Limites et interdictions lorsqu'un voisin a des servitudes de jour

Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 6 février 2019
Dernière intervention
6 février 2019
- - Dernière réponse : bern29
Messages postés
4156
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Dernière intervention
9 février 2019
- 7 févr. 2019 à 12:09
Bonjour à tous,

Nous sommes propriétaires d'une maison de village non mitoyenne avec celle de notre voisin. Le mur de sa maison et de son jardin sont en limite de propriété avec le notre. Il dispose de deux servitudes de jour au rez de chaussée qui donnent sur notre terrasse/jardin (ces servitudes ne respectent pas les 2.60m de hauteur mais elles ont plus de 30 ans). Celles-ci sont en carreaux de verre opaque et ont été actés dans un permis de modification en 1969. Pouvez-vous nous confirmer que nous n'avons aucun recours du fait de leur ancienneté ?

Il se trouve que notre voisin cherche actuellement toutes les bonnes raisons pour nous trouver des failles.

Pouvez-vous nous indiquer quelles sont les interdictions (pour nous) concernant ces servitudes de vue ?

Exemples : notre salon de jardin est positionné devant une d'elle (à quelques mètres), est ce autorisé ?
Cette terrasse peut aussi servir à stationner un véhicule, est ce autorisé ?........

Précisons que nous veillons bien entendu à ne rien : poser sur le rebord de ces servitudes ainsi que de ne rien accrocher ou coller contre son mur.

Nous sommes preneurs de tous les articles et informations !

Merci beaucoup pour votre aide.
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Messages postés
4156
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Dernière intervention
9 février 2019
1251
0
Merci
Bonjour,

les jours dit de souffrance constituent une simple tolérance et ne bénéficient pas de la prescription trentenaire. Le voisin (vous donc) peut les boucher à la seule condition de créer un bâtiment ou un agrandissement (si les règles d'urbanisme autorisent la construction en limite) Vous ne pouvez pas le boucher simplement parce qu'elles vous créent une gêne
Commenter la réponse de bern29
Messages postés
2498
Date d'inscription
dimanche 7 septembre 2003
Dernière intervention
12 février 2019
809
0
Merci
sont en carreaux de verre opaque 
: ce ne sont donc PAS des vues.

De jurisprudence constante, les carreaux de verre ne sont pas considérés comme des
ouvertures ni même comme des jours, mais comme des matériaux de construction.
Qu'ils aient trente ans ou pas.
La règle des articles 676 et 677 du Code civil ne s'appliquent donc pas ici.

1 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000028914541&fastReqId=768314756&fastPos=2 (avant-dernier §)
2 - http://lawperationnel.com/les-briques-de-verre

Ni l'un ni l'autre n'avez donc ni droit ni obligation particulière en raison de la présence de ces briques
de verre en limite.
Il n'y a là aucune servitude.

À condition de ne pas les abîmer, vous pouvez donc poser devant ces briques, comme devant
le mur dans sa totalité, tout ce que vous souhaitez, table, chaise, fauteuil, armoire, citerne,
écran de cinéma, etc. et y stationner votre voiture, votre tracteur, tondeuse, camion, etc.

En résumé, ces briques de verre étant avant tout des briques et accessoirement en verre, vous
agissez juste comme si c'étaient bien des briques tout court.


Commenter la réponse de JiGéGé
Messages postés
4156
Date d'inscription
mercredi 21 novembre 2012
Dernière intervention
9 février 2019
1251
0
Merci
Il faudrait préciser si il s'agit de carreau en verre opaque sur châssis dormant ou de pavés de verre.
Commenter la réponse de bern29
Dossier à la une