Ma fille refuse d'aller chez son pére [Résolu/Fermé]

Signaler
Messages postés
23
Date d'inscription
mardi 1 septembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mars 2010
-
 baptiste -
Bonjour,
Voila ma fille a 15 ans et a decider de ne plus aller chez son pére. Si il vient la chercher pour son week end et quelle refuse d'elle meme d'y aller qu'est ce que je risque? la prison ?

Merci

9 réponses


Non à 15 ans l'on n'est pas obligé de se confondre, comme vous dîtes, à aller chez un parents ou non en week end!

L'on ne peut pas prendre de force cette jeune fille et la déplacer d'un point à l'autre, si elle refuse d'aller en Week end chez son père! Ne pas se confondre, comme vous dîtes, implique une pénalité par la justice.
Où avez-vous vu que l'on pouvez condamner une mineure qui refuse de se confondre à aller en week end chez son père?
125
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 30874 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

bonsoir jai se probleme ou ma fille refuse d'allez voir son pere meme par voit juridique jai ete condanne a un ans de prison ferme

Qu'est-ce c'est que cette histoire?!!!?

Où avez-vous vu que l'on mettait des personnes en prisons sur le fait qu'une mineure de 15 ans avait décidé de plus aller chez son père?

Qui a bien pu vous dire une chose aussi bête?

Vous ne risquez absolument rien, à 15 ans votre fille a le droit de décider si elle veut aller chez son père où non, et personne ne peut l'y contraindre.
Messages postés
23
Date d'inscription
mardi 1 septembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mars 2010
1
Marie quand je dit en danger je veux dire, c'est un père qui a toujours bu il va chez sa soeur le week end et bois beaucoup et aprés fais 45 minute de route pour les rameners en état d'ivresse (me parler pas de la police il bois depuis telement longtemps qu'il passe par des petits chemins pas emprunter par la police et par personne). Dès fois il bois seul et risque d'avoir une crise et les frapper. C'est dèja arriver. Elle a tout écrit dans la lettre de la JAF et la jaf lui a envoyer une lettre lui disant c'était au deux parent de s'en occuper et pas a elle. Donc je comprend pas elle est en danger et la juge s'en fou !

Encore merci a vous tous de m'aider.
Messages postés
4143
Date d'inscription
lundi 4 août 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 janvier 2011
932
c'est bien parce qu'il y a une réelle " mise en danger " de l'enfant que le Juge des Enfants tiendra compte et donnera suite au courrier décrivant la situation de votre fille bien plus rapidement que toute requête devant le J.A.F. !
Entre temps, contactez le Bâtonnier de l' Ordre des Avocats afin que lui soit attribué un avocat personnel et gratuit, qui l'entendra également et aura un entretien préalable confidentiel avec le Juge avant l'audience .

-----------------------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §
Ne me parlez pas du Juge des Enfants ... et de la Justice ! s'il n'y a pas inceste ou coups, vous pouvez toujours faire parler des enfants parfois terrorisés par la colère de leur père: on ne les suivra pas ! . Et le harcèlement psychologique ? je sais de quoi je parle, 6 ans que mes petites filles subissent ce genre d'agression devant un père manipulateur habile qui se fait passer pour un saint avant qu'on ne le cannonise à Rome !
Une souffrance quotidienne, des week end durant lesquels mes petites filles ne sont ni aimées ni protégées, subissant le harcèlement de leur père contre leur maman qui est la première victime de ce divorce. Parler à la juge ? elles l'ont fait une fois parce qu'elles étaient en danger avec lui : il laissait seuls ( trois enfants car il y avait le frère ainé aussi ) dans la voiture enfermée tandis qu'il allait ailleurs...pour l'apéro ou se confesser De même comme il n'a jamais su s'en occuper ni avant ni actuellement, il les confiait ici et là et aussi se faisait prêter un logement où il enfermait les enfants à clef dès minuit pendant qu'il '' allait mettre de l'essence dans la voiture '' Cela durait longtemps car il se rendait chez sa maîtresse...Il s'est constitué un réseau de personnes complaisantes donc complices et nous avons été totalement écartées de nos amis et de notre famille. Seules, ma fille, ses quatre enfants et moi même ... il me faudrait un roman traduire notre souffrance : résultat, maintenant plus de pension alimentaire depuis 7 mois parce que ma fille a rencontré un bon père pour ses quatre enfants, que les petites sont enfin '' protégées '' mais nous verrons lorsqu'elles seront adultes comment elles pourront oublier. ( la pension ne sera jamais récuprée, il a toujours agi à la limite de la légalité pour ne pas se faire prendre )
les enfants devraient être entendus, écoutés, avec compassion, avec intérêt, pas besoin d'une juge, un psuchologue, une femme gendrame cela suffirait ! et cela irait plus vite ... ! mes petites ont une peur bleue de parler parce que la première fois, alors n'avaient que 5 et 7 ans, la juge n'a pas tenu compte de leur immense souffrance, elles se sont senties trahies car ensuite leur père a exulté de joie en tapant des mains et sautant à pied joints ( c'est véridique ) .
ET puis c'est si long d'entamer une énième procédure que j'espère bien qu'elles pourront dire NON à leur père car à 10 et 12 ans ce ne sont plus des bébés mais des êtres fragiles qui ont un besoin urgent d'etre libérées de ce fardeau, je voudrais savoir ce que leur mère risque si les petites refusent commes le disent : pas toujours, nous voulons bien voir papa un après midi de temps en temps mais surtout plus passer des week avec lui ... et que leur mère ne risquera pas la prison ce serait un comble ! Mon petit fils, a mis un terme a sa relation le jour où son père, apprenant que sa mère venait de rencontrer un homme avec lequel elle fera sa vie, lui a assené des grossièretés telles qu'il a été irrédiablement choqué et ne veut plus le revoir.

Il avait 14 ans, c'était il y a un an mais depuis c'est un psychologue qui le suit car il ne parle presque plus... La grande de 20 ans a fui également le joug de cet homme dès ses 15 ans toujours pour la même raison !: '' les menaces du Diable, de ce qui va arriver à leur mère, de sa mort parce qu'elle est méchante, etc etc ... '

Bravo à la Justice ! vivement que les petites soient libérées et qu'enfin nous tournions une page et croyez moi jamais plus d'avocat dans notre vie ...

D'ailleurs, regardez les faits divers à la TV et vous comprendrez tout.
Il faudrait beaucoup plus d'avocats de psychologues, pour prendre le temps d'écouter les victimes...
Messages postés
18028
Date d'inscription
dimanche 8 juin 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
4 mai 2020
5 382
Bonjour

Bien sur qu'il n'y a pas d'histoire de prison,
mais si il y a une décision de justice devant un tribunal avec des droits de visite établis, suite une séparation, l'enfant doit s'y conformer.

Par contre, l'enfant en grandissant évolue, et il peut exprimer un souhait à l'encontre de cette décision.
Dans ce cas il faut se mettre d'accord et faire modifier la décision de justice.
C'est plus prudent sinon le père peut aller trouver police ou gendarmerie avec la jugement pour faire valoir la non présentation de l'enfant, mais vous n'irez pas en prison pour autant.

Par contre si votre fille ne veut plus y aller pour des raisons plus graves, violence ou autres choses, il convient de la protéger immédiatement, aller voir une assistance sociale, et bien sûr qu'elle n'y aille plus.
Messages postés
23
Date d'inscription
mardi 1 septembre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
31 mars 2010
1
La JAF c'est déja fais par ma fille et la juge a répondu le jour ou elle a reçu sa lettre que c'etais au deux parent d'en faire la demande, alors sa lettre etais pleine emotion et qu'on voyais quelle est en danger.
Messages postés
113948
Date d'inscription
mardi 6 septembre 2005
Statut
Membre
Dernière intervention
14 novembre 2019
3 727
En danger ?
Messages postés
4143
Date d'inscription
lundi 4 août 2008
Statut
Contributeur
Dernière intervention
21 janvier 2011
932
Bonjour ,

Pour mes deux filles, qui avaient alors 15 et 11 ans, et ont un jour complètement " craqué ", c'est la saisie du Juge des Enfants, donc l'intervention a été rapide, qui a permis d'avancer : 1er entretien avec un éducateur pour cerner le contexte, audience et décision d'un suivi personnel de chacun, très constructif ! pour en arriver à un " libre choix " de rencontres, à l'initiative des seuls père et filles, sans que j'ai plus à me "tracasser", justement et les "obliger" à respecter un jugement qui ne correspondait plus à leur âge ! ... Plus de w.ends ou de vacances obligatoires, le papa d'ailleurs ayant compris et admis qu'il devait soit être présent et s'en occuper, soit leur proposer autre chose qu'une maison isolée en "plus que campagne", avec chambre et TV comme seules activités, et le bord du canal comme seul horizon, personne pour les emmener au moins à la "ville" la plus proche, au cinéma, etc, puisque sa compagne refusait, ce dont elle avait parfaitement le droit, finalement, de s'investir !

Un courrier similaire, mais au Juge des Enfants, aurait sans doute des retombées plus positives, car le J.E. est très particulièrement là pour étudier la situation des enfants, d'abord, puis le contexte parental .

---------------------------------------------------------------------------------------
                               .... 3 zygomatiques suffisent pour sourire ....
                             §  même au plus bas, on devrait bien y arriver §
Messages postés
18028
Date d'inscription
dimanche 8 juin 2008
Statut
Modérateur
Dernière intervention
4 mai 2020
5 382
Bonsoir

Il faut peut être chercher à savoir quelle en est la raison avant de parler de prison.

Ensuite si c'est ce qu'elle veut vraiment après réflexion sérieuse, il suffit de repasser dant le juge pour mettre les choses noir sur blanc.
bonne soirée
Pas si simple.
Un jugement doit être appliqué ou annulé par un autre jugement à défaut d'accord entre les parents.
Le parent qui ne voit pas son droit de visite respecté peut déposer plainte.
Les juges commencent à tenir compte du SAP, syndrome d'aliénation parentale, qui consiste à 'diaboliser' le parent non gardien.
Il n'y a pas d'age légal pour entendre un enfant, c'est le juge qui décide de l'entendre ou non. De la même façon, il estimera si les propos de l'enfant sont influencés ou pas.
L'enfant à le droit de faire un requète auprès du JAF. Il sera assisté par un avocat.
Messages postés
113948
Date d'inscription
mardi 6 septembre 2005
Statut
Membre
Dernière intervention
14 novembre 2019
3 727
Bonjour

Ta fille a tout a fait le droit de refuser d'aller chez son père.
Qu'elle prenne un avocat, c'est gratuit pour les mineurs, et qu'elle fasse sa requête au JAF afin d'être auditionné.


Dossier à la une