Envoi de la lettre de résiliation à 3 mois au lieu de 1 mois

Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 7 janvier 2019
Dernière intervention
7 janvier 2019
- - Dernière réponse : djivi38
Messages postés
22556
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
18 janvier 2019
- 7 janv. 2019 à 20:34
Bonsoir,
J'ai envoyé cette semaine ma lettre de résiliation de bail en pensant que le délai était de 3 mois. J'ai donc indiqué une date à début avril.
Or (et honte à moi), étant locataire dans une zone classée "tendue", le délai est donc de 1 mois.

La lettre de dédite à 3 mois étant déjà envoyée (pas encore signée à ce jour), existe t-il des démarches pour ramener le délai à 1 mois ?
Dois-je renvoyer une lettre de dédite à 1 mois et dans ce cas, c'est la lettre la plus récente qui fait foi ?

Merci d'avance pour vos réponses.
Cordialement,
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
22556
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Dernière intervention
18 janvier 2019
4937
0
Merci
bonjour,

la zone tendue n'étant pas un élément nouveau, ça ne servira à rien de renvoyer un courrier de congé avec préavis réduit...
Essayez toutefois de trouver un accord avec votre bailleur... qui n'a cependant aucune obligation de vous satisfaire.

<< Donner un 2° congé ?

http://www.adil78.org/conge-du-locataire--pas-de-seconde-chance-avec-le-preavis-
« Est-il possible de bénéficier du préavis réduit par un second préavis ?
Il serait en effet tentant de croire que, suite à la découverte de ce préavis réduit, il serait possible de faire parvenir un second préavis au bailleur, afin de solliciter ce préavis réduit plutôt que le préavis de trois mois initialement demandé.

Toutefois, aucune obligation légale n'oblige le bailleur a accepter ce second préavis : ni l’article 15 en question, ni la jurisprudence.

En effet, l’article 15 explicite au contraire que le motif permettant de bénéficier du préavis réduit devra être impérativement notifié, sans quoi le préavis de droit commun sera applicable.
Par ailleurs, cela répond également à la nature même de l’acte de congé, qui est un acte unilatéral, qui fait état de la volonté d’une des parties de mettre fin, volontairement et consciemment, au bail. Par conséquent, il ne peut, une fois délivré, faire l’objet d’une quelconque rétractation par son auteur.

Par conséquent, un second préavis ne saurait venir contester son précédent, envoyé volontairement par le locataire et supposément, en connaissance de cause. Ce second préavis ne pourra faire foi que par volonté du bailleur, qui aura ou non accepté celui-ci, sans qu’aucune obligation légale ne puisse l'y contraindre. »

Cela est possible si la situation a changé (ce qui n’est pas le cas pour une zone tendue) :
« Sans jurisprudence ni législation disant le contraire, la réponse est OUI. Après avoir envoyé une LRAR à votre propriétaire ou votre agence pour lui notifier un congé avec préavis de 3 mois, si vous vous retrouvez dans une situation qui vous donne droit à un préavis d’un mois, vous pouvez tout à fait envoyer un deuxième recommandé pour faire valoir votre droit à un préavis réduit (penser à joindre un justificatif). Le délai d’un mois court alors à compter de la réception par le bailleur de ce second recommandé. »
Cf. : https://blog.locservice.fr/locataire-il-modifier-preavis-en-cours-3-mois-en-preavis-1-mois-2086.html

cdt.
« Si vous avez un rêve, luttez pour lui, quel qu’il soit. Ne permettez à personne de vous trahir, aussi fort les autres puissent-ils vous aimer ou vouloir le meilleur pour vous. »
– Pilar Jericó –
Commenter la réponse de djivi38
Dossier à la une