Décès usufruitier SCI et succession

Signaler
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
29 septembre 2021
-
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
29 septembre 2021
-
Bonjour,

Le père de mon mari récemment décédé était l'usufruitier d'une SCI qu'il avait créé et dont sa compagne (non mariée) était nue-propriétaire.

Nous attendons encore la convocation pour en savoir plus mais mon mari étant le premier fils du défunt né d'un premier mariage, il craint de se retrouver lésé car selon les informations de sa belle-mère, c'est elle qui devient nue-propriétaire et usufruitière de la SCI. Ce sont donc les demis-frères de mon mari qui seraient les héritiers au décès de leur mère.

Nous attendons le rdv chez le notaire pour en savoir plus mais à ce stade, je suis un peu perdue et j'ai besoin de savoir dans quel(s) cas mon mari ne bénéficierait d'aucun droit de succession de cette SCI (dans laquelle son père a amené la quasi totalité des apports financiers) ? Ne connaissant pas les statuts de la SCI et n'ayant pas accès aux documents de la SCI entre les mains de la belle-famille, je souhaite comprendre comment cela fonctionne en prévision du rdv chez le notaire.

En vous remerciant d'avance pour vos précisions.
Cordialement,

4 réponses

Messages postés
36903
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2021
16 528
Le père de mon mari récemment décédé était l'usufruitier d'une SCI
Non, usufruitier des parts composant le capital social d'une SCI.

selon les informations de sa belle-mère, c'est elle qui devient nue-propriétaire et usufruitière de la SCI
Plus précisément, l'usufruit détenu par le défunt s'étant éteint par son décès a rendu son associée "plein propriétaire" des parts.

j'ai besoin de savoir dans quel(s) cas mon mari ne bénéficierait d'aucun droit de succession de cette SCI (dans laquelle son père a amené la quasi totalité des apports financiers) ?
Malheureusement pour lui il ne recueille aucun droit.

Ne connaissant pas les statuts de la SCI et n'ayant pas accès aux documents de la SCI entre les mains de la belle-famille, je souhaite comprendre comment cela fonctionne en prévision du rdv chez le notaire.
Manifestement, il s'agit d'une "donation déguisée" au profit de sa compagne.
Selon votre description de la situation, votre beau-père a financé la totalité des apports en liquidités à la SCI, laquelle a, vraisemblablement, acquis le bien immobilier.
Statutairement, les parts appartenaient pour l'usufruit à votre beau-père et à sa compagne pour la nue-propriété.
Le notaire ne pourra pas grand chose dans cette affaire qu'il conviendrait de confier à un avocat car, elle finira devant les tribunaux.
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
29 septembre 2021

Merci beaucoup pour ces précisions. Je ne sais pas exactement quelles étaient les intentions de chacun à la création de cette SCI.
J'ai tout de même une dernière question qui persiste: dans quel(s) cas la collaboratrice pleine propriétaire devient également usufruitière au décès de l'usufruitier ? Est-ce "automatique" ou est-ce spécifié par un statut particulier de la SCI ? (par exemple, donation au dernier vivant, etc.).

Merci encore pour vos conseils et bonne journée à vous.
Bien cordialement,
Messages postés
36903
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
15 octobre 2021
16 528
Est-ce "automatique" ou est-ce spécifié par un statut particulier de la SCI ? (par exemple, donation au dernier vivant, etc.)
N'étant pas unie par le mariage avec le défunt, cette "compagne" n'avait, légalement, aucun droit dans la succession de son "compagnon".
Ni automatique, ni "donation au dernier vivant" réservée aux époux légitimement unis par le mariage.

Mais il est très simple de prévoir, dans les statuts de la SCI, dès sa création, que l'un aurait 50 parts en nue-propriété, l'autre l'usufruit sur ces mêmes parts ,et, vice-versa, sur les 50 autres parts du capital social composé de 100 parts .
(une participation croisée)
Ou, l'usufruit sur les 100 parts au plus "ancien" et la nue-propriété au "moins ancien".
Si le plus ancien décède le premier, le moins ancien recueillant l'usufruit devient plein propriétaire par le jeu de la "consolidation".
Dans le cas contraire, au décès du "plus jeune" ses droits en nue-propriété font partie de sa succession alors que le "moins jeune" conserve son usufruit sur les mêmes parts.!.

Procurez-vous l'acte de constitution.
Messages postés
3
Date d'inscription
mardi 28 septembre 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
29 septembre 2021

Très bien, j'y vois un peu plus clair désormais.
Merci pour ces précieux conseils.

Bonne fin de journée à vous.
Bien cordialement,