Refus demande ouverture de succession [Résolu]

joséphine - 1 mai 2017 à 05:19 - Dernière réponse :  joséphine
- 1 mai 2017 à 10:39
Bonjour,

Je suis usufruitière sur un bien que j'ai donné, la personne est morte avant moi, laissant des enfants issus de maman différentes, demande d'ouverture de succession non ouverte car l'enfant mineur (17 ans) refuse de signer cette demande d'ouverture, ma question est : est-ce que si je décède il leur faudra mon acte de décès pour ouvrir la succession vu que j'étais usufruitière ?
Afficher la suite 

3 réponses

Répondre au sujet
Poisson92100 23377 Messages postés samedi 15 novembre 2014Date d'inscription 25 avril 2018 Dernière intervention - Modifié par Poisson92100 le 1/05/2017 à 08:35
0
Utile
bonjour
Vous donnez l'impression de demander à des gens des choses qui n'ont aucune raison d'etre...d'ou probable explication de leur non réponse !!!!!!

un enfant non majeur ne peut sauf exception signé...c'est son tuteur ou le juge des tutelles qui signe !!!! (ou on attend simplement qu'i lest 18 ans)

A part cela vous n'êtes pas héritière de la personne décédé (puisqu'un enfant existe) donc vous n'êtes pas concernée par sa succession (sauf clause de retour) non ?

Et oui puisque vous êtes usufruitière à votre décès le NP devra demander votre acte de décès pour faire valoir ses droits futurs
Commenter la réponse de Poisson92100
condorcet 25470 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 25 avril 2018 Dernière intervention - 1 mai 2017 à 08:49
0
Utile
est-ce que si je décède il leur faudra mon acte de décès pour ouvrir la succession vu que j'étais usufruitière ?
Ils n'auront pas besoin de se préoccuper de votre succession puisque cet usufruit, actuellement en votre possession, leur reviendra automatiquement par les seuls effets de loi, sans frais, sans intervention d'un notaire.
Commenter la réponse de condorcet
joséphine - 1 mai 2017 à 10:39
0
Utile
Merci, de votre réponse. (résolu)
Commenter la réponse de joséphine
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une