Refus d'embauche pour handicap

not_any_face - 6 mai 2024 à 18:16
 Vincent - 8 mai 2024 à 11:34

Bonjour,

J'ai été refusé lors d'une candidature à un poste dans le contexte qui est le suivant :

Je suis une personne handicapée (et reconnue) de malvoyance, proche de la cécité. J'ai candidaté à une offre de chef opérateur du son dans une grosse société (que je ne citerais pas).

J'ai les études, les compétences et la motivation nécessaires pour le poste.

J'ai donc été convoqué à un entretien, qui s'est très bien déroulé. Quelques jours plus tard, la société me recontacte pour me dire que mon profil est adéquat au poste, et que sans la présence du handicap ils m'auraient recruté. Seulement, mon handicap nuirait à l'utilisation correcte des moyens techniques lors des émissions en direct. De ce fait, il ne m'embaucheront pas.

Comme mon profil les a tout de même attiré, ils feront leur possible pour me pourvoir à un poste dans un domaine similaire, mais à un autre service qui n'est pas soumis aux conditions de direct.

Je précise que l'argument de la société sur le direct est fondé, en effet cela me cause des difficultés, qui seraient toutefois surmontables avec les aménagements nécessaires.

Que dois-je en penser ? Comment réagir ?

Merci.

1 réponse

dna.factory Messages postés 25070 Date d'inscription mercredi 18 avril 2007 Statut Modérateur Dernière intervention 17 juin 2024 12 540
7 mai 2024 à 11:37

Bonjour,

Les dispositions visées ci-dessus, relatives à l’interdiction des discriminations, ne font pas obstacle aux différences de traitement, lorsqu’elles répondent à une exigence professionnelle essentielle et déterminante et pour autant que l’objectif soit légitime et l’exigence proportionnée.

https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/egalite-professionnelle-discrimination-et-harcelement/article/la-protection-contre-les-discriminations

A partir de là, difficile de s'engager dans une direction ou de l'autre, et le seul moyen d'avoir une réponse définitive serait de porter l'affaire au prud'homme (en commençant par avoir une preuve que le refus est basé sur le handicap), puis jusqu'en cassation pour avoir une jolie jurisprudence.

Si j'en juge par mon expérience de direct (journal télévisé), j'aurais de la peine à condamner l'entreprise. Mais d'un autre coté je ne connais pas l'entendue des aménagements nécessaires.


0

Bonjour,

Effectivement seule une procédure - en commençant via le conseil des Prud'hommes - pourra se prononcer.

Le poste a certes des contraires, mais est-ce que le handicap du postulant est-il réellement incompatible avec ce poste. Là je n'en suis pas certain.

Il y a plusieurs années afin de pallier des débordements en direct, et pour pouvoir se laisser une marge de réaction, il existait le direct avec différé de 5 minutes. Pour le téléspectateurs cela ne change rien que le direct soit différé de 5 minutes ou de 10 secondes comme actuellement (un vrai direct n'existe pas, il y a toujours un léger décalage). Mais par contre pour les équipes derrière cela évitaient d'avoir la pression du direct, en laissant une marge de temps nécessaire pour s'adapter.

Il y a des arguments pour et contre, c'est à l'autorité judiciaire de statuer.

Cordialement

0