Donation partage vente avant deces

Signaler
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 18 mars 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mars 2021
-
 zabou_2045 -
Bonjour, nous sommes 3 : 2 filles, 1 garçon. Mes parents agés (87 et 83 ans) s'apprêtent à faire une donation-partage, concernant la maison qui est leur domicile, le seul bien immobilier qu'ils possèdent, répartie comme suit : 1/4 pour ma soeur, 2/4 (la moitié) pour mon frère, et le dernier quart pour moi.
Je précise que la valeur du bien est d'environ 240000€ .
Ils disent clairement qu'ils souhaitent voir passer ce patrimoine à leur fils... au-delà de cette injustice envers ma soeur et moi-même, je n'en vois pas l'intérêt. la part de chacun étant inférieure aux 100000€ que peut faire chaque donateur. Mes parents désirent être les usufruitiers de la maison. Je pense que (ma mère est quasi aveugle, mon père a du mal à se déplacer, j'habite à 3h de route de chez eux, ma soeur est géographiquement bien plus éloignée)... mon frère étant bien plus présent, une certaine pression morale s'exerce. Mon frère leur dit qu'il est pressé... Il se propose, ensuite, de nous acheter nos "parts" à ma soeur et à moi-même. (je crois savoir, sans la part d'usufruit qui serait de 20%)... Un belle opération financière pour lui ! je souhaite m'opposer à ce projet.
Comment procéder tout en conservant mes droits "d'héritière future" (je ne suis pas pressée et cette dépossession m'inquiète) ? Quels sont les risques ?
Puis je renoncer tout en conservant mon droit relatif à l'héritage ultérieur?

Quel bazar! Quelle tempête soudaine! Merci de votre réponse. Bonne journée. zabou

6 réponses

Messages postés
35591
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
20 avril 2021
15 438
Puis je renoncer tout en conservant mon droit relatif à l'héritage ultérieur?
je souhaite m'opposer à ce projet.
Sans perdre vos droits de future héritière, vous pouvez ne pas accepter cette donation.
Une donation se définit par une volonté de la part du donateur de s'appauvrir en transmettant son patrimoine gratuitement à un tiers qui l'accepte.
Sans acceptation, la donation ne peut se réaliser.

Mon frère leur dit qu'il est pressé...
La démarche de votre frère est limpide.
Il souhaite cette donation en nue-propriété en acquérant les droits de ses soeurs à moindre prix dès lors qu'il sera seul a recueillir gratuitement, sans frais, sans droit de succession, l'usufruit au décès des parents.

Ils disent clairement qu'ils souhaitent voir passer ce patrimoine à leur fils...
Rien ne leur interdit de consentir donation de la nue-propriété à leur fils.
Il devra rapporter le bien donné à la succession des parents selon sa valeur en pleine propriété dans l'état qui était le sien au jour de la donation.
De ce fait l'équité entre les 3 enfants sera respectée.
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 18 mars 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mars 2021

merci @condorcet ! il me suffit donc de ne rien signer? mes parents conservant la pleine propriété de la partie qui me concernera après leur décès? (je suppose que mon frère ne peut recevoir la nue propriété totale de la maison?): dans cette hypothèse, et pour le cas où des travaux importants seraient à envisager sur la maison, je ne serais pas tenue de les financer? exact?
Messages postés
35591
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
20 avril 2021
15 438
il me suffit donc de ne rien signer?
N'étant pas intéressée faites-le savoir à vos parents afin de leur éviter des démarches inutiles.
N'attendez pas d'être convoquée par le notaire pour refuser la donation.

mes parents conservant la pleine propriété de la partie qui me concernera après leur décès?
Je vous ai dit :
-que vos parents pouvaient donner la totalité à leur fils ;
-qu'il devra rapporter le bien à la donation à leur succession ;
-que la situation se régularisera, votre frère versant une soulte à chacune de ses soeurs.

et pour le cas où des travaux importants seraient à envisager sur la maison, je ne serais pas tenue de les financer?
Evidemment.
Si votre frère réalise des travaux, lors du rapport à la succession des parents, il en sera tenu compte.
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 18 mars 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mars 2021

Dans le cas où mon frère recevrait la totalité de la nue-propriété, suite à notre (celui de nous, les 2 soeurs) refus de la donation , prenons-nous un risque ? cette démarche peut-elle avoir d'éventuelles mauvaises conséquences pour nous, dans le futur?
Messages postés
35591
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
20 avril 2021
15 438
prenons-nous un risque ?
Non et pour 2 raisons essentielles.

1 ère raison-Vous avez pu constater que vos parents avantagent votre frère en lui attribuant la moitié des biens prévus dans cette donation pour 1/4 à chacune des 2 filles.
De +, cette donation est consentie en nue-propriété soit une valeur minorée de 30% pour la part de votre mère et de 20% pour celle de votre père.
Qu'à leur décès, leur usufruit reviendra à votre frère gratuitement, sans compensation financière à l'égard de ses soeurs.
Autant dire qu'il sait d'avance qu'un jour ou l'autre il détiendra la pleine propriété des lieux.

2 ème raison- Si les 2 filles n'acceptent pas cette supercherie, vos parents peuvent en toute légalité tout donner à leur fils.
Or, au décès des parents il devra compenser financièrement en versant à ses soeurs une soulte calculée sur la valeur des biens donnés mais selon leur valeur en pleine propriété et non en nue-propriété, ce qui contrarie le projet initial de régler la transmission de leurs biens par donation en nue-propriété.


cette démarche peut-elle avoir d'éventuelles mauvaises conséquences pour nous, dans le futur?
Votre statu quo de refuser bouleverse les plans familiaux ce qui ne va pas générer un climat apaisé entre frère et soeurs dans un proche avenir.

A vous de choisir.
Accepter la donation et être lésées en toute légalité.
Refuser la donation avec un climat familial détérioré.
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 18 mars 2021
Statut
Membre
Dernière intervention
19 mars 2021

un grand merci. Mais, pour info, le climat est loin d'être serein depuis de nombreuses années. sans que j'en connaisse la cause malgré mes questions... c'est une autre histoire mais qui voit là, en ce moment, une suite logique si l'on considère les évènements passés. Merci, un grand merci pour vos conseils. dans l'immédiat, je souhaite gagner du temps, ennuyer mon frère, idem pour ma soeur... si vous permettez, je reviendrai vers vous dès que j'aurais d'autres informations via le notaire je suppose. L'été dernier, lors de l'évocation de ce projet, j'avais fait part, à mes parents, surtout à ma mère "qui a la main", de mon inquiétude au sujet de la mauvaise ambiance, voire des facheries que cette décision allait engendre dans la mesure où mon agrément ne serait pas facile à obtenir dans la mesure où j'avais besoin d'éléments constructifs pour élaborer ma réflexion... Il m'a été répondu que si cela était, ce serait ma faute. Celle de ne pas admettre leurs idées. mais là, c'est trop. et, malgré tout, cette dépossession, même volontaire, m'inquiète pour mes parents, dont personnellement, je n'ai pas hâte. Bien à vous. Z.
Bonsoir

Je fais suite à notre échange précédent et vous demande une chose. Admettons que j'accepte la donation, sans prévoir de céder la part de nue propriété qui m'échoirait, à mon frère, est-ce une bonne idée? ou vaut-il mieux que je ne signe pas l'acte de donation?
Messages postés
35591
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
20 avril 2021
15 438
est-ce une bonne idée?
Réponse négative.
Vous serez dans l'indivision avec votre fratrie.
Or, nul n'étant tenu d'y demeurer votre frère va manœuvrer pour acquérir les droits en nue-propriété détenus par ses soeurs.

ou vaut-il mieux que je ne signe pas l'acte de donation?
Evidemment.
En attendant le décès des parents, l'indivision va porter sur la pleine propriété, soit sur 100 % de la valeur au lieu de 80 % par donation, ce qui ira à contre-sens de sa démarche actuelle de faire l'économie de 20 % représentant la valeur actuelle de l'usufruit des parents.
très bien. merci pour votre clarté!