Demande de congé et annulation

Signaler
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020
-
Messages postés
354
Date d'inscription
lundi 14 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
-
Bonjour à tous,

J'espère que vous pourrez m'apporter vos lumières sur ce sujet, car je ne trouve pas de cas similaire au mien, et là je panique un peu.

Le 15 aout, j'ai déposé congé en main propre à l'agence gestionnaire de l'appartement que je loue. Le préavis étant de 3 mois, je dois normalement le rendre le 15 octobre.
Ne trouvant pas de nouvel appartement et l'entreprise où je devais faire stage m'ayant fait faux bon, j'ai demandé début septembre par mail à garder l'appartement, et donc à annuler le congé. L'agence m'a répondu, toujours par mail, qu'ils allaient demander au propriétaire.

N'ayant plus de signes de vie de leur part, et par peur de finalement me retrouver à la rue, j'ai continué mes recherches d'appartement. J'en ai trouvé un autre le 2 octobre, que je dois prendre le 13 octobre. Comme c'est court niveau délai, j'ai demandé, toujours par mail, à l'agence de mon appartement actuel si je pouvais rester jusqu'au 21 octobre. Là ils me répondent par mail qu'ils ont déjà accepté ma reconduction de bail, "comme ils me l'ont dit". Dans le même mail, je découvre qu'ils m'en ont envoyé un le 2 septembre pour confirmer que mon bail continuait. Je regarde mes mails tous les jours et celui-ci, je ne l'ai pas vu, comment j'ai pu le manquer..? En vrai je les soupçonne d'avoir oublié de me répondre, puis, paniquant à ma demande de le garder jusqu'au 21, d'avoir antidater le mail où ils confirment la reconduction du bail (je dis ça, mais en fait je ne sais pas si c'est possible...)

L'agence me dit que du coup, si je veux partir, je dois déposer un nouveau congé, et donc attendre encore trois mois de préavis...

Est-ce que cet échange de mail à une valeur juridique ?
Est-ce qu'ils disent vrai : dois-je attendre encore trois mois sur la bas d'un échange de mails, alors que mon congé a été donné en main propre (et tamponné) ?

Je vous remercie par avance pour l'aide que vous pourrez m'apporter.

Emma

3 réponses

Messages postés
28206
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
11 353
Bonjour,
Les échanges mail ne sont en aucune façon un accord que pourrait former un avenant signé.
Vous avez donc l'obligation de déménager à moins de resigner un nouveau bail.
Et un préavis de 3 mois reçu le 15 aout va jusqu'au 15 novembre pas 15 octobre.
Messages postés
6166
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 octobre 2020
3 841
Le droit contractuel français n'impose pas la signature sur un contrat ou un avenant pour marquer l'accord des deux parties. Je suis dubitatif à la situation car le mail a une valeur juridique désormais et la demande d'annulation du congé donné et validé par mail me semble valable. Il ne s'agit même pas d'un avenant mais d'annuler le congé donné (ou alors on pourrait parler de deux avenants, l'un demandant la fin du bail et l'autre annulant le premier).

Je suis plutôt du côté de la version de l'agence

Et pour répondre, antidater un mail est à ma connaissance impossible.
Messages postés
28206
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
11 353 >
Messages postés
6166
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 octobre 2020

Un mail n'est pas fiable, il est contestable, piratable et la date n'est jamais certaine (la preuve) ni l'émetteur.
La date indiquée est la date d'envoi, mais la date de lecture dépend des modalités de réplications entres serveurs de messagerie et le PC client. Bref : tout est contestable avec un mail.
Messages postés
6166
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 octobre 2020
3 841 >
Messages postés
28206
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020

Oui mais l'agence a accepté la demande d'annulation de congé, cela prouve que l'envoi de la demande d'annulation lui est bien parvenu (avant la fin du congé), elle peut le prouver même techniquement et dans son contenu. Je ne vois pas ce qui pourrait être contesté. Peut être en poussant on peut contester le bonne réception de l'acceptation de l'annulation par l'agence (sachant qu'antidater un mail est impossible), mais il suffit d'un autre mail qui confirme que la personne en a pris connaissance et il n'y a plus rien à contester.

Pour moi son congé n'est plus d'actualité, les deux parties ont consenti à l'annuler et reprendre le bail en cours.
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020
>
Messages postés
6166
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 octobre 2020

Merci pour vos échanges. Pour information, je n'ai vraiment pas vu le mail disant que l'annulation du congé était accepté, et je n'y ai donc pas répondu.
Messages postés
6166
Date d'inscription
mardi 23 avril 2019
Statut
Modérateur
Dernière intervention
29 octobre 2020
3 841 >
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020

C'est à vos risques et périls, le droit ne vous donne pas raison, vous joueriez sur le mensonge de ne pas avoir reçu leur consentement, ce qui n'est pas le cas
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020

Merci pour votre réponse !
Ah oui, je me suis perdue dans les dates, en effet j'ai déposé mon congé le 15 juillet.

Donc je peux simplement leur répondre que n'ayant aucun accort écrit, la reconduction du bail ne compte pas ?
Messages postés
28206
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
11 353
Vous voulez quoi exactement ? Rester ou partir ?
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020
>
Messages postés
28206
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020

Je veux partir
Messages postés
354
Date d'inscription
lundi 14 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
7
Si le congé ne peut être donné par mail car pas prévu expressément par la loi, le reste peut se faire par tous moyens.
Demander donc a annuler le congé par mail est possible, et cela ne vous a pas dérangé de le faire.
Or donc, recevoir aussi la réponse par mail est tout aussi possible.
Il faut donc effectivement repartir avec un congé dans les formes.
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020

Merci pour votre réponse.
Je traine parfois sur le forum et je lis beaucoup que "les mails n'ont aucune valeur juridique", ma démarche par mail était surtout informative. Je m'attendais à devoir signer quelques chose ou que l'agence me demande d'envoyer une demande en AR pour plus de "sécurité".
Messages postés
354
Date d'inscription
lundi 14 septembre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 octobre 2020
7 >
Messages postés
5
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
8 octobre 2020

Comme indiqué par un autre participant plus haut, en matiére contractuelle, on fait ce que l'on veux du moment que ce n'est pas expressement réglementé.
En l'occurence et par ex, pour les baux 89, le mail n'est pas accepté pour donner congé. C'est une limitation de la loi.
Mais pour un bail civil par ex, les parties sont libres de fixer le mode d'information du congé. Donc mail, SMS, signaux de fumée valables...
Meme un contrat verbal est un contrat.
Bien sur, vous l'aurez compris, le probléme se pose ensuite d'apporter le preuve de ce que l'on avance.
En ce qui vous concerne, cela reviendrait a contester votre propre mail. Vous n'en seriez pas l'auteur par exemple...
Bonne chance pour le démonter. D'autant que derriére, vous en avez à nouveau parlé. Difficile à contester. Et attention au parjure.
J'ai bien peur que vous soyez un peu coincé et qu'effectivement, sauf liberalité du bailleur, vous soyez contraint de redonner congé.
Dossier à la une