Mon menuisier me réclame un paiement qui n'était pas indiqué avant

Signaler
-
Messages postés
16558
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
17 novembre 2020
-
Bonjour,

Voilà en octobre 2019 nous avons engagé un menuisier pour 20000e de travaux dans notre grange en rénovation. Nous avons eu énormément de problèmes avec lui entre les 6 mois de retard sur la pose des portes fenêtres (ce qui nous a obligé à décaler tout nos travaux et à décaler notre départ de la location que nous avions) et beaucoup de malfaçons sur presque l'intégralité des travaux que nous avons réussi à lui faire refaire en échange du dernier chèque.
Du fait de nos 2 mois de départ différé de notre location nous avions réussi à negocier qu'il nous paye ces 2 mois de loyers sauf qu'il nous avait fait un "contrat" pour le paiement de ces 2 mois de loyers qui était faux et que nous avons refusé de payer (indiqué par mail) notamment le fait que les loyers seraient payés au propriétaire directement après remise des quittances de loyers des 2 mois (sauf que pour avoir les quittances faut avoir payé le loyer !).
Nous avons, suite aux malfaçons, fait une mise en demeure à ce monsieur lui demandant de tout réparer sans quoi il n'aurait pas son dernier chèque d'un montant que lui même nous a indiqué par mail soit 3960e au lieu des 5400 indiqués sur sa facture avant les négociations.
Sur les différents couriers il a toujours été question de 3960e et rien d'autre (il a signé chaque lettre de mise en demeure) mais aujourd'hui il nous demande un solde de tout compte (en plus des 3960 déjà réglés et de toutes les factures avant cela dûment payées) d'un montant de 641e sous prétexte que nous lui devions 5400 e moins les 2 mois de loyers ce qui faisait 3960 + 641 e....
Il nous donne 8 jours pour payer sans quoi il demandera une mise en recouvrement.
Nous ne sommes pas de mauvais payeur, il est le seul artisan avec lequel nous avons eu un soucis, mais la ça n'a aucun sens au vue de ses demandes. Et surtout il n'a jamais été clair sur les derniers paiement et à signé un document (2 même !) indiquant que nous verserions un dernier paiement de 3960e.
Merci à ceux qui pourront me guider, en espérant avoir été clair dans ma demande !

3 réponses

Messages postés
16558
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
17 novembre 2020
4 455
Bonjour

si il souhaite aller au tribunal pour vous condamner au paiement

il devra d'abord passer

- soit par une conciliation.
Vous aurez alors tout le loisir de vous justifier auprès du conciliateur
Bien entendu pouvoir justifier au mieux de toute les malfaçons.

et si il insiste malgré la conciliation. Et bien il faudra vous défendre devant le tribunal.

- soit il obtient directement une ordonnance d'injonction de payer auprès du tribunal.
Cette ordonnance devra vous être remise par huissier, et vous aurez alors 1 mois pour contester
et dans ce cas, audience au tribunal pour vous défendre.

Ensuite c'est le juge qui tranche au vu du dossier.


Tout autre relances, société de recouvrement, appel téléphonique... ne sera que menace sans risque.

Si la case tribunal doit arriver
Vous pouvez faire appel à un huissier, pour qu'il vienne constater les malfaçons.
Cela vous coutera quelques 100 aines d'euros, mais vous fournira une preuve très solide.
Merci pour votre réponse ! Par contre les mal façon ont été réparées par le menuisiers (après maintes réclamations et relances !) donc je ne sais pas si je peux m'appuyer la dessus
Messages postés
16558
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
17 novembre 2020
4 455
Si ils ont fait leur boulot finalement
il faut payer le prix convenu
Justement ce n'est pas le prix convenu
Bonjour,

Voir un conciliateur de justice dans ce cas.
Gratuit et sur rdv, renseignement en mairie.
Messages postés
16558
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
17 novembre 2020
4 455
peu importe ce qu'il vous réclame
vous payez ce qui était convenu
si il réclame plus, c'est son probleme
Dossier à la une