Le pere de mon fils est violent

nath03 - 10 nov. 2010 à 15:10 - Dernière réponse :  aude
- 10 nov. 2010 à 20:01
Bonjour,
quelqu'un peu t'il me dire ce qui ce passe si je refuse les visite mediatisès?
mon fils a deux ans et je refuse qu'il est un contact avec son pere qui est violent, alcoolique, et droguer. le juge lui a donner un droit de visite mediatise, il sort de prison, il a prix 1an pour violence conjugale et il redemande des visites il en a une par mois. qu'est ce que je peux faire????
Afficher la suite 

3 réponses

Répondre au sujet
BarbieTM 13898 Messages postés lundi 5 juillet 2010Date d'inscriptionContributeurStatut 20 juin 2014 Dernière intervention - 10 nov. 2010 à 15:21
0
Utile
Bonjour,

Re-saisir le JAF, avec des preuves (témoins, certificats médicaux...) supplémentaires.

A t'il fait preuve de violences envers votre fils ?
Commenter la réponse de BarbieTM
0
Utile
Le juge a sans doute entendu vos craintes puisqu'il autorise des visites certes mais qu'il ordonne qu'elles soient médiatisées c'est-à-dire faites sous la surveillance d'un tiers. C'est une disposition qui va permettre à la fois de garantir à votre enfant de connaitre son père (c'est important pour sa construction) tout en garantissant sa sécurité (quelqu'un sera là pour veiller à ce qu'il n'y ai pas de débordements). Si votre ex dérape dans ce cadre, son comportement sera signalé au Juge qui aura alors des éléments pour prendre une décision plus retrictive.
Essayez de voir la décision du Juge comme une décision assez juste pour votre enfant ; cette décision lui permet de vivre avec sa mère, de voir son père de temps en temps tout en étant en sécurité.
Commenter la réponse de legi
0
Utile
bonjour
votre histoire me touche vraiment .votre enfant a quel age ? Parce qu'a partir d'un age ou il est capable de savoir prendre une desion c 'est a lui de choisir
bisous
bisous
ps jsuis petertre trop jeune pour en parler mais moi jpeut po les saqué les mec la dsl pour votre fils
Commenter la réponse de aude
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une