Actions gratuites - taxation des gains

Signaler
-
Messages postés
88
Date d'inscription
mercredi 25 septembre 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
22 septembre 2020
-
Bonjour.

En Juillet 2018, ma société (dont le siège est aux Etats-Unis) m'a annoncé que j'allais bénéficier d'actions gratuites.
Les premières m'ont été attribuées en Août 2019 et j'en reçois tous les mois (une centaine d'actions par mois)
Sur cette centaine, une petite moitié (45) sont automatiquement vendues au titre du paiement de la taxe (selon le retour de ma hiérarchie la taxe américaine est appliquée alors que mon activité est réalisée en France).
En supplément je suis imposé sur ma fiche de paye en traitements et salaires à hauteur de 30% sur le montant des actions (le montant total de la valeur des 100 actions est déclaré en salaire tout les mois).
En définitive je suis taxé à 75% sur l'ensemble des actions gratuites acquises, ce qui me semble être un taux extrêmement élevé.

Ne connaissant pas du tout le droit français sur ce sujet, je me pose les questions suivantes:
- Est-ce légal d'être imposé aux Etats-Unis sur l'obtention de ces actions gratuites alors que mon activité est exercée en France?
- Si oui pourquoi l'intégralité du montant est-il déclaré en traitements et salaires? (ne peut-on pas déduire ce qui a déjà été payé en taxes US?)

Merci d'avance pour vos réponses!

1 réponse

Messages postés
88
Date d'inscription
mercredi 25 septembre 2019
Statut
Membre
Dernière intervention
22 septembre 2020
25
Bonjour,

Pour l'administration fiscale, les attributions gratuites d'actions constituent, pour les salariés ou dirigeants bénéficiaires, un mode de rémunération participative analogue aux options sur titres dont la particularité réside principalement dans l'absence de contrepartie financière. Lorsque le bénéficiaire a exercé son activité dans plusieurs pays, les règles sont les suivantes.
La plus-value d'acquisition qui est égale à la valeur des titres à la date d'acquisition est imposée entre les mains de l'attributaire au titre de l'année de cession (à titre onéreux ou à titre gratuit). Ce gain a, en droit interne français, la nature d'un complément de salaire. Dès lors, sous réserve que les conventions fiscales n'en disposent autrement, ce gain est, selon l'administration, en principe imposable comme un revenu d'emploi, au sens de l'article 15 du modèle de convention de l'OCDE, dans l'État d'exercice de l'activité. Il convient pour la doctrine fiscale d'appliquer le principe général consacré par l'OCDE de définir le ou les États sur le territoire desquels cette activité a été exercée et de répartir entre eux l'imposition du gain précité au prorata des périodes d'activité salariée exercées dans chacun d'eux pendant la période de référence. Les règles exposées en matière de stock-options s'appliquent également en matière d'actions gratuites d'actions (BOI-RSA-ES-20-20-20 n° 70).

L'avantage issu de la levée de l'option n'est imposable en France qu'au prorata de l'activité exercée en France pendant la période de référence, c'est-à-dire pendant la période qui court de la date d'attribution de l'action gratuite à la date à laquelle le salarié est définitivement propriétaire du droit d'attribution, c'est-à-dire lorsqu'il a définitivement acquis le droit de se voir attribuer les actions gratuites (même si la période d'acquisition n'est pas encore expirée). Ainsi, si une condition de présence dans l'entreprise ou liée à des objectifs professionnels est prévue pendant la période d'acquisition des actions gratuites, la période de référence s'étend jusqu'à la date à laquelle le salarié est définitivement propriétaire du droit d'attribution, c'est-à-dire celle à laquelle ces conditions sont réalisées. Le calcul de la ventilation du gain entre les États concernés s'effectue selon un décompte calendaire (365 jours par an) en se référant à la date de prise d'effet de l'affectation du salarié dans l'État considéré (y compris donc les jours non travaillés). La résidence fiscale prise en compte est celle du bénéficiaire au moment du fait générateur de l'imposition, c'est-à-dire le jour de la cession des actions.

Il faudrait plus de détails pour préciser le régime fiscal applicable à ces actions.

Cdlt
Dossier à la une