Droits de mutation par décés

Signaler
Messages postés
1
Date d'inscription
jeudi 7 juin 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2018
-
Ulpien1
Messages postés
5436
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
19 septembre 2019
-
Bonjour
Mon père est décédé en octobre 2007.En avril 2008 ma mère m’a fait une donation de sa maison que le notaire a évaluée à 220.000 euros
Cette maison est située dans la Creuse et je suis fils unique
Ma mère est décédée au mois de décembre 2017 et ce même notaire m informe que la maison ne vaut pas plus de 100.000 euros mais me réclame les droits de mutation sur la base de 220.000 euros car la donation à moins de 15 ans
Pouvez vous me confirmer cette information ?
D avance merci

2 réponses

Messages postés
32815
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
7 avril 2020
12 551
Pouvez vous me confirmer cette information ?
La donation a été consentie par votre mère en 2008.
Son décès est intervenu 9 années plus tard.
La donation ayant une antériorité inférieure aux 15 années prévues par l'article 784 du C.G.I.doit être rapportée à la succession :
-Article 784 du code général des impôts-
Les parties sont tenues de faire connaître, dans tout acte constatant une transmission entre vifs à titre gratuit et dans toute déclaration de succession, s'il existe ou non des donations antérieures consenties à un titre et sous une forme quelconque par le donateur ou le défunt aux donataires, héritiers ou légataires et, dans l'affirmative, le montant de ces donations ainsi que, le cas échéant, les noms, qualités et résidences des officiers ministériels qui ont reçu les actes de donation, et la date de l'enregistrement de ces actes.

La perception est effectuée en ajoutant à la valeur des biens compris dans la donation ou la déclaration de succession celle des biens qui ont fait l'objet de donations antérieures, à l'exception de celles passées depuis plus de quinze ans, et, lorsqu'il y a lieu à application d'un tarif progressif, en considérant ceux de ces biens dont la transmission n'a pas encore été assujettie au droit de mutation à titre gratuit comme inclus dans les tranches les plus élevées de l'actif imposable.

Pour le calcul des abattements et réductions édictés par les articles 779, 790 B, 790 D, 790 E et 790 F il est tenu compte des abattements et des réductions effectués sur les donations antérieures visées au deuxième alinéa consenties par la même personne.


Précision complémentaire :
Le bien donné est rapporté selon sa valeur au jour de la donation.
Bien qu'entre temps les prix de l'immobilier aient évolué dans un sens ou dans l'autre, la valeur rapportée n'est pas celle du bien au jour de la succession (ou au jour d'aujourd'hui si vous préférez).

Néanmoins cet important écart est surprenant.
Même dans la Creuse le marché immobilier n'a pas connu une chute aussi vertigineuse.
Très certainement que cette valeur retenue de 220000 € est celle de l'entière propriété.
Or, il convient d'en rattacher la moitié à la succession de votre père et l'autre moitié à la donation.
En conséquence, le montant rapporté à la succession de votre mère est à diviser par 2, soit 110000 €.
Revoyez la question avec votre notaire.
Il y a certainement un malentendu entre vous.
Merci de votre réponse
Hélas comme je vous l ai précisé le notaire à fait une évaluation à 220.000 euros pour une probabilité de vente à 100,ou 110.000 .Je me retrouve à payer des droits sur une valeur surestimée par le notaire et une donation qui n aura servi à rien.
Voilà mon problème car je paye pour deux fois 110.000
Cordialement
Messages postés
5436
Date d'inscription
vendredi 2 mars 2018
Statut
Membre
Dernière intervention
19 septembre 2019
1 956
BonjourJe ne suis pas trop surpris par ce que vous dites. J'ai connaissance de deux cas similaires. je ne sais pas ce qui se passe dans la Creuse, mais cela ne me surprend guère car cela ressemble à ce qui s'est passé en Normandie pour les Anglais il y a quelques années, valeurs divisées par deux , voire plus, en très peu de temps...C'est ce qui se passe aussi aujourd'hui pour certains biens défiscalisés: exemple appartement T3acquis pour 180000 euros il y a cinq ans, revendu aujourd'hui 92000 euros!
Dossier à la une