Quels droits pour une démission

Sandyolou Messages postés 30 Date d'inscription lundi 7 février 2022 Statut Membre Dernière intervention 19 avril 2024 - 26 avril 2023 à 23:31
dna.factory Messages postés 24947 Date d'inscription mercredi 18 avril 2007 Statut Modérateur Dernière intervention 23 avril 2024 - 2 mai 2023 à 11:41

Bonsoir, je suis en cdi depuis le 1/1/21. Très dur au début, car l'orthésiste que j'ai remplacé avait 5 ans d'ancienneté et fabriquait 10 paires de semelles par jour (chez elle = donc je ne sais pas combien d'heures elle travaillait). Lorsque j'ai commencé je n'en faisait que 4, donc sur mon contrat ils m'ont dit que je devais en faire 8. Aujourd'hui 1 an et 4 mois après, j'en fais 6 parfois 7. Ma collègue qui a moins d'un  an d'ancienneté en fait 6 avec les mêmes horaires que moi (elle arrive 30 mn en avance, part 20 mn en retard à 12h et fait pareil les après midi). Elle est comme moi terrorisée, elle a peur de ne pas y arriver; elle a une énorme conscience professionnelle. Moi, je n'en peux plus , ce n'est jamais assez, ma collègue fait mieux, j'ai des réflexions continuelles "vous n'avez fait que ça ???" A côté de ça, j'ai une aspiration très mauvaise, lorsque je ponce, je prends des poussières partout, les aspirateurs font un bruit énorme, j'ai peur que mon casque ne me protège pas assez. Le travail en lui même ne serait pas désagréable, mais c'est l'ambiance, on en fait jamais assez, pas de pause, si on prend un café, c'est une par une parce que autrement on va parler donc perdre du temps. Ca devient invivable. Je voudrais partir avant que ça me rende malade, mais si je démissionne je n'aurais pas droit aux assedics le temps que je retrouve quelque chose ? En cas de démission je n'ai aucun droit c'est bien ça  ? Si vous avez une autre solution, je vous remercie pour votre aide

2 réponses

dna.factory Messages postés 24947 Date d'inscription mercredi 18 avril 2007 Statut Modérateur Dernière intervention 23 avril 2024 12 405
27 avril 2023 à 11:06

Dans la situation telle que décrite, la première chose à faire est de travailler à votre rythme dans le respect des horaires.

Si ça veut dire faire 4 paire de semelles par jour, ça veut dire faire 4 paires de semelle, et si votre employeur n'est pas content, il peut toujours vous licencier. (et encore, au prud'hommes, ce ne sera pas aussi 'simple' pour lui à défendre), mais bon, si vous êtes licencié (même pour faute grave sans indemnités, mais avec les congés restants payés, et bien sur droits au chômage), ça restera bénéficiaire pour vous.

Le point important à retenir, c'est que peut importe le nombre de semelles que vous faites par jour, peut importe le nombre de semelles mal faites qui du coup passent votre total en négatif, votre employeur ne peut pas vous payer moins que le salaire fixe indiqué au contrat (ou le smic si le fixe devait s'avérer inférieur).

Il peut mettre en place des primes/variables pour vous motiver à faire plus. Mais il ne peut pas toucher à votre salaire si vous faites moins.

Son seul recours légal sera de vous licencier.


1
Sandyolou Messages postés 30 Date d'inscription lundi 7 février 2022 Statut Membre Dernière intervention 19 avril 2024
30 avril 2023 à 18:57

Merci. Au bout de 16 mois de travail j'arrive à en faire 6, certains jours 7. Mais le jour ou je suis fatiguée, ou je  n'en fais que 5, j'ai des réflexions. C'est ça que je ne supporte plus. Je fais 3 h le matin et 4h l'après midi. Je suis toujours "à fond", je ne prend aucune pose , si je bois un café c'est en travaillant, car si je parle à mes collègues je serai en retard. Je me sens mal, coupable de ne pas faire les 8 inscrites sur mon contrat de travail. J'aime ce que je fais mais pas les conditions dans lesquelles je le fais. Encore merci pour votre réponse

0

Vous pouvez demander à votre patron de vous montrer ses "trucs" qui lui permettent d'en faire plus que vous.

0
dna.factory Messages postés 24947 Date d'inscription mercredi 18 avril 2007 Statut Modérateur Dernière intervention 23 avril 2024 12 405
2 mai 2023 à 11:41

Le problème ici n'est même plus légal mais psychologique. Je pourrais vous inviter à vous renseigner sur les notions de 'quiet quitting' ou de 'grève du zèle', mais tant que vous ne saurez ignorer les remarques de votre employeur, ça ne marchera pas.

Je suppose que consulter un psy pourrait aider à avancer dans ce sens (amis ou compagnons peuvent suffire).

Légalement, votre recours est d'assigner votre employeur au prud'homme pour harcèlement moral. Mais au delà de la difficulté de faire reconnaître ce harcèlement, si vous n'arrivez pas à simplement l'ignorer, il parait inenvisageable que vous supportiez la pression du tribunal. Et mon conseil dans ce genre de situation est toujours le même, d'abord changer de poste, puis une fois l'emploi quitté, assigner au prud'homme, si on en a toujours la motivation. Vous avez jusqu'à 5 ans (même si plus vous attendez, plus ce sera difficile d'apporter des preuves).

0