Droit de visite propriétaire en colocation

Helenesages - 6 août 2022 à 23:29
_lael_
Messages postés
1585
Date d'inscription
dimanche 2 février 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
19 août 2022
- 6 août 2022 à 23:41

Bonjour,

Je suis actuellement en colocation avec un autre colocataire. Il a invité le propriétaire à visiter sans me prévenir, aucun des deux ne m'a donné son autorisation et je n'ai appris le fait qu'après coup, j'étais absente durant sa visite.

Est-ce légal pour le propriétaire d'une colocation de visiter sans l'accord (ou au moins prévenir) tous les colocataires ?

1 réponse

_lael_
Messages postés
1585
Date d'inscription
dimanche 2 février 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
19 août 2022
643
Modifié le 6 août 2022 à 23:54

Toute personne inscrite au contrat de location peut inviter qui elle souhaite sans que cela ne puise être reproché aux personnes invitées (ici le bailleur).
C'est tout au plus un "différent domestique" à régler entre les locataires.


Par ailleurs, s'il s'agit d'une colocation par baux individuels, seule votre chamlbre est une partie privative, le reste est assimilé à des parties communes.

Ce qui veut aussi dire que le bailleur peut légalement aller à venir dans ces parties communes sans avoir à se justifier.

Mais bon, le bon sens voudrait qu'il soit préférable de prévenir les locataires dans un délai raisonnable avant une venue, sauf urgence et sauf éventuellement s'il s'agit d'un rendez-vous avec un des locataires.

Personnellement je ne préviens pas dans ce dernier cas non plus, je considère que c'est au locataire d'avertir ses colocataires si j'ai rendez-vous avec lui en tant que bailleur, de la même façon que si j'avais été un tiers.
 

Le bailleur ne peut bien entendu cependant pas pénétrer dans votre espace privatif (chambre) sans votre accord, et même l'accord de votre colocataire ne serait pas suffisant (si bail individuel uniquement).

Il y a bien entendu quelques limites légales à ces venues du bailleur.
Si c'est trop répété ou s'apparente à du harcèlement cela peut être considéré comme un trouble à la jouissance paisible des lieux que le bailleur est tenu garantir à ses locataires.
Mais la preuve incombe au locataire de démontrer ce trouble anormal.

2