Donation partage et vente du bien avant décès [Résolu]

Messages postés
19
Date d'inscription
mardi 24 juin 2014
Dernière intervention
12 septembre 2018
- 12 sept. 2018 à 11:08 - Dernière réponse :
Messages postés
28088
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 12 sept. 2018 à 11:24
Bonjour,

Ma mère a fait donation partage de son appartement à mon frère et moi à 50/50 et a gardé l'usufruit.
Ma mère est maintenant en maison de retraire et les charges de l'appartement sont énormes. Pour éviter ces frais, ma mère nous a donné procuration pour que l'on vende ce bien.
Que doit-on faire de l'argent ? Le verser sur son compte ou sur nos comptes ? Si c'est sur le compte de ma mère et qu'il lui arrive quelque chose cet argent entrera-t-il dans la succession étant donné que le bien en donation a été vendu ?
A-t-on le droit d'en disposer et d'acheter chacun un bien ou autre chose, tout en s'engageant à subvenir à ses besoins ?
Dans l'attente de vos retours,
Par avance merci

Bien cordialement
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
28088
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Dernière intervention
15 novembre 2018
- 12 sept. 2018 à 11:24
0
Merci
Que doit-on faire de l'argent ?
Le notaire chargé de la vente procédera à la répartition du produit de la vente entre vous :
-votre mère une somme d'un montant correspondant à ses droits en usufruit variables selon son âge ;
-à chaque enfant un montant correspondant à ses droits en nue-propriété.

Le verser sur son compte ou sur nos comptes ?
Exactement chacun sur son compte personnel.

A-t-on le droit d'en disposer et d'acheter chacun un bien ou autre chose, tout en s'engageant à subvenir à ses besoins ?
Réponse affirmative.
Vous pouvez même acquérir ce nouveau bien ensemble, votre mère pour l'usufruit, les 2 enfants pour la nue-propriété.
Le loyer versé reviendra à votre mère.
L'indivision existant entre vous depuis la donation sera purement et simplement transférée sur le nouvel immeuble et vous ne serez redevable d'aucun droit de succession à son décès, ni dans l'obligation de faire intervenir un notaire, cet usufruit vous reviendra naturellement, sans frais, sans formalité aucune.
Il faudra néanmoins le préciser au notaire qui mentionnera dans l'acte l'origine indivise des fonds réinvestis.

Quant à votre participation financière pour subvenir à ses besoins, avec ou sans patrimoine immobilier productif de revenus, vous y seriez assujettis de par la Loi.
Commenter la réponse de condorcet
Dossier à la une