Abandon de poste (encore)

Mataf2935 Messages postés 2 Date d'inscription lundi 12 juin 2017 Statut Membre Dernière intervention 13 juin 2017 - Modifié le 12 juin 2017 à 17:15
Mataf2935 Messages postés 2 Date d'inscription lundi 12 juin 2017 Statut Membre Dernière intervention 13 juin 2017 - 13 juin 2017 à 11:20
Bonjour,
crise de la quarantaine, quête de sens, démotivation, voilà le cocktail qui semble courant et qui amène à se poser la question d'une réorientation de carrière.
Je suis passé par tout cela, j'en ai fait le bilan et je me lance dans une formation à l'issue de laquelle j'aurai un CDI assuré. La prise de risque est donc faible.
Cette formation n'est pas éligible au CIF dans ma région. Je dois donc financer mon année sur mes propres deniers (divorcé, trois enfants).
Mon employeur actuel, très (trop) protecteur, me permet de prendre un congé (suspension de contrat) de plusieurs années avec la possibilité de revenir. Je bénéficierai de ce congé à la rentrée prochaine.
Il se trouve que je ne veux pas revenir et qu'une rupture conventionnelle m'aurait parfaitement convenu. Mon employeur n'en veut pas.
Je suis démotivé, je viens au travail à contrecœur. Sans intérêt pour le métier, je ne mémorise rien et c'est une vraie catastrophe. C'est comme s'il s'agissait de forcer un mammifère à vivre sous l'eau alors qu'il ne s'agit pas de son milieu naturel. Je pourrais être considéré comme inadapté à ce poste, mais on ne me vire pas... Je me mets donc dans une situation dévalorisante qui est une réelle souffrance : je suis cynique dans mes propos, j'arrive tard et je pars tôt, je ne suis pas sûr de terminer mes projets avant mon départ, j'ai régulièrement le dos et la nuque raides.
Je pense à l'abandon de poste, ce qui me permettrait de toucher les allocations chômage (j'ai peur d'être financièrement asphyxié si je ne compte que sur mon pécule).
Même si l'employeur fait durer la procédure, toucher les allocations dans 4 mois est toujours mieux que de ne pas les toucher. J'ai peur des risques juridiques encourus car cela aurait un impact sur l'organisation d'un système d'astreinte. Mais les derniers mois sont difficiles à supporter.
Les risques sont-il réels ?

3 réponses

hoquei44 Messages postés 16111 Date d'inscription dimanche 19 janvier 2014 Statut Membre Dernière intervention 23 juin 2024 8 658
12 juin 2017 à 17:20
Bonjour,

Je pense à l'abandon de poste, ce qui me permettrait de toucher les allocations chômage  

Les allocations chômages sont fortement diminués si la personne fait un abandon de poste (-50% si l'abandon dure 3 mois ; 0% au bout de 12 mois)

Si vous avez des problèmes financiers, l'abandon de poste est la pire solution. Il vaut mieux encore démission : si vous recherchez activement du travail, vous aurez la possibilité de passer devant la commission paritaire. Cela pourrait éventuellement vous permettre de percevoir l'ARE à son montant maximum même si votre démission n'est pas légitime.


De plus, un abandon de poste reste une faute grave. L'employeur a donc la possibilité de vous faire cracher des indemnités pour le préjudice que vous lui avez causé.

CB
3
Arkana0 Messages postés 4399 Date d'inscription mercredi 11 février 2009 Statut Modérateur Dernière intervention 10 février 2023 859
12 juin 2017 à 17:19
Je pense à l'abandon de poste, ce qui me permettrait de toucher les allocations chômage 

Mauvais calcul.
Tant que vous êtes absent, votre employeur n'a pas à vous payer. Et il n'est pas obligé de vous renvoyer.
Si l'envie lui prend, il pourra laisser la situation telle quelle pendant des années.
Pendant ce temps vous n'aurez pas le droit d'occuper un autre emploi et ne toucherez aucune aide, chômage compris. Et la diminution à 0 de votre salaire aura très vite un gros impact sur ces indemnités.
1
Mataf2935 Messages postés 2 Date d'inscription lundi 12 juin 2017 Statut Membre Dernière intervention 13 juin 2017
13 juin 2017 à 11:20
Merci Arkana et Hoquei,
me voilà donc bien avisé ! Je vais ainsi endurer les quelques semaines qui me restent en mettant mon orgueil de côté. Je prendrai peut-être rendez-vous avec pôle emploi pendant mon congé sabbatique afin de bien organiser la transition.
0