Dédite..

fafa - 13 févr. 2018 à 17:32 - Dernière réponse :  Fafa
- 19 févr. 2018 à 13:29
Bonjour,

j'ai envoyé une lettre avec A/R, au bailleur pour lequel je loue un bureau pour la résiliation du bail (envoyer le 6 Février 2018). Dans le courrier je lui demande que l'on fasse l'état des lieux du bureau le 26 Février 2018, je tiens à préciser que dans les clauses du bail il n'est pas spécifié le nombre de mois de dédites. Il m'a envoyé un mail me disant que la dédite est de deux mois donc je dois laisser le bureau le 6 Avril 2018, je lui répond que dans le bail il n'est spécifié nul part que la dédite est de deux mois, le bailleur acquiesce, mais me dit que lorsque l'on a signé le bail, sur celui ci il est marqué: "Le présent bail est consenti et accepté pour une durée de 24 mois qui commencera à courir le 1er juin 2017 pour se terminer irrévocablement le 31 Mai 2019."
Le bureau ne me sert plus actuellement, c'est pour cela que j'aurai aimé le laisser pour la fin de ce mois.
J'aimerai savoir si le bailleur est dans son droit de me retenir avec les deux mois de dédite malgré qu'il n'était pas spécifié dans le bail?
Merci pour vos réponses.
Cordialement
Fafa
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Meilleure réponse
Poisson92100 23760 Messages postés samedi 15 novembre 2014Date d'inscription 17 juillet 2018 Dernière intervention - 19 févr. 2018 à 12:19
1
Merci
Bonjour
De ce que vous écrivez vous avez un bail dit précaire de 24 mois fermes

""Le présent bail est consenti et accepté pour une durée de 24 mois qui commencera à courir le 1er juin 2017 pour se terminer irrévocablement le 31 Mai 2019"


Pas de départ anticipé en bail commercial donc votre bailleur est libre des conditions qu'il peut accepter pour votre départ

Merci Poisson92100 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 14126 internautes ce mois-ci

Bonjour Poisson 92100,

je vous remercie pour votre réponse.
Cordialement

Fafa
Commenter la réponse de Poisson92100
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une