Refus d'un remplacement de congé maternité

Signaler
-
Messages postés
495
Date d'inscription
dimanche 3 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2009
-
Bonjour,

Je suis responsable marketing en CDI depuis 3 ans.
Mon employeur m'a imposé, le jour du départ d'une de mes collègues titulaire d'un poste similaire au mien, de la remplacer durant son congé maternité.
J'ai donné mon accord à la seule condition d'avoir un avenant à mon contrat pour remplacement, une réévaluation de ma charge de travail ( qui se multiplierait par deux) et une augmentation de mon salaire.
Réponse de mon employeur: je dois accepter ce remplacement sans prime ni augmentation sans quoi on supprime mon poste et un intérimaire sera embauché pour remplacer ma collègue. (???)
En plus de ce chantage, ma hiérarchie a fait pression et m'a laissé 2H (avant la fin de la journée) pour prendre une déçision. J'ai rétiré ma réponse verbalement.
3 jours plus tard, j'ai reçu une lettre remise en main propre où mon employeur me demande de reprendre les dossiers de ma collègue ; j'ai reformulé ma réponse par écrit ( j'accepte seulement aux conditions ci dessus)

Ce refus peut-il être considéré comme un manquement à mes obligations et comme une faute grave ?
Ce refus peut-il faire l'objet d'un licenciement pour faute ?
Ma collègue et moi avons le même intitulé dans nos contrats, cela peut-il m'obliger à reprendre son poste ?

Merci par avance de vos recommandations.

1 réponse

Messages postés
495
Date d'inscription
dimanche 3 mai 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mai 2009
159
Bonjour,

ton employeur veut le beurre et l'argent du beurre et il fait le chantage à l'emploi.
tu as plus de travail, plus de tâches à effectuer de part l'absence de ta collègue, il est donc logique que tu aies un avenant à ton contrat de travail.
en plus, il manque de tact...
mais tu es consciente que tu vas droit au devant d'ennuis avec ton employeur qui a l'air d'être borné !
tu as raison de faire valoir tes droits, même si tu es cadre... tu n'es pas un robot et comme tout un chacun, tu as une vie après le travail.