Déclaration calomnieuse

- - Dernière réponse : Loic280
Messages postés
342
Date d'inscription
vendredi 30 novembre 2018
Dernière intervention
18 février 2019
- 5 févr. 2019 à 00:18
Bonsoir,

Ma petite soeur qui a été victime de harcèlement dans son collège a dénoncé un des garçons qui s’en prenait à elle et qui a été exclu pendant une semaine. Or, à son retour, pour se venger, ce dernier est allé raconter à sa mère que mon père l’avait frappé et pourchassé devant le collège à la sortie, et qu’il avait des hématomes sur le corps qui pouvaient en attester. Or ce garçon est bagarreur et à une reputation de semeur de trouble. Ces accusations bien évidemment fausses ont quand même poussé sa mère a porté plainte. Chose qu’elle a annoncé à mon père aujourd’hui. Il s’est alors directement adressé au garçon en lui demandant pourquoi est-ce qu’il mentait comme cela et en réponse il n’eut droit qu’à des bégaiements (que sa mère a justifié par la « peur »). Mon père est allé au commissariat pour voir quelles étaient les possibles recours face à une accusation mensongère et les policiers lui ont indiqué qu’il pouvait porter plainte pour diffamation. Or, la plainte de la maman est infondée en premieu lieu puisque les faits reprochés n’ont jamais eu lieu. Je sais que les agents de police dressent un procès verbal qui est envoyé au procureur de la république et que mon père recevra une convocation pour dire « sa version » des faits mais s’il y aura des poursuites engagées à son égard pourraient-elles être fondées uniquement sur le témoignage d’un mineur? Et aussi, appartient-il à mon père d’apporter la charge de la preuve de cette dénonciation calomnieuse fondée sur un témoignage fabriqué? Une enquête préalable ne sera-t-elle pas dirigée pour vérifier la véracité des faits reprochés?
Merci d’avance pour votre aide.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
342
Date d'inscription
vendredi 30 novembre 2018
Dernière intervention
18 février 2019
34
0
Merci
Bonjour c'est à la police de prouver les dires de l'enfant, votre père n'a pas à prouver sa non culpabilité, mais il peut toujours recueillir des témoignages au cas ou la police croirait la version de l'enfant.
Merci pour votre réponse!
Donc tant que la véracité des faits n’aura pas été prouvé, la présomption d’innocence tient toujours et des poursuites ne pourront pas être engagées c’est ça?
Loic280
Messages postés
342
Date d'inscription
vendredi 30 novembre 2018
Dernière intervention
18 février 2019
34 -
C'est exactement ça.
Commenter la réponse de Loic280
Dossier à la une