Accusation de vice caché sur un camping car [Résolu]

grard.G - 16 avril 2018 à 15:03 - Dernière réponse :  grard.G
- 16 avril 2018 à 15:19
bonjour,
j'ai vendu (en l'état) un camping car de 2001 au mois de septembre 2017 avec contrôle technique OK, ce mois ci l'acheteur m'a envoyé une lettre me disant qu'un spécialiste qu'il avait contacté au mois de mars lui a dit qu'il avait constaté des infiltrations d'eau au niveau de certaines fenêtres ce qui a occasionné le gonflement des panneaux intérieurs et que ce faits remonterait à plusieurs mois .
Il fait référence aux articles 1641 et suivant du code civil, l'acheteur a pris le véhicule sans certificat d'étanchéité après l'avoir visité lui et ses enfants à deux reprises

que puis-je faire pour me défendre?
Afficher la suite 

4 réponses

Répondre au sujet
Energizor 12475 Messages postés vendredi 18 mars 2011Date d'inscriptionContributeurStatut 24 avril 2018 Dernière intervention - 16 avril 2018 à 15:08
0
Utile
3
Bonjour,

"que puis-je faire pour me défendre? "
Surtout, vous ne faites rien. Ignorez totalement votre acheteur.

La vente a été faite dans les règles. Que votre acheteur se dém... avec SON camping-car.

Vous ne bougez que si vous êtes convoqué à une expertise judiciaire, ordonnée par un juge, et faite par un expert judiciaire.

Mais ça m'étonnerait que votre acheteur se lance dans une procédure longue (plusieurs mois voire plus d'un an) et couteuse, pendant laquelle le véhicule devra rester immobilisé.
merci de votre réponse mais faut il répondre a son recommandé avec accusé de réception quand même
Energizor 12475 Messages postés vendredi 18 mars 2011Date d'inscriptionContributeurStatut 24 avril 2018 Dernière intervention - 16 avril 2018 à 15:16
Excusez-moi, mais y a-t-il quelque chose que vous ne comprenez pas dans la phrase : "Surtout, vous ne faites rien. Ignorez totalement votre acheteur. " ?
bon très bien je ne fais rien du tout, merci beaucoup de vos conseils.
Commenter la réponse de Energizor
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une