Avoir un enfant avec une femme non française membre de l'union européenne

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 11 novembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
11 novembre 2020
-
Messages postés
79972
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 novembre 2020
-
Bonjour, merci d'avance pour votre aide.


J'ai vraiment besoin d'aide, je vais bientôt avoir un enfant avec une femme non française (de l'union européenne), j'ai énormément de questions sans réponses qui deviennent des angoissent et m'empêche de dormir la nuit, merci d'avance a tout ce qui m'aideront.

Notre situation :
Elle, de nationalité roumaine, vivant en Roumanie jus-qu'aujourd'hui, sans emploi, 35 ans.
Moi, de nationalité française, vivant en France, sans emploi, 41 ans.

Je bénéficie du RSA et de la CMU a 100%, je vis chez mes parents depuis quelques années et nous comptons passer la grossesse chez mes parents le temps de trouver un logement définitif (nous n'avons pas d'autre choix pour l'instant).

Elle est donc enceinte de huit semaines, nous avons commencé les premiers examens médicaux en Roumanie afin de s'assurer que tout est en ordre avec le futur winner, chose faite nous venons maintenant s'installer a Paris pour le reste de sa grossesse.

Je suis submerger de doute et de questionnement, par ou commencer ?

Le point le plus importent pour moi est de savoir comment faire en sorte que ma copine soit prise en charge par l'assurance maladie, est-ce que c'est possible ?
Est-ce que nous devons absolument être marié afin qu'elle bénéficie aussi de la CMU ?
Est-ce qu'un PACS ferait l'affaire ?
Doit-elle demandé un titre de séjour ou nationalité française ?
Est-ce que nous pouvons bénéficier d'un logement social plus rapidement que la normale étant donné que nous attendons un enfant ?
Actuellement chez mes parents, dans le salon, loin d'être confortable ....

Je précise que nous souhaitons que notre enfant naisse en France, nous ne savons pas du tout par ou commencer, ma copine ne parle que l'anglais (et roumain), les administrations françaises et l'anglais semblent de ne pas être très copain, je fait donc le pont entre les infos que je récolte et ma copine qui est dans le floue total pour l'instant.

Pour le côté médical, avant de faire son inscription j'aimerais savoir si les premiers examens médicaux que nous avons fait en Roumanie peuvent être utilisés en France par nos médecins français pour la suite ?
Est-ce que c'est légalement autoriser ?

Nous avons fait tout un tas d'examen en Roumanie qui nous ont coûté chère et avons tous les résultats, est-ce que je dois les faire traduire officiellement afin d'éviter d'avoir a tout refaire (malgré que tout soit compréhensible, meme en roumain car il me semble que les thermes médicaux sont internationaux) ?

Est-ce que les frais médicaux que j'ai payé en roumaine pourront être remboursés par la CMU ?

J'attends avec impatience vos conseils, merci beaucoup d'avance.

1 réponse

Messages postés
79972
Date d'inscription
samedi 24 août 2002
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 novembre 2020
12 056
Situation excessivement complexe et peu en votre faveur.

Ce serait bien long à détailler, mais il va falloir vous préparer à couvrir vous-même beaucoup de dépenses médicales ; la future maman devra faire bien des démarches de son côté pour elle-même puisque votre couverture ne lui bénéficie pas car vous n'êtes pas mariés, le fait d'être enceinte n'accélèrera aucune procédure, les examens faits ailleurs peuvent parfois être pris en compte, selon les principes personnels des praticiens mais pas toujours et il faudra de toute façon en faire d'autres, etc. etc.

Concrètement : prenez RdV avec une assistante sociale et détaillez lui votre situation et vos projets ; elle sera à même de vous orienter précisément et localement selon tous les éléments du dossier.

Commencez par passer au service social de votre mairie ; c'est gratuit et presque toujours sans RdV, ce sera une première approche.

Et bien sûr, faut-il le préciser : tâchez de trouver rapidement un emploi.
Même en intérim...
Bien que la période ne s'y prête évidemment pas tellement.
Dossier à la une