Déclaration tardive succession

Signaler
-
Messages postés
11885
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
18 septembre 2021
-
Bonjour, Les trois héritiers réservataire ont déposé leur déclaration dans les six mois, la légataire universelle tiers n'est pas venue chez le notaire contestant sa légitimité, un notaire a été nommé par le tribunal pour le partage judiciaire 8 ans après (!), la légataire aura t elle les 60% à régler sur son leg qu'en est il des intérèt de retard ? Merci pour vos réponses et expériences, bonne journée.

4 réponses

Messages postés
36651
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
19 septembre 2021
16 352
Déclaration tardive succession
Les héritiers sont solidaires entre eux.
Les héritiers et légataire ne le sont pas.
De ce fait les héritiers n'ont pas à se préoccuper de la taxation du légataire et des sanctions fiscales qu'il encoure.
Messages postés
36651
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
19 septembre 2021
16 352
Si dans la succession il n'y a que des biens immobiliers, devront ils être automatiquement vendu pour régler les 60%
En ce cas la portée du legs universel sera réduite afin de ne pas léser les héritiers réservataires.

Il conviendra donc de procéder au partage pour dissoudre cette indivision existant entre les réservataires et le légataire. Chacun se verra attribué son lot à titre personnel.

Si ce partage s'avère impossible, la vente s'imposera.

Les réservataires récupéreront une somme correspondant à leur "réserve", le solde ira au légataire, lequel fera son affaire du règlement de l'imposition due et des sanctions fiscales appliquées en raison de son retard.

Vous ne subirez aucun préjudice et ne serez pas concernés par cette incidence fiscale.
Je vous remercie pour votre réponse, en effet les héritiers n'ont pas à se préoccuper de la taxation du légataire, sauf que la taxation devrait passée avant la créance due aux héritiers en cas de réduction ? D'ou ma question. Je posais la question à titre d'information, qui pourrait servir à un légataire retardataire. Si dans la succession il n'y a que des biens immobiliers, devront ils être automatiquement vendu pour régler les 60% et éventuellement intérèts de retard, avant que la part réservataire ne soit versée et qui pourrait ne plus exister ? Cordialement.
Messages postés
11885
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
18 septembre 2021
5 600
Si dans la succession il n'y a que des biens immobiliers, devront ils être automatiquement vendu pour régler les 60% et éventuellement intérèts de retard, avant que la part réservataire ne soit versée et qui pourrait ne plus exister ?
Les droits de succession et les pénalités doivent être payés à l'état et les héritiers réservataires doivent recevoir leur part de réserve. S'il y a suffisamment de liquidités, issues ou non de la succession, la vente des biens immobiliers n'est pas nécessaire. Mais à défaut de liquidités, la vente devient incontournable.
Je vous remercie de m'avoir répondu. Donc on impose aux héritiers réservataires la vente d'un bien immobilier pour régler les droits de succession et les intérets de retard du légataire ? Sur sa quotité disponible ? Ou sur la totalité du leg moins la réduction du aux réservataires ? Le légataire ne devrait il pas commencer par régler les droits avec ses fonds propres ?
Messages postés
11885
Date d'inscription
dimanche 17 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
18 septembre 2021
5 600
Donc on impose aux héritiers réservataires la vente d'un bien immobilier pour régler les droits de succession et les intérets de retard du légataire ?
Ce n'est pas ce que je vous ai dit. Il y a des sommes à verser à l'état et les héritiers réservataires doivent toucher leur part. Si la vente immobilière est le seul moyen d'obtenir les liquidités suffisantes, oui, la vente est inévitable. Le prix de vente est alors réparti par le notaire selon la quote-part détenue dans le bien par les vendeurs ce qui doit être payé le sera par prélèvement sur les parts reçues.