dans un état susceptible de compromettre la qualité de ses services. Il ne doit aucunement enseigner alors qu'il est sous l'influence d'une substance pouvant produire l'ébriété, l'affaiblissement ou la perturbation des facultés ou l'inconscience.
L'enseignant fait en son pouvoir d'établir et maintenir la confiance des élèves envers le collège. Il doit respecter les valeurs et les convictions de chaque élève.
L'enseignant doit avoir une conduite irréprochable envers les élèves, que ce soit sur le plan physique, mental, émotionnel ou spirituel. L'enseignant ne doit non plus tirer avantage d'un élève d'un point de vu physique ou émotif, c'est-à-dire;
Il est défendu d'entretenir des activités sexuelles avec les élèves.
Il est défendu d'emprunter de l'argent d'un élève.
Il est défendu de donner des formations privées à un élève.
L'enseignant s'acquitte de son devoir professionnel à titre de professeur, d'enseignant, de formateur ou chargé de cours avec intégrité, objectivité et réserve.
Lors de son mandat, l'enseignant doit éviter toute démarche ou attitude susceptible à donner à sa profession un caractère de gain.
Lors de son mandat, l'enseignant, ne doit faire valoir aucune fausse représentation envers sa compétence et envers l'efficacité de ses services.
L'enseignant ne recourt à aucun procédé dans le but de contraindre un élève à faire des aveux contre sa volonté.
Sauf en ce qui a trait à ces honoraires, l'enseignant ne contracte aucun lien économique avec les élèves. (Exemple : emprunt, cours privé, traitement)
L'enseignant doit s'abstenir de diminuer ou de rehausser son élève par des différences telles que culture, ethnie, couleur, race, sexe, religion, statut marital, tendances sexuelles, capacités mentales ou physiques, âge, statut socio-économique et/ou toute autre préférence ou caractéristique personnelle, condition ou statut.
L'enseignant fait preuve de disponibilité et de diligence envers les élèves.
Sauf pour une cause juste et raisonnable, l'enseignant ne peut rompre son mandat à titre d'enseignant avant la fin d'une session. Si l'enseignant décide de ne plus offrir ses services il doit aviser la Corporation immédiatement par courrier recommandé trois mois avant son départ. Exemples de cause juste et raisonnable : maladie, conflit d'intérêts qui compromet sa relation avec les étudiants.
L'enseignant doit engager sa responsabilité civile et faute professionnelle personnelle. Il est défendu d'inclure dans un contrat de services professionnels une clause l'acquittant de cette responsabilité.
L'enseignant doit être membre assermenté au code de déontologie et sauvegarder en tout lieu la réputation de la CPMDQ, de ses dirigeants et de ses membres.
Lors de son mandat ou à la fin de celui-ci, l'enseignant ne peut enseigner une matière de la médecine douce, diriger, administrer ou devenir propriétaire d'un établissement d'enseignement en médecine douce n'étant pas reconnu et chapeauté par la CPMDQ pour une période minimale de cinq ans.
Les notes de cours, le contenu des formations, le matériel didactique (crâne, squelette, livre, table de massage et autres) sont la propriété de la CPMDQ. Les formations données dans les collèges de la CPMDQ ainsi que le matériel didactique ne peuvent être vendues ou utilisées à l'extérieur des classes sans l'accord écrit de la CPMDQ.
L'enseignant ne peut recevoir en plus de ses honoraires auxquels il a droit, tout avantage, ristourne ou commission. De plus, il ne doit aucunement payer, offrir de payer ou s'engager à payer ristourne ou commission.
L'enseignant s'engage à ne pas référer des clients ou patients qu'il a obtenu par sa position d'enseignant de la CPMDQ à des thérapeutes non-membre de la centrale.
L'enseignant doit aviser la CPMDQ sur tout commentaire ou geste dérogatoire ou diffamatoire qu'un élève puisse porter envers le collège, les enseignants, les autres élèves, le syndicat ou ses dirigeants.
L'enseignant ne doit pas utiliser les informations de nature confidentielle de la CPMDQ en vue d'obtenir un avantage pour lui-même ou pour autrui.
Le taux honoraire pour les services de l'enseignant est déterminé entre la direction du syndicat et le professeur. Le taux établi entre les deux partis est rémunéré à titre de travailleur autonome. Ce taux peut varier ou baisser selon le nombre d'inscription ou de la perte d'élève.
L'enseignant ne doit pas inciter ou solliciter un élève de façon persistante à recourir à ses services.
L'enseignant ne doit pas influencer un élève à poser un geste illégal ou frauduleux.
L'enseignant ne peut réclamer à son élève des honoraires pour un traitement. Les traitements donnés aux élèves sont effectués lors des formations et dans la classe. Les honoraires des traitements aux élèves sont compris dans le salaire de l'enseignant.
Il est défendu que l'enseignant émettre un reçu pour un traitement à un élève.
L'enseignant doit informer la CPMDQ lorsqu'un élève viole les règlements du code de déontologie.
À moins qu'un événement soit organiser par la direction du collège ou que l'élève soit gradué, il est interdit pour l'enseignant de fréquenter au niveau personnel, amical ou social les élèves. L'enseignant doit sauvegarder en tout lieu son titre de représentant du collège.
L'enseignant ne doit pas se faire passer pour le propriétaire ou pour le dirigeant du collège.
L'enseignant n'a aucun pouvoir de modifier, approuvé ou d'adopter un règlement ou de modifier une décision déjà établie par la direction de la CPMDQ. Seule la direction de la Corporation peut modifier, approuver ou adopter un règlement.
L'enseignant ne peut se présenter ou se faire passer comme guérisseur ou clairvoyant.
Source : http://www.cpmdq.com/htm/codededeontoensing.htm
C'est a peu de chose prêt pareil partout
je ne suis pas sûr en ce qui concerne la loi française, mais il faut penser à vérifier le règlement intérieur ou au moins le contrat de travail du professeur pour être sûr qu'il n'aille pas se faire virer à cause de ça.
Dossier à la une